Claudication intermittente : quelles sont les alternatives naturelles pour se soigner ?

Maintenant que j'ai atteint un âge respectable, je sais que je dois rester vigilant aux nombreux signes possibles de maladie cardiovasculaire. Je tiens à mener une vie active. Je n'ai pas envie d'être contraint de ralentir mon rythme à cause de douleurs de poitrine ou dans les jambes.

Quand les plaques de cholestérol se sont accumulées au point de rétrécir considérablement les artères coronariennes, le résultat est l’angine de poitrine, une douleur thoracique provoquée par l’effort. Si le même processus affecte les artères des jambes, le résultat est une claudication intermittente qui provoque des douleurs quand on fait de l’exercice. La douleur à tendance à se réveiller après qu’on a parcouru une courte distance.

La claudication intermittente est le symptôme le plus courant de ce que l’on appelle maladie vasculaire périphérique. La douleur provient du manque d’oxygénation des muscles des jambes, la circulation sanguine étant amoindrie par le rétrécissement des artères.

De toutes les maladies cardiovasculaires, nous entendons surtout parler de crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, angine de poitrine et insuffisance cardiaque congestive. La claudication intermittente n’est pas très souvent mentionnée. C’est pourtant l’une des principales causes de douleur et de perte de mobilité chez les personnes du troisième âge. Elle est diagnostiquée chaque année chez environ une personne sur 1 000. Cet article a été préparé avec Michel Rollin, naturopathe.

Les plantes au secours de la claudication intermittente

Si vous souffrez de ce trouble, il est important que vous soyez suivi par un médecin qui vous prescrira des médicaments appropriés pour en soulager les symptômes. Je suis convaincu, toutefois, que beaucoup de patients pourraient utiliser des plantes en complément. Ils se sentiraient beaucoup mieux si seulement ils connaissaient les diverses possibilités que nous offre le monde naturel des plantes. Parlez-en à votre médecin, mais ne prenez pas sans son accord la décision d’interrompre votre traitement allopathique. Voici les plantes qui peuvent être utiles.

ail

Ail – Source : spm

Ail (Allium sativum)

Dans le cadre d’une étude ayant duré 12 semaines, un grand nombre de personnes souffrant de claudication intermittente ont reçu 800 milligrammes d’ail par jour. La grande majorité des participants marchaient considérablement mieux après cinq semaines de ce traitement. Leur tension artérielle et leur taux de cholestérol avaient également baissé.

L’ail est une plante extraordinaire pour traiter toutes sortes de symptômes cardiovasculaires. Pour prévenir ou soigner la claudication intermittente, mangez au moins une gousse d’ail crue par jour. Il existe mille et une façons délicieuses de déguster l’ail cru. Je vous suggère de hacher une gousse d’ail et de la mélanger à votre salade, ou d’en saupoudrer un plat de pâtes.

gingko

Ginkgo – Source : spm

Ginkgo (Ginkgo biloba)

Le ginkgo est le remède phytothérapique par excellence pour la claudication intermittente. En dilatant les artères, il améliore le flux sanguin dans les jambes, tout comme à travers le cœur et le cerveau.

Neuf excellents travaux scientifiques que j’ai eu l’occasion d’étudier montrent que 40 milligrammes d’extrait de ginkgo pris deux fois par jour apportent un soulagement plus grand que la pentoxifylline (Torental), le médicament habituellement prescrit pour traiter la claudication intermittente. Les sujets souffrant de ce trouble ont constaté qu’ils pouvaient couvrir sans douleur une distance entre 75 et 110 % plus grande lorsqu’ils avaient ingéré l’extrait de cette plante. En revanche, les patients qui prenaient du Torental n’ont pu augmenter que de 65 % la distance qu’ils pouvaient parcourir sans douleur.

Mieux encore, le ginkgo peut être meilleur marché. Quant à ses effets secondaires, ils sont minimes. Ils se limitent à d’éventuels légers troubles abdominaux, maux de tête ou étourdissements.

Si vous souhaitez utiliser le ginkgo, il est préférable de l’acheter sous forme d’extrait plutôt que de prendre les feuilles telles quelles. Les principes actifs du ginkgo ne sont présents dans les feuilles qu’en concentrations infimes, beaucoup trop basses pour pouvoir être vraiment utiles. Le ginkgo se trouve en magasin diététique ou en pharmacie sous forme de gélules ou d’ampoules. Les doses recommandées sont généralement indiquées sur l’emballage.

aubépine

Aubépine – Source : spm

Aubépine (Crataegus, diverses espèces)

Divers travaux ont permis de montrer que les personnes souffrant de claudication intermittente présentaient une circulation sanguine plus fluide et marchaient avec plus d’aisance après avoir reçu des piqûres d’extrait d’aubépine. Personnellement, je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’injecter des extraits de la plante pour en retirer des bienfaits.

Les naturopathes recommandent de prendre trois fois par jour 120 à 300 milligrammes d’extrait d’aubépine. Cette plante est un puissant médicament pour le cœur. Avant de l’utiliser comme remède, parlez-en avec votre médecin.

gingembre

Gingembre – Source : spm

Gingembre (Zingiber officinale)

Dans le cadre de diverses études, le gingembre s’est avéré presque aussi efficace, voire aussi performant que l’aspirine et l’ail pour prévenir les caillots sanguins à l’origine des crises cardiaques. Quand le même genre de caillot se forme dans une jambe, il peut déclencher la douleur due à la claudication intermittente. Si je souffrais de ce mal, je mangerais beaucoup de gingembre.

Pourpier 

Pourpier – Source : spm

Pourpier (Portulaca oleracea)

Les matières grasses saturées sont l’une des principales causes de toutes les formes de maladie cardiovasculaire, notamment de la claudication intermittente. Le pourpier est la meilleure source végétale d’huiles bénéfiques appelées acides gras de type oméga 3, qui contribuent à prévenir la maladie cardiovasculaire. Il est également très riche en antioxydants ; ces substances servent à éliminer les radicaux libres, les molécules d’oxygène extrêmement réactives qui endommagent les cellules du corps et contribuent à causer les maladies cardiaques.

Le pourpier est un légume délicieux. Je cuis les feuilles à la vapeur et je les mange comme de l’épinard. Il m’arrive aussi de les ajouter crues aux potages et aux crudités.

Lire aussi Comment soigner la bursite et la tendinite naturellement ?

Contenus sponsorisés