Sevrage tabagique : comment y parvenir avec le laser ?

En ce moment dans le monde, le tabagisme constitue l’une des menaces les plus préoccupantes. Des millions de fumeurs ont déjà perdu la vie à cause de leur addiction à la cigarette. Les méthodes pour arrêter de fumer comme la cigarette électronique, le patch à la nicotine et autres ont leurs limites. C’est ainsi que le laser anti-tabac a fait son apparition, et fait ses preuves en matière de sevrage tabagique. Comment fonctionne cette méthode, et quelles sont ses implications ?

La laserothérapie contre le tabagisme

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, il est bel et bien possible d’arrêter de fumer grâce au laser antitabac. Cela s’appelle de la laserothérapie, et implique l’usage d’un laser d’intensité très négligeable. Grâce à la micro vibration, l’endorphine et les opiacés sont stimulés par le cerveau. Le patient ne ressent aucune douleur ou sensation de malaise. L’intervention est possible par la stimulation des points du pavillon de l’oreille, et en relation avec les organes et les glandes.

Il faut comprendre que l’addiction à la cigarette est une forme de dépendance physique. Elle se situe principalement dans le cerveau. Chez le fumeur, il se crée donc des influx nerveux entre deux neurones reliés par des synapses. En somme, il se fabrique chez le fumeur des contacts propices à la dépendance.

À quand remonte l’usage du laser anti-tabac en France ?

En France, le recours à la laserothérapie remonte aux années 90. La mise au point de la technique a été simultanément faite à Paris et à Montpellier. Au début, le laser anti-tabac se concentrait principalement sur les endorphines. Le temps de traitement était assez conséquent, et un résultat approximatif n’était visible qu’après trois séances au moins. Ce n’est que pendant les années qui ont suivi qu’il a été possible d’améliorer le traitement.

La laserothérapie a donc bénéficié :

  • D’une meilleure précision ;
  • D’une miniaturisation des outils et pièces ;
  • D’une amélioration de la sensibilité pour détecter les terminaisons nerveuses.

En somme, le laser antitabac s’est énormément perfectionné grâce aux nouvelles technologies. Vous n’avez donc plus besoin de vous faire traiter sur trois séances. Une seule suffit à présent, et vous offre en plus un résultat très satisfaisant. L’avantage de la méthode devient ainsi une véritable révolution, et séduit les fumeurs qui souhaitent arrêter le tabac. L’efficacité est ainsi prouvée, et le succès est au rendez-vous avec la laserothérapie.

Comment fonctionne le laser anti-tabac ?

sevrage1

Sevrage Tabagique – Source : spm

Le laser anti-tabac cible surtout les contacts de la dépendance. En premier lieu, le praticien procède à la détection des points cibles au niveau de l’oreille. Ces derniers sont en relation avec l’influx nerveux de la dépendance, raison pour laquelle l’application du laser se fait sur eux. Il se produit alors une déconnexion immédiate de la dépendance. Le besoin de fumer ne sera donc plus puissant, et la sensation de manque physique n’aura plus lieu d’être.

En somme, les praticiens procèdent à la stimulation artificielle des points stratégiques de l’oreille. Il s’agit de ceux qui actionnent la dépendance du tabac. Un principe selon lequel l’oreille externe est en communication avec le reste des parties du corps s’établit donc. Au plus 24h après l’application du laser, le fumeur ne ressent plus l’envie de fumer. Cela s’explique par l’activation de toutes les terminaisons nerveuses. Le laser joue un rôle de substitution au tabac, car il libère des endorphines.

Ce sont elles qui emmènent vers les neurones, les messages en rapport avec la nicotine. La transmission des microvibrations se fait plus rapidement à l’oreille, en passant par l’hypophyse et l’hypothalamus.

Quelle est l’efficacité de la laserothérapie ?

Il est important de comprendre que le laser anti-tabac n’est pas une méthode miracle, et encore moins magique. Le fumeur doit impérativement s’engager dans le processus pour avoir des résultats satisfaisants. En suivant une laserothérapie, on agit sur la dépendance physique, mais pas celle liée au comportement. Vous ne ressentirez donc plus le manque que provoque la nicotine, après la première séance du traitement.

Cependant, il y a une chance pour que le conditionnement comportemental soit persistant. Vous ressentirez peut-être le besoin de fumer sous le coup du stress, ou juste pour le plaisir. En clair, le laser peut être d’une grande aide, mais indirecte contre les sollicitations extérieures. Par contre, il n’y aura pas de résultat si le fumeur hésite ou manque de volonté pour mettre fin à son addiction. Le simple fait de fumer une cigarette aura comme un effet reboot.

Le fumeur se retrouvera donc dans sa position initiale de dépendance. D’un point de vue scientifique, il se produira une reconnexion des synapses de la dépendance. Le fumeur retrouvera donc presque immédiatement sa dépendance à la nicotine. Voilà pourquoi l’efficacité du traitement au laser ne peut se faire que de façon synchronisée, et en harmonie avec le sujet. Sans une forte motivation d’arrêter de fumer, il ne sert à rien d’envisager un traitement au laser anti-tabac.

