La grippe aviaire se répand dans les provinces chinoises près de l’épicentre du coronavirus

L’épidémie du coronavirus qui a dépassé le cap symbolique du nombre de morts liés au SRAS de 2003 continue de créer une ambiance de psychose au sein des territoires concernés. Cette fois, cette peur redouble avec l’émergence de la grippe aviaire qui se propage dans les provinces touchées par la menace de pneumonie mortelle. Le virus H5N1 avait fait près de 300 morts il y’a 17 ans. Ce virus inquiète désormais l’Empire du Milieu car il est particulièrement présent dans la province méridionale de Hunan, voisine de Wuhan qui a vu apparaître le coronavirus. Cette information nous est relayée par nos confrères de l’Express, BFM TV et de l’agence de presse internationale Reuters.

A l’heure où l’épidémie a franchi la barre des 1000 morts, cette dernière constitue plus que jamais une menace pour la santé publique. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), cette dernière s’est stabilisée mais il est encore « trop tôt pour conclure qu’elle a dépassé son pic ». A ce risque, vient s’ajouter la propagation du virus de la grippe aviaire aussi appelé H5N1, détecté dans la province de Hunan.

La Chine menacée par deux épidémies

La grippe aviaire se répand dans les provinces chinoises

Suite à l’émergence de la grippe aviaire qui avait fait 282 morts dans 15 pays en 2003, la Chine est menacée à l’heure où elle subit encore la propagation du coronavirus. Egalement appelé virus H5N1, la grippe provenant de la volaille n’aurait contaminé aucun humain à ce jour. Mais les animaux ont été victimes de cette maladie suite à l’apparition de la grippe dans la province méridionale de Hunan.

La grippe aviaire se répand dans les provinces chinoises

« L’épidémie a débuté dans une ferme du district de la ville de Shaoyang. L’exploitation compte 7850 poulets dont 4500 sont morts à cause de la contamination » déclare le ministre de l’Agriculture chinois aux micros de plusieurs médias locaux. Des chiffres qui inquiètent et en appellent à la prudence à l’heure où le coronavirus s’est avéré meurtrier pour des centaines de victimes.

17 828 poulets abattus

Suite à cette contamination, des dizaines de milliers de poulets ont été abattus par les autorités locales. 17 828 de ces derniers ont été tués pour enrayer ce virus qui se transmet principalement entre volailles mais qui n’a que peu de chances de se transmettre entre humains. Pour l’heure, aucun homme n’aurait été atteint par le virus de la grippe aviaire. Pourtant, en 2003, cette maladie avait été la cause de la mort de 282 personnes, six ans après son apparition dans le territoire chinois indépendant de Hong-Kong.

La grippe aviaire se répand dans les provinces chinoises

Une menace en Europe

L’Europe de l’Est est également l’objet de menace mais cette fois, il s’agit d’un autre virus : le H5N8, un sous-type de grippe A. C’est en tout cas ce que craint le syndicat agricole Coordination rurale qui a fait état de cas de contamination parmi leurs volailles. « Depuis plusieurs semaines, des foyers de grippe aviaire ont été détectés dans des élevages en Pologne, Slovaquie, Roumanie, Hongrie mais aussi dans la faune sauvage en Pologne » a publié cet organisme dans un communiqué. Puis d’ajouter : « Les autorités devraient interdire rapidement les importations de volailles en provenance des pays infectés et d’attirer la vigilance des douanes sur ce risque ». Des mesures de précautions nécessaires pour pallier ce risque qui peut s’avérer mortel pour les hommes.

Quels sont les symptômes de la grippe aviaire ?

Les symptômes de l’influenza aviaire s’apparentent à ceux de la grippe classique. Parmi eux : une fièvre, des douleurs musculaires, une toux, un mal de gorge, des infections oculaires, un risque de pneumonie et des infections respiratoires. En présence de ces signes, il est indispensable de se rendre chez un médecin.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close