Il y a 2 façons de faire l’amour. Quelle est votre manière ?

Entre coït primitif et tendresse, on a tendance à disséquer le sexe et à le mettre dans des cases. Y a-t-il vraiment un camp à choisir ? Baiser ou faire l’amour, telle est la question !

Pour certains, « baiser » et « faire l’amour », ce n’est rien de plus qu’un jeu de mots. Pourtant, une nuance subsiste au-delà du fait d’en avoir envie ou de chérir ou non le partenaire sexuel. À en juger les avis qui divergent, on peut baiser quelqu’un que l’on aime mais l’inverse n’est pas vrai. Ne dit-on pas d’ailleurs « baiser quelqu’un » davantage que « baiser avec quelqu’un » ? Une dissonance grammaticale lourde de sens. Vous y voyez un début d’indice ?

« Baiser » évoque une copulation libertine, grossière, hâtive, trash et hard, peut-être même dénuée de sentiments. Tandis que « faire l’amour » est aussitôt associé à l’affection et au moralement correct. 

Les clichés ont la vie dure. Mais alors, cela signifie-t-il que l’on n’a pas tous la même perception du sexe ? Ose-t-on plus naturellement certaines positions lorsque l’on baise ? Les mots crus c’est quand on baise, les préliminaires pour faire l’amour ? C’est à s’y emmêler les pinceaux !

La réflexion la plus cohérente serait que c’est l’intention de se libérer du regard des autres, de laisser son corps parler, affranchi de toute servitude normative, libre de relayer ou non un rapport charnel transgressif et sans arrière-pensées avec un rapport plus subtil. 

Après, ce qu’il faut retenir, c’est que les filles aiment autant faire l’amour que baiser. Tout dépend de leur état d’esprit du moment.

Créer l’ambiance  

Êtes-vous plutôt faire l’amour après une orgie de sushis, dans une pièce aux tons feutrés, décorés avec des bougies parfumées, une odeur d’encens aphrodisiaque embaumant l’atmosphère, des pétales de rose parsemés ici et là, en la regardant dans les yeux et en lui bécotant la nuque, sur fond sonore de « Sexual Healing » ?

OU

Peu importe que vous ne sentiez pas la rose, qu’elle ne soit pas en tenue coquine. Baiser, c’est y aller cash, sans aucune pudeur, sur un lit sens dessus dessous, contre un mur, sur la machine à laver, vite fait bien fait. N’importe quelle surface plane pourrait faire l’affaire.

Les mots cochons 

Ah les mots et leur pouvoir à pimenter les ébats ! Êtes-vous du genre à vous émoustiller sur des proses poétiques et vous susurrer à l’oreille « Rossignol, tu es ma sève et ma terre labourée. Inonde-moi de ton désir » ?

OU

C’est connu, les hommes aiment se la jouer dominants et conquérants en terrain connu. Le dirty talk, vous y allez donc à deux et sans calcul. Tous les noms d’animaux et instructions salaces y passent.

Les positions

Vous êtes plus enclins aux rapports romantiques, dans des positions face to face, collés l’un à l’autre, à vous échanger des baisers langoureux, plongeant vos yeux dans les siens. Ce n’est qu’ainsi que vos corps communiquent en communion.

OU
Pour vous, il n y a pas de manière indécente à prendre son pied. Le Kamasutra n’a pas de secret pour vous. Vous n’avez pas de tabou et c’est l’extase. Elle aime se faire dominer, vous ne la ménagez pas quand elle vous vocifère des ordres de la prendre comme vous en avez envie.

Ce qu’on ressent 

Vous vous sentez comme en apnée, paupières mi-closes, vous nagez en plein désir, au bord de l’orgasme. C’est accueillant, doux et pénétrant et ça met tous vos sens en émoi. Vous savourez pleinement ce moment de volupté. 

OU 

C’est vertigineux, marathonien, exaltant et éreintant. Vous accélérez la cadence, la secouez dans tous les sens avant de jouir sans vous soucier qu’elle ait atteint son orgasme ou pas.

La satisfaction

Vous n’êtes pas bien loin de la jouissance, dans un état de béatitude en totale osmose. Vous aimeriez que le plaisir post-coït dure toute une vie.

OU

Vous jouissez puis vous stoppez net. Si votre partenaire jouit en même temps, c’est tant mieux, sinon c’est secondaire. Au pire, vous finissez la besogne en la doigtant.

Après l’amour 

Le feu d’artifices s’opère et vous voilà au septième ciel, abandonnés dans les bras l’un de l’autre. Vous gratifiez votre tendre moitié d’un baiser sur le front avant de l’enlacer puis de sombrer dans les bras de Morphée.

OU 

C’est biologique, on l’a compris, mais avouons tout de même que c’est frustrant cette manie de vous écrouler, mort de sommeil sur votre partenaire, à peine quelques minutes après la fin des ébats.

Lire aussi Le manque de sexe est-il mauvais pour la santé ?

Contenus sponsorisés