Assurance obsèques : comment ça marche ?

Complémentaire à l’assurance décès, l’assurance obsèque a pour but d’alléger la charge financière et mentale qui pèse sur la famille en deuil après le décès d’un proche. Funérailles, crémation, transport de corps, cercueil, fleurs, musique...ce contrat vise à anticiper les dépenses et les démarches qui peuvent prendre de court la famille lors de ces moments difficiles, en plus de respecter les souhaits du défunt.

Effectuée auprès d’une banque ou d’un assureur, la souscription à un contrat obsèque repose sur le paiement d’une cotisation viagère, temporaire ou unique. Les deux premières s’effectuent via des versements réguliers annuels, trimestriels ou mensuels, à la seule différence que la viagère dure jusqu’au décès de l’assuré et que la temporaire se limite généralement à 5 à 10 ans. La cotisation unique est quant à elle versée à l’assureur au moment de souscrire le contrat.

assurances obseques

Assurance obsèques – Getty Images

À quoi sert une assurance obsèque ?

Il s’agit essentiellement d’un contrat individuel ou de groupe destiné à prendre en charge les dépenses funéraires de l’assuré après son décès. Cela permet aussi d’apporter un soutien financier aux proches et d’anticiper l’organisation des funérailles. En pratique, l’assurance obsèque est une déclinaison de l’assurance-vie et repose sur le versement d’une somme à un bénéficiaire désigné par le souscripteur ». explique le site lassurance-obsèques. Ce contrat peut également inclure des services d’assistance ainsi que des prestations préalablement définis auprès d’un opérateur ou de services funéraires.

Pourquoi souscrire une assurance obsèque ?

Si la mort d’un proche est une épreuve difficile à surmonter, elle entraîne aussi son lot de préoccupations en matière de dépenses et de frais à assumer par la famille. Ainsi, souscrire un contrat obsèque permet d’avoir un capital réservé aux coûts des funérailles de l’assuré et d’apporter un soutien financier aux proches le jour du décès. Le souscripteur peut également organiser et financer ses obsèques à l’avance, en contrôlant leur organisation. Enfin, cette assurance prévient d’éventuels conflits entre les membres de la famille pour s’assurer du respect des dernières volontés du défunt. Elle se décline sous deux formes : le contrat en prestations et le contrat en capital.

Quelle est la différence entre le contrat en capital et le contrat en prestations ?

Le contrat en capital repose sur la mise à disposition d’un capital variable pour les proches afin de payer les frais d’obsèques de l’assuré en cas de décès. Ce dernier ne couvre que les dépenses liées aux funérailles. Ainsi, en souscrivant à ce contrat, l’assuré prévoit avec l’organisme d’assurance un montant à verser au bénéficiaire choisi.

La convention obsèques, que l’on appelle aussi contrat en prestations personnalisées implique une action systématique et conjointe entre les pompes funèbres et l’assureur. Elle permet de régler le paiement, l’organisation et le financement des obsèques à l’avance. L’organisation repose sur l’établissement d’un devis avec l’assuré, portant sur les prestations et les produits qu’un service funéraire s’engage à réaliser. Elle est à distinguer du financement où l’organisme d’assurance s’engage à verser une somme à l’opérateur funéraire lors du décès de l’assuré. En outre, aucun coût supplémentaire ne peut être réclamé.

Comment choisir la meilleure assurance obsèques ?

Au vu des nombreuses offres proposées sur le marché, il est impératif de s’informer au préalable avant de faire son choix. Pour cela, l’utilisation d’un comparateur d’assurance obsèque ou d’un classement des compagnies d’assurance s’avère tout indiquée pour choisir les tarifs les plus avantageux selon sa situation. Avec ces différents devis, il devient plus simple de souscrire le contrat le plus adapté à ses besoins. Avant de s’engager, il convient aussi de lire attentivement les conditions générales d’utilisation pour s’assurer que l’ensemble des clauses du contrat répondent véritablement aux attentes du futur souscripteur.

Lire aussi 9 aliments que vous ne devriez jamais consommer si vous souffrez d’arthrite

Contenus sponsorisés