Quel acide est le plus adapté à ma peau ?

Que ce soit sous forme de sérum à ingrédient unique ou incorporés dans des formules plus complexes, les acides sont devenus incontournables en cosmétique. Petit lexique des acides de beauté et de leurs innombrables vertus pour notre peau.

Les anti-taches

  • L’acide kojique

Regarder les boutons dans un miroir

Regarder les boutons dans un miroir – Source : spm

Il s’agit d’une substance obtenue à partir d’une moisissure de champignons. Cet acide freine la tyrosinase, très sensible aux UV et qui est responsable de la production excessive de mélanine. Idéal pour atténuer les taches ou les prévenir ! Son dosage a été néanmoins limité à 1 %, au risque d’assécher la peau ou de la blanchir. Adapté aux peaux grasses, il agit également sur l’acné et les rougeurs.

  • L’acide tranexamique

C’est un dérivé de la lysine, un acide aminé essentiel pour l’organisme, fabriqué de façon synthétique. Il s’attaque à l’hyperpigmentation en bloquant les médiateurs inflammatoires, avant que la mélanine ne s’emballe. Il est doux et non agressif pour la peau, indiqué pour toutes les carnations, et comme il est parfaitement toléré par les peaux sensibles, on le conseille également aux femmes enceintes, par exemple, qui sont sujettes au mélasma.

Pour l’éclat du teint

  • L’acide ascorbique

Il s’agit de la vitamine C, une composé hydrosoluble (qui se dissout dans l’eau). En cosmétique, elle peut être d’origine végétale (agrumes, légumes…) ou synthétique. Son premier rôle : stimuler la synthèse du collagène, protéger la peau des radicaux libres et unifier le teint. C’est un peu la star des produits « belle peau » ces dernières années.

  • L’acide rétinoïque

Il s’agit d’un dérivé synthétique ou naturel de la vitamine A. Utilisé à l’origine pour les traitements de l’acné, cet acide a des effets très prisés sur la texture de la peau, son aspect, son épaisseur, son élasticité. Mais il est à manier avec précaution car parfois mal toléré par certaines peaux.

  • L’acide azélaïque

Aussi connu sous le nom d’azelan, l’acide azélaïque est une molécule présente dans les graines de blé, de seigle ou d’orge. Peu connu, il est cependant très efficace pour lisser la peau et homogénéiser le teint en réduisant les petites taches parsemées.

Les exfoliants

  • L’acide glycolique

C’est un acide de fruit obtenu à partir d’extraits de canne à sucre, de betterave ou de raisin. Il agit en décomposant la colle intercellulaire qui maintient les cellules mortes ensemble, leur permettant d’être retirées de la surface de la peau. Le renouvellement se produit naturellement, avec des cellules fraîches remontant à la surface, redonnant de l’éclat à la peau.

  • L’acide salicylique

L’acide salicylique est extrait de l’écorce de saule, et est également présent dans de nombreux fruits et légumes, comme l’amande, la tomate, le melon, la framboise, la cerise, le raisin, l’abricot, le concombre, les épinards… Grâce à ses propriétés astringentes, l’acide salicylique décolle les cellules mortes accumulées sur la couche cornée et stimule ainsi le renouvellement cellulaire. On l’utilise pour unifier le teint, et, dans le traitement de l’acné, son action antiseptique empêche l’obstruction des pores et ses vertus anti-inflammatoires réduit les rougeurs et les boutons ayant tendance à s’enflammer.

  • L’acide lactique

On le retrouve dans les sucres du lait, du vin et dans certains fruits et légumes comme la tomate ou la goyave, voire dans la fermentation de la betterave, la canne à sucre ou le maïs. C’est l’exfoliant chimique spécial peaux fragiles. Sa molécule étant de bien plus grosse taille que les autres, il pénètre moins profondément, et n’irrite donc pas les peaux les plus sèches et sensibles. On le retrouve également dans des shampoings pour exfolier le cuir chevelu.

  • L’acide mandélique

C’est un acide de fruit extrait, dans sa version naturelle, de l’amande amère, mais qui peut également être synthétisé en laboratoire. Proche de l’acide lactique, il a un poids moléculaire élevé qui autorise son utilisation sur des peaux sensibles et fines. Son action exfoliante est donc plus douce et mieux tolérée.

Les anti-rides

  • L’acide férulique

Du riz

Du riz – Source : spm

L’acide férulique fait partie de la famille des polyphénols, que l’on retrouve dans les épinards, le riz, le seigle ou encore du cacao. C’est un puissant antioxydant, qui protège et renforce les cellules de la peau des agressions extérieures pour réduire les rides et repulper l’épiderme. On lui prête également une action antitumorale, mais qui reste à vérifier par des études cliniques sur les humains.

  • L’acide polyglutamique

Issu de la fermentation du soja, ce nouvel ingrédient cosmétique pourrait voler la vedette à l’acide hyaluronique. Capable de capturer plus de 5 000 fois son poids en eau, contre 1 000 fois pour l’AH et de retenir cette eau encore plus longtemps dans la peau. Son faible poids moléculaire est un atout supplémentaire qui lui permet de se faufiler à travers la couche cornée. C’est donc un puissant hydratant qui nourrit et repulpe, comble les ridules et protège la peau des agressions extérieures.

Lire aussi Quels sont les réflexes à adopter contre l’acné ?

Contenus sponsorisés