Il n’y a pas que le coronavirus, les médecins mettent en garde aussi contre le norovirus

Depuis plus d’un an, les pays du monde entier connaissent un bouleversement sans précédent causé par l’apparition d’un nouveau coronavirus sournois, le Sars-CoV-2. Provoquant une infection des voies respiratoires, le virus peut endommager d’autres organes, notamment chez les personnes fragilisées en raison de leur âge ou de leurs antécédents médicaux. Aujourd’hui, un virus semble inquiéter les autorités sanitaires américaines : le norovirus.

Pendant plusieurs mois, plusieurs pays du monde, dont les États-Unis, ont adopté des mesures restrictives en vue de freiner la propagation du coronavirus. Confinement, limitation des déplacements, fermeture des frontières ou encore annulation de certains événements sont autant de mesures qui ont été pensées pour lutter contre la Covid-19. Au pays de l’Oncle Sam, un virus circule en ce moment et suscite l’inquiétude de la population. Il s’agit du norovirus, un virus qui touche la muqueuse gastrique et qui peut être très contagieux, indique la chaine de télévision américaine KHOU

“Je ne pensais pas que nous aurions à faire face à un autre virus …”

Alors que le coronavirus continue de circuler et de détruire des vies de part et d’autre de la planète, les États-Unis font face à un virus connu sous le nom de norovirus. Responsables de gastro-entérites aiguës, les norovirus sont des virus appartenant à la famille des Caliciviridae. Ils peuvent engendrer des épidémies dans des pays au climat tempéré et surviennent généralement en hiver. D’après le Dr Robbyn Taylor, médecin-chef du Next Level Urgent Care, le norovirus circule activement aux États-Unis. “Je ne pensais que nous aurions à faire face à un autre virus en plein milieu de la pandémie, mais nous y sommes”, indique-t-il. Selon lui, peu de personnes se font tester contre le norovirus, et pourtant, ce dernier peut entrainer des symptômes pénibles comme des vomissements, une diarrhée et des douleurs abdominales. Mais comme les troubles digestifs peuvent sembler bénins, rares sont ceux qui s’alarment face à ces signes cliniques. D’après le Dr Luis Ostrosky, spécialiste des maladies infectieuses à l’UT Health et au Memorial Hermann Hospital, les masques et les désinfectants pour les mains ne protègent pas efficacement contre les norovirus. “Ce qui est bizarre, c’est qu’il résiste aux gels à base d’alcool, il faut donc se laver les mains à l’eau et au savon. Pour désinfecter les surfaces, nous recommandons de le faire avec de l’eau de Javel si quelqu’un a ce virus dans votre foyer”, conseille le spécialiste. 

Mais si les États-Unis se confrontent à une augmentation des cas de norovirus, la France, elle, connaît une courbe descendante des personnes atteintes de ce même virus, indique Top Santé. Généralement, entre le mois de décembre et le mois d’avril, les consultations médicales pour gastro-entérites aiguës augmentent en France métropolitaine. Seulement, dans son bilan annuel de surveillance hivernale 2019-2020 de la gastro-entérite aiguë en France métropolitaine,  Santé publique France a mis en avant une diminution de l’activité des norovirus “à des niveaux historiquement bas, très probablement en lien avec les mesures mises en place durant la pandémie de Covid-19”. Comme d’habitude, en début de la saison hivernale, des cas de gastro-entérite étaient observés fin décembre 2019 et début janvier 2020. Cette recrudescence de cas était due à des toxi-infections alimentaires collectives qui ont impacté de nombreuses régions françaises en raison de la consommation d’huitres contaminés durant les fêtes de fin d’année. Mais après le premier confinement du mois de mars, les admissions en urgence dues à une gastro-entérite ont fortement diminué, jusqu’à atteinte un niveau qui n’a pas été observé depuis 10 ans. Et pour cause, la baisse des contacts sociaux, le lavage des mains et la distanciation physique ont permis de réduire la transmission des norovirus dans l’Hexagone. 

Ainsi si vous avez des symptômes digestifs, vous pouvez faire un test de dépistage du norovirus, mais aussi du coronavirus. En effet, la Covid-19 peut entraîner également des problèmes digestifs

Quels sont les symptômes et les risques liés au norovirus ? 

À l’instar du coronavirus Sars-CoV-2, le norovirus répond à une transmission interhumaine, c’est à dire qu’il peut se transmettre d’un humain à un autre. Selon le site médical Vidal, les norovirus sont responsables de 60 à 80% des gastro-entérites à norovirus en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. La contamination se fait lorsqu’on ingère de l’eau ou des aliments manipulés par une personne porteuse du norovirus. Les symptômes de la maladie incluent nausées, vomissements, diarrhée, fièvre modérée et maux de ventre. Seulement, on compte 20% des personnes porteuses du virus qui sont dites asymptomatiques et peuvent ignorer leur infection. Généralement, la maladie dure un à trois jours mais le virus peut être sécrété dans les selles 3 semaines après le début de l’infection. Durant l’infection, il est recommandé de bien s’hydrater, de manger des fruits et des légumes. Lorsqu’ils sont consommés en jus, ces derniers ont de nombreux bienfaits. Chez les personnes âgées, les très jeunes enfants ou encore les personnes souffrant d’une maladie grave, la maladie peut se compliquer et donner lieu à une déshydratation. En outre, une personne immunodéprimée peut présenter des infections chroniques par norovirus. 

Quelles sont les recommandations sanitaires pour se protéger contre la maladie ? 

Pour se protéger de ce virus, quelques règles d’hygiène sont à respecter : 

  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon, notamment avant de manger, après le passage aux toilettes ou encore après avoir changé les couches d’un nourrisson
  • Nettoyer les toilettes avec un désinfectant, surtout après une diarrhée ou des vomissements
  • Nettoyer les surfaces qu’on touche le plus souvent avec un produit désinfectant ou à l’eau de Javel, comme les poignées de porte, le téléphone, les lavabos ou encore les toilettes 
  • Changer régulièrement les essuie-mains
  • Les personnes souffrant de diarrhée ou de vomissements doivent s’abstenir de préparer les repas 

Quels sont les gestes barrières supplémentaires pour prévenir la maladie ? 

Outre les règles d’hygiène précisées ci-haut, certaines mesures sont à respecter, notamment pour les voyageurs qui se rendent dans des pays à haut risque d’infection par les norovirus : 

  • Se laver régulièrement les mains, surtout après le passage aux toilettes et avant de manger
  • Ne pas utiliser les serviettes collectives
  • Manger des aliments cuits et chauds 
  • Ne pas consommer d’aliments servis à température ambiante
  • Éviter à tout prix de consommer des poissons, des coquillages ou des fruits de mer peu ou mal cuits 
  • Peler, voire cuire, les fruits et les légumes 
  • Limiter la consommation de produits laitiers et de jus de fruits non pasteurisés
  • Boire uniquement de l’eau minérale en bouteille capsulée ou de l’eau traitée
  • Opter pour des boissons gazeuses en bouteilles ou en boîtes commerciales scellées ou encore pour des boissons préparées avec de l’eau bouillie et servies chaudes (par exemple café ou thé)
  • Éviter de consommer des sorbets, des crèmes glacées ou des glaçons vendus disponibles chez des vendeurs de rue

Pour protéger sa santé et celle de son entourage, il est important de respecter toutes les recommandations d’hygiène et de distanciation physique.

Lire aussi Cette délicieuse soupe à l’ail et au gingembre vous protège du rhume, de la grippe et du norovirus

Contenus sponsorisés