C’est pour cette raison que les praticiens procèdent à des tests d’évaluation de la dépendance, et de la motivation. Ils précèdent la séance proprement dite de laserothérapie. Ainsi, il est possible de déduire une période approximative de l’efficacité du traitement.

Quels sont les avantages du laser anti-tabac ?

Au vu de tout ce qui précède, vous vous demandez certainement quels sont les avantages de la laserothérapie. Cette question est légitime, car les méthodes classiques pour arrêter de fumer ne sont pas inefficaces même si elles ont leurs limites. Effectivement, la laserothérapie auriculaire possède des avantages plus qu’évidents. Le patient arrive à se défaire de son besoin de faire usage de substances nicotiniques.

Une heure après le traitement, il est déjà possible de voir les premiers effets. L’envie de fumer se dissipe sans aucun stress, et le fumeur ne ressent aucune douleur. Par ailleurs, aucun effet secondaire n’est à noter. Toutefois, tout n’est pas rose avec la laserothérapie. Le seul inconvénient notable est le prix du traitement qui est assez élevé. Cela s’explique par la faible démocratisation de la technique dans le monde. En france, vous pouvez trouver de nombreux centres spécialisés. Le centre Laser Stop Tabac dispose de 2 cabinets parmis les mieux notés par les patients dont un se situe dans le Val d’Oise (95) et le second en Gironde sur le bassin d’arcachon tout proche de Bordeaux (33). Vous pouvez prendre un rendez-vous en contactant le secrétariat au : 06.59.98.19.39

En pratique, vous parviendrez à rentabiliser le coût du traitement entre deux et trois mois de sevrage. Évidemment, c’est en tenant compte du prix d’achat de tabac que vous pourrez économiser mensuellement. En somme, le laser anti-tabac est une véritable révolution scientifique qui met fin aux problèmes liés au manque, et à la compensation.

Impact du laser anti-tabac sur la santé

sevrage2

Sevrage Tabagique – Source : spm

Les procédures ne sont pas identiques dans les différentes structures sanitaires anti-tabac.  Certaines misent plus sur l’auriculothérapie, grâce à laquelle des endroits particuliers du pavillon de l’oreille sont stimulés. C’est ce qui permet d’atteindre des points particuliers du système nerveux, pour mettre fin à la dépendance nicotinique. D’autres agissent sur les points de réflexologie, en mettant l’accent sur :

  • Les paumes de main ;
  • La plante de pieds.

Quoi qu’il en soit, l’avantage dont bénéficient les patients est le même dans tous les cas. Le traitement au laser ne provoque aucune douleur, et n’a aucun effet secondaire sur la santé. Le patient ne court aucun risque avec les pointeurs au laser, et encore moins avec les rayons du laser doux. La seule obligation est l’adoption d’un dispositif de sécurité que constitue le port d’une protection oculaire. C’est une norme standard pour n’importe quel traitement qui implique l’usage d’un laser.

Vous pourrez porter des lunettes de protection opaques, afin de vous garantir un traitement zéro risque. De plus, les centres de traitement spécialisés dans le laser anti-tabac affirment qu’il n’y a aucune conséquence déplorable. Vous n’aurez donc aucune démangeaison, ou irritation de peau. La laserothérapie vous protège plutôt contre ces symptômes désagréables observés après un sevrage tabagique. Ce sont la prise de poids et l’irritabilité, entre autres.

Vous ne serez donc pas confrontés à de telles situations, car la technique vous permet de vous défaire de l’addiction de façon instantanée.

Quel budget prévoir pour une lasérothérapie ?

Avant d’en venir au prix d’un traitement au laser anti-tabac, il convient de savoir comment se déroule le procédé. Vous devrez donc prendre contact avec le centre choisi, par téléphone ou mail. Lors du rendez-vous, il sera fait une analyse :

  • De votre dépendance ;
  • Des mécanismes de votre addiction ;
  • Des différentes particularités de votre cas.

Ce n’est qu’après ces différents préalables, qu’une séance vous sera proposée pour démarrer le traitement. Il faudra prévoir environ 240 euros pour la prise en charge de tout le processus. Les prix varient évidemment d’une structure à une autre. Certaines facturent pratiquement 400 euros pour cette prestation. Tout dépendra aussi de l’efficacité, et de la rapidité de la méthode utilisée. L’État soutient également la lutte anti-tabac en adéquation avec l’article 14 de la convention-cadre de l’OMS.

Il est stipulé que chaque pays doit fournir une aide à la lutte anti-tabac. En France par exemple, les patients sont exempts d’impôts. Les conditions de paiement offertes par les centres sont pour la plupart flexibles. Vous avez donc la possibilité de payer le traitement en plusieurs tranches. C’est leur manière de s’impliquer activement dans la lutte contre le tabagisme. Il ne tient plus qu’à vous de commencer une nouvelle vie sans tabac.

Lire aussi 3 plantes qui aident à arrêter de fumer la cigarette

Contenus sponsorisés