Vous n’êtes peut-être pas paresseux, vous pourriez avoir une dépression et en voici les symptômes

« Arrête d’être paresseux ». C’est souvent la phrase qu’entend un dépressif qui s’ignore. Souvent, ce type de phrase entraîne une culpabilisation alors qu’il s’agit d’une pathologie à prendre au sérieux. Voici les symptômes de ce trouble mental qui peut s’avérer mortel puisqu’il peut pousser au suicide.

Relayées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les données sur la dépression en font une véritable problématique qui concerne le plus grand nombre. Si elle est dangereuse, c’est parce qu’elle est souvent mal interprétée par les malades, d’où la difficulté à établir un diagnostic.

264 millions de personnes dans le monde

Alors que cette pathologie mentale est toujours stigmatisée par les gens qui disposent de peu d’informations quant à cette dernière, elle concerne plus de malades qu’on ne croit. Et pour cause, selon l’organisme mondial de la santé, elle affecte plus de 264 millions de personnes. Bien que les hommes soient soumis à de légères variations de l’humeur, la dépression, elle, entraîne des conséquences dramatiques si elle n’est pas soignée à temps. Le suicide en fait partie.

Des conséquences dramatiques

La raison principale pour laquelle la dépression est une question de santé publique à prendre au sérieux, c’est parce qu’elle peut causer le suicide du patient. Ce chiffre le prouve puisque chaque année près de 800 000 personnes meurent en décidant de mettre fin à leur vie et cela concerne principalement les 15-29 ans car le suicide représente la deuxième cause de mortalité chez cette tranche d’âge. Pourtant, la médecine propose de nombreux traitements efficaces qui permettent de sortir de ce trouble mental sévère. Malgré cela, entre 76 % et 85 % des personnes vivant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ne bénéficient d’aucun traitement. En cause : une pénurie de soignants formés, un manque de ressources, une absence de sensibilisation et surtout une stigmatisation sociale des malades. Autre obstacle au soin de cette pathologie qui peut s’avérer dramatique, une errance avant le diagnostic ou au contraire une prescription d’antidépresseurs inutile. En complément d’un traitement médical, une bonne nutrition est utile pour un malade. Certains aliments peuvent aider à soigner la dépression.

Quels sont les symptômes de la dépression ?

S’il est difficile de diagnostiquer cette pathologie mentale, c’est parce que peu de patients sont sensibilisés à entreprendre des démarches médicales ou thérapeutiques. Le sentiment de culpabilité ou de dévalorisation peut entraîner cette difficulté à passer à l’action. C’est pour cette raison que l’entourage ne doit pas blâmer un malade d’être paresseux ou de « se laisser aller ». Parmi les symptômes de la maladie, de l’anxiété, des troubles du sommeil, une altération de l’appétit et d’autres symptômes qui ne sont pas médicalement expliqués. La dépression peut avoir différents degrés, de légère à sévère, et être caractérisée par plusieurs fréquences telles que récurrentes ou épisodiques. Elle peut également être exogène, à savoir dépendante de circonstances extérieures telles qu’un deuil ou endogène enclenchée par des conflits intérieurs non connus du patient. La dépression est souvent caractérisée par une baisse de l’humeur et une anhédonie, c’est-à-dire une perte de goût et de plaisir pour des activités appréciées. La durée doit être supérieure à deux semaines et cette pathologie entraîne également une baisse d’énergie.  Certains signes et comportements peuvent indiquer l’existence d’une dépression masquée.

Quels sont les signes d’une dépression sévère ?

Recensés par le DSM, les symptômes de la dépression sévère peuvent entraîner le passage à l’acte suicidaire. Une personne concernée par ce degré de pathologie peut présenter une indécision quotidienne, des pensées de mort récurrente avec ou sans plan précis pour se suicider mais aussi altérer le fonctionnement social et entraîner une inaptitude au travail. Elles peuvent également induire des comportements psychotiques et entraîner un ralentissement psychomoteur. Dans ce cas, il est difficile pour le malade d’entreprendre l’initiative de consulter un professionnel car il peut ne plus être opérationnel dans de nombreuses dimensions de sa vie. La dépression n’est pas seulement une maladie qui impacte l’humeur, elle entraîne également des effets néfastes sur le corps.

Comment soigne-t-on la dépression ?

Sami-Paul Tawil, psychiatre et psychothérapeute explique que si la dépression est à prendre au sérieux, elle n’en est pas pour autant une fatalité. En ajoutant qu’un état dépressif peut guérir dans 80% des cas, notamment avec un traitement adapté. Il estime également qu’un soin complémentaire avec un psychologue est vivement recommandé pour de meilleurs résultats. « Le patient a un rôle-clef à jouer dans sa guérison, à condition qu’on l’informe sur les bienfaits des antidépresseurs mais aussi de la psychothérapie », indique le spécialiste.

Lire aussi Les champignons hallucinogènes pourraient diminuer la dépression chez les patients atteints du cancer

Contenus sponsorisés