Un hôpital transforme des masques de plongée Décathlon en respirateur pour sauver la vie de patients contaminés par le coronavirus

La crise pandémique du coronavirus a érigé les systèmes hospitaliers au rang de pilier central et essentiel de notre société. Mais à cause d’un afflux massif de patients, cela a également mis en lumière un manque de ressources, notamment en équipement tel que les masques et les respirateurs. Devant cette réalité pénible, les médecins et les infirmiers s’en retrouvent parfois à faire des choix difficiles, comme privilégier la santé des plus jeunes. Pour répondre à cette crise, la marque de sport Decathlon fait un don de 10 000 masques de plongée afin qu’ils soient transformés en respirateurs. Cette idée née en Italie a été relayée par nos confrères de FranceInfo.

Le coronavirus continue sa propagation à travers le monde et notamment en Europe. Les systèmes hospitaliers du vieux continent sont mis à rude épreuve durant cette pandémie : Le manque d’équipements et de lits d’hôpitaux se fait aujourd’hui ressentir.

Le dilemme du corps sanitaire

La vitesse à laquelle le coronavirus s’est propagé en Europe a surpris tous les gouvernements du vieux continent. Dans ce contexte, les systèmes hospitaliers n’étaient vraisemblablement pas prêts à faire face à la crise pandémique. C’est en Italie où le manque d’équipement s’est fait le plus ressentir. Les médecins, qui sont au contact de personnes contaminées par le coronavirus, sont dans certains cas forcés de travailler sans protection. Mais cela n’est pas la seule répercussion de l’insuffisance des équipements sanitaires : le corps soignant italien fait aujourd’hui face à un réel dilemme. Le manque d’appareil d’assistance respiratoire oblige les médecins italiens à privilégier ceux qui ont le plus de chance de s’en sortir.

Ingéniosité et générosité

Un hôpital transforme des masques de plongée Décathlon en respirateur

L’humanité a toujours rencontré des difficultés au cours de son histoire. Ce n’est pas bien différent aujourd’hui. C’est dans ces périodes là que l’Homme a toujours su mettre en valeur son ingéniosité. C’est en Italie où une idée brillante est née, devant la pénurie de respirateurs, un hôpital a recyclé des masques de plongée afin de les réutiliser pour les situations médicale d’urgence. Le concept ne tarde pas à se propager vers d’autres hôpitaux, notamment à l’hôpital Erasme à Bruxelles, où Frédéric Bonnier travaille. Il reprend la même idée et la développe en y ajoutant une valve sur mesure qui peut s’adapter à n’importe quel masque.

Selon la Republica, le deuxième journal le plus vendu en Italie, La marque de sport Décathlon aurait alors décidé de faire don de près de 10 000 masques de plongée qui pourront donc être réutilisés pour fabriquer des respirateurs. Ces nouveaux masques présentent plusieurs avantages par rapport aux appareils d’assistance respiratoire classiques selon Frédéric Bonnier. Ceux-ci sont utilisés pour « des patients qui ont des atteintes respiratoires sévères. Le but est d’éviter de devoir intuber la trachée du patient et le mettre au respirateur » explique le médecin.

Un concept qui n’est pas validé

Un hôpital transforme des masques de plongée Décathlon en respirateur

Selon FranceInfo, ce nouveau système permet d’empêcher « l’effondrement des alvéoles pulmonaires », ces dernières jouent un rôle important dans le rejet du dioxyde de carbone par notre organisme. Ces masques sont donc une alternative intéressante, quoi que provisoire, pour les patients dans les cas les plus sévères, surtout dans un contexte où les lits et les respirateurs se font de plus en plus rares.

Face à la demande sanitaire, Décathlon s’est tenue à la disposition des hôpitaux comme l’a déclaré l’enseigne sur son compte Twitter. Le marque de sport a toutefois  tenu à rappeler plusieurs points : « Nous ne sommes pas médecins, et nous n’avons pas les compétences pour appuyer un usage dans le domaine médical », et qu’ « à ce jour, nous n’avons pas eu de validation sur le fait que des solutions fonctionnaient réellement et étaient utilisées par des médecins ». Si Décathlon reste donc prudente face à l’engouement entourant leur produit, il en reste que leur coopération avec les centres de recherche est totale.

Lire aussi Le vinaigre blanc est-il efficace contre le coronavirus ?

Contenus sponsorisés