Yaourts aux fruits : du sucre et des additifs ?

Dans « yaourt aux fruits », il y a « fruits » : la promesse d’un produit sain. Pourtant, certains d’entre eux sont de véritables bombes de sucres, d’additifs et parfois… sans fruits à l’intérieur ! Comment déjouer les pièges de l'industrie agroalimentaire et choisir un « vrai » et bon yaourt aux fruits ?

Un yaourt est un produit vivant ! Il est fait à base de lait fermenté par deux souches bactériennes : Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus. Qu’il soit aux fruits, nature, aromatisé, ferme, brassé, ou à la grecque, il doit avoir été fermenté exclusivement par ces deux bactéries afin de recevoir la dénomination « yaourt ». Si le lait a été ensemencé avec d’autres ferments, on parle alors de « lait fermenté » et non plus de « yaourt ».

L’ajout de fruits se fait de différentes manières : soit on utilise de vrais fruits (coupés ou mixés), soit on utilise des arômes (parfois les deux).

La quantité de vrais fruits trouvée dans les pots varie selon les marques : 1 %, 5 %, 12 %, etc. Bien entendu, plus il y en a, mieux c’est, et les arômes sont l’option à éviter. Nous détaillerons ce point plus loin.

Yaourts au lait animal et « yaourts » végétaux : quelles différences ?

manger un yaourt

Manger un yaourt – Source : spm

Il est possible de trouver des yaourts aux fruits à base de lait d’origine animale (vache, brebis, chèvre) ou des yaourts végétaux à base d’ingrédients végétaux (soja, coco, amande, etc.). Cependant, ces derniers n’ont pas l’autorisation d’être appelés « yaourts », cette dénomination n’étant autorisée que pour les produits utilisant du lait animal. On parle alors de « dessert végétal » (« dessert de soja » par exemple).

Si le yaourt est obligatoirement fermenté avec deux souches de bactéries, ce n’est pas forcément le cas du dessert végétal. Il peut ainsi être fermenté ou non, et contient généralement des épaississants ou des gélifiants afin de se rapprocher de la texture d’un yaourt. De plus, ce type de produits renferme souvent de nombreux additifs et la liste des ingrédients peut vite s’allonger et devenir incompréhensible : citrate tricalcique, sels de calcium, antioxygènes, esters d’acide gras, etc. Le dessert végétal est généralement un peu moins sucré.

Beaucoup de sucre, d’arômes et d’additifs

Si l’on ne fait pas attention, les yaourts aux fruits peuvent vite devenir des desserts trop sucrés et transformés.

Jusqu’à 3 morceaux de sucre par pot !

En moyenne, on trouve 14 % de sucre dans les yaourts aux fruits, soit l’équivalent de 3 morceaux de sucre pour un pot individuel de 125 g. Ce sont donc des produits très sucrés à consommer de façon occasionnelle. Un yaourt aux fruits ou aromatisé au lait animal contient en moyenne 2,5 morceaux de sucre par pot de 125 g contre 2 pour un « yaourt » végétal. Un yaourt aux fruits ne devrait idéalement pas contenir plus de 12 g de sucre pour 100 g, la version végétale étant un peu plus intéressante de ce point de vue.

L’autre point important à surveiller est le type de sucre utilisé. Si certains produits utilisent du sucre de canne, ce qui est un bon point car il contient un peu de vitamines et de minéraux, d’autres utilisent du sirop de glucose ou de glucose-fructose.

Ces sirops sont à éviter car ce sont des sucres transformés et leur index glycémique (IG) est beaucoup trop élevé (95 à 100/100 contre 65 à 70/100 pour le sucre de canne). Les sirops de glucose et autres, en plus d’être raffinés, favorisent les pics d’insuline et donc un dérèglement plus prononcé de la glycémie. De plus, les consommateurs d’aliments transformés contenant ce type de sucres sont plus sujets aux maladies cardiovasculaires, au diabète, à l’obésité et au dérèglement du microbiote intestinal.

Enfin, faites également attention aux produits utilisant de la confiture de fruits. Ils sont souvent plus sucrés car du sucre est ajouté dans la préparation de la confiture. Un yaourt aux fruits n’est pas un yaourt à la confiture de fruits…

Des arômes mais peu de vrais fruits…

un yaourt

Un yaourt – Source : spm

Un bon yaourt aux fruits ne devrait contenir que des vrais fruits. Pour cela, lisez bien la liste des ingrédients : si vous lisez par exemple « fraise 12 % », cela veut dire qu’il y a du fruit, à hauteur de 12 %.

