x

Voici comment prévenir l’éjaculation précoce et faire durer un homme plus longtemps au lit

Les hommes nourrissent tous l’envie d’être de bons amants. Savoir être à la hauteur ou faire durer le plaisir au lit sont deux points, qui font angoisser les éjaculateurs précoces plus que tout. Il est souvent difficile de parler de ce trouble, dont les incidences finissent par perturber la vie conjugale de millions de personnes. Un sexothérapeute lui-même affecté par l’éjaculation prématurée dans sa jeunesse, livre ses conseils pour outrepasser ce problème et retrouver la voie vers le plaisir à deux.

Rien de plus frustrant que de sentir le désir monter à son firmament, puis tout d’un coup, perdre le contrôle et jouir trop vite ! Sur le coup, on s’en veut un peu, vivant cette situation avec autant de frustration que de honte et de culpabilité. Parfois ce boum final prématuré peut résulter d’un trop plein de stress, de nervosité, de fatigue, de mauvaises habitudes. L’éjaculation prématurée caracole à la deuxième place des troubles les plus fréquents chez les Français, juste après les troubles érectiles. La jouissance prématurée se produit au tout début de la pénétration, voire avant.

Dans un contexte de culte de la performance, les jeunes conçoivent mal d’avouer leur déficiences sexuelles. Et bien surprise ! Un sexothérapeute l’a fait  lorsqu’il avait un peu plus de 20 ans, sa réaction face à ce coup du sort a été reconstructive. Confronté à  ce désagrément qui touche près d’un tiers des hommes, il a réussi à le surmonter en appréhendant aussi bien l’aspect technique que psychologique du trouble. Aujourd’hui,  il aide ses patients à briser le silence et à trouver des solutions adaptées en explorant toutes les causes. Selon lui, il s’agit d’un trouble fonctionnel pour lequel il suffit parfois de suivre quelques techniques à deux, pour qu’il régresse. Il préconise une psychothérapie du couple, pour accroitre la confiance en soi et dépasser l’angoisse de la performance.

Multipliez les plaisirs pour atteindre des orgasmes

On s’accorde à dire qu’une sexualité satisfaisante ne se limite pas à l’orgasme et ne s’apparente pas à un marathon du sexe.  L’un des secrets d’un acte sexuel prolongé, c’est de multiplier les préliminaires et les caresses autour du périnée, des testicules, du clitoris bref tout ce qui pourra vous donner la chair de poule mais qui n’est pas le pénis ni le vagin. Dès que l’orgasme commence à arriver, l’homme stoppe tout net avant de reprendre de plus belle. Faire des pauses quand l’excitabilité arrive à son comble, respirer, contracter ses muscles, quitte à laisser fléchir momentanément son érection, il en appréciera encore plus la remontée. Vous succomberez ainsi à deux à plusieurs petits orgasmes et prolongerez les vagues de plaisir. Jouir plusieurs fois de suite à quelques minutes d’intervalle n’est pas l’apanage des plus doués. Cela nécessite juste un peu de doigté et d’attention. Les sexologues préconisent d’alterner la stimulation vagin/ clitoris après le premier orgasme. La garantie d’une vague continue d’orgasmes multiples … à deux.

Faites de son pénis un jouet

Pour retarder l’orgasme de l’homme, on vous propose plusieurs solutions : notamment stimuler les zones sexuelles secondaires au détriment des primaires. Ensuite, pratiquer la technique dite du squeeze ou stop and go, qui permet de comprimer délicatement de la partie inférieure du gland pendant 2 à 3 secondes afin de faire baisser l’excitation et ainsi retarder l’éjaculation. Si elle n’est pas des plus romantiques et interrompt plusieurs fois le rapport, elle a le mérite de faire tenir monsieur plus longtemps au lit.

La jouissance arrive plus vite quand les muscles de l’homme sont tendus. Certaines positions qui propulsent l’excitation sont à éviter, telles que le missionnaire et favoriser celles où femme prend les rênes, cela aide à varier la profondeur de la pénétration et à ralentir le rythme des mouvements et ainsi gérer son niveau d’excitation.

Hommes et femmes peuvent faire l’exercice du périnée pour s’assurer un orgasme plus tardif. Comment s’y prendre ? Tous les jours, dans les toilettes, sur sa chaise de bureau, on contracte pendant 10 secondes son plancher pelvien, un peu comme si l’on bloquait son urine, on relâche et on recommence pendant quelques minutes.

Contenus sponsorisés
Loading...