Ne vous fiez surtout pas à l’image des fruits présente sur l’emballage, car cela ne veut rien dire ! En effet, beaucoup de marques jouent avec les images, mais utilisent à la place des arômes, dont beaucoup sont artificiels car moins chers. Les allégations sur les arômes peuvent prêter à confusion… Pour y voir plus clair, faisons le point. Si vous lisez :

  • « Arôme naturel de… » : c’est un arôme naturel dont 95 % doit provenir de l’ingrédient mentionné. Par exemple, « arôme naturel de fraise » signifie qu’il y a 95 % d’arôme naturel issu de vraie fraise. C’est le meilleur choix parmi les trois types d’arôme.
  • « Arôme naturel » : L’arôme émane d’ingrédients naturels (d’origine végétale ou animale), mais ne correspond pas forcément au goût du fruit du yaourt. Par exemple, un yaourt « fraise nature » peut être un arôme naturel réalisé de copeaux de bois. (vous avez bien lu ! ), mais sans un soupçon de fraise…
  • « Arôme » : ici, l’arôme peut être naturel ou pas, et son goût peut être mentionné (ex : « arôme fraise »). Pour des raisons de coûts, la plupart sont des arômes non naturels, c’est-à-dire des molécules produites d’une synthèse chimique reproduisant le goût du fruit. En général, s’il n’y a pas de fraise dans le yaourt, une mention « saveur », « goût », « parfum » ou « aromatisé » apparaît avant le nom du fruit, comme « yaourt saveur fraise »

Épaississants, gélifiants, édulcorants…

Beaucoup de yaourts aux fruits contiennent des additifs. La majorité d’entre eux sont des épaississants et des gélifiants, des émulsifiants, des colorants, des conservateurs et des édulcorants. Les épaississants et gélifiants sont très utilisés dans ce type de produits afin d’apporter la consistance souhaitée, comme le côté crémeux ou l’onctuosité. Parmi les texturants, les plus utilisés sont les amidons modifiés de maïs et de manioc ainsi que les carraghénanes. La pectine puis les gommes de guar et de xanthane suivent.

Il existe différentes catégories d’additifs dont les effets sur la santé sont variables : certains sont classés verts (acceptables), d’autres jaunes (tolérables), orange (peu recommandables) et rouges (à éviter). S’il faut surtout éliminer les deux derniers, mieux vaut éviter au maximum les additifs d’une manière générale. En effet, il ne faut pas oublier le fameux « effet cocktail », car nous consommons de nombreux aliments différents tous les jours. Même avec de petites quantités, une accumulation d’additifs s’opère dans l’organisme, ce qui détériore la santé des intestins.

6 critères pour choisir un bon yaourt aux fruits

  1. Choisissez un yaourt qui contient de vrais fruitset, idéalement, un maximum de pourcentage de fruits (à lire dans la liste des ingrédients).
  2. Optez pour le moins de sucre possible :12 g/100 g au maximum, moins étant mieux. Ensuite, avec du vrai sucre de canne en évitant les sirops de glucose ou de glucose-fructose.
  3. Détournez-vous un maximum des additifs.N’oubliez pas le fameux « effet cocktail ». Un bon yaourt aux fruits à base de lait animal devrait contenir 0 ou 1 additif, et jusqu’à 2 ou 3 additifs maximum pour un dessert végétal. Les pires peuvent en contenir jusqu’à 10 !
  4. Privilégiez les produits biologiquessans toutefois faire une confiance aveugle à ce type de produits : attention au nombre d’additifs ainsi qu’à la quantité de sucre utilisés.
  5. Évitez les produits avec des arômes et/ou des colorants.Faites particulièrement attention à deux points : ne vous fiez pas aux beaux fruits affichés sur l’emballage (il y a souvent écrit « saveur… » à côté) et rappelez-vous que la présence d’un « arôme naturel » ne garantit pas la présence du fruit mis en avant sur le pot.
  6. Si possible, choisissez un lait d’origine française plutôt que de l’Union européenneet évitez une dominante de lait en poudre au lieu de lait entier. Cela permet de favoriser la production locale, de limiter le bilan carbone et de s’assurer d’une meilleure traçabilité. L’origine des boissons végétales (soja, amande, coco) reste plus exotique mais aussi plus inconnue dans la majorité des cas.

Les yaourts 0 % de matières grasses sont-ils meilleurs pour la santé ?

Non, ils sont à éviter ! Les yaourts 0 % de matières grasses contiennent en général de nombreux additifs ainsi que des édulcorants artificiels tels que de l’aspartame et de l’acésulfame K. En effet, afin de redonner de l’onctuosité au yaourt (perdue par l’absence des graisses), des agents épaississants et du sucre sont ajoutés. C’est par exemple le cas des « yaourts aux fruits 0 % MG – Panier de Yoplait ».

Le cas des yaourts bio

Les yaourts biologiques sont élaborés à partir de lait, de fruits et de sucre d’origine biologique. La fabrication est la même que celle des yaourts conventionnels. Selon la réglementation, les produits bio ne contiennent ni colorants, ni arômes artificiels, ni exhausteurs de goût. S’ils contiennent en général moins d’additifs, une cinquantaine d’entre eux sont toutefois autorisés (contre plus de 300 pour les produits non bio). Alors attention tout de même avec le bio, ne fermez pas les yeux sur leur composition et continuez d’analyser la liste des ingrédients. Les additifs principalement utilisés sont les gélifiants et les épaississants tels que les carraghénanes (E407), l’agar-agar (E406), la farine de graines de caroube (E410) et les pectines (E440).

Lire aussi Peut-on consommer un Yaourt après sa date de péremption ?

Contenus sponsorisés