Voici comment en finir avec la cellulite naturellement

Neuf femmes sur dix sont touchées par la cellulite. En plus d’être inesthétique, elle peut être gênante, voire douloureuse. Il existe heureusement de nombreux moyens naturels pour en venir à bout et retrouver une silhouette tonique et ferme.

Une malédiction féminine?

Même si vous pensez probablement le contraire au moment de laisser tomber votre paréo à la plage, la cellulite n’est pas une malédiction. C’est un phénomène naturel qui touche surtout les femmes, mais aussi quelques hommes, environ un sur dix. Concrètement, la cellulite correspond à un gonflement et à une inflammation des cellules adipeuses, les adipocytes, situées sous la peau. Ce tissu adipeux contient également des fibroblastes, qui produisent du collagène et de l’élastine, et des vaisseaux sanguins. Lorsque le tissu adipeux est endommagé, gonflé et par conséquent déformé, l’aspect de la peau qui le recouvre se modifie : c’est l’aspect capitonné tant redouté de la cellulite. La principale fonction du tissu adipeux est de stocker de l’énergie, issue des lipides, ou des glucides transformés en lipides, que nous ingérons via notre alimentation. Nos adipocytes sont donc des réserves d’énergie mobilisable en cas de besoin, lors d’un effort physique important par exemple. Ainsi, en théorie, lorsque les apports et les dépenses énergétiques sont équilibrés, les adipocytes ne se multiplient pas et ne grossissent pas. Ils sont régulièrement vidés. Il est alors peu probable que la cellulite s’installe. Mais ce n’est bien sûr que la théorie. Il faut aussi compter avec la prudence de l’organisme, qui, pour assurer notre survie, s’évertuera toujours à constituer des réserves pour faire face à une éventuelle période de vaches maigres. C’est encore plus vrai chez la femme qui peut potentiellement porter un enfant, puis le nourrir. Ainsi, sous l’influence des œstrogènes, les femmes stockent les graisses, principalement au niveau des hanches, des cuisses et des fesses. Voilà pourquoi presque toutes les femmes sont concernées par la cellulite. Mais il faut bien admettre que certaines sont plus touchées que d’autres. Pourquoi ?

Les six facteurs principaux

L’apparition de la cellulite est multifactorielle. Si votre mère était sujette à la cellulite, il est probable que vous le soyez aussi. Le facteur génétique joue. Le surpoids est bien sûr un autre facteur à prendre en considération, mais il n’explique pas tout, car la cellulite existe aussi chez les femmes très minces. Au-delà de la génétique et du surpoids, quels sont donc ces facteurs qui expliquent l’apparition de la cellulite ?

  • La mauvaise circulation sanguine et lymphatique favorise la rétention d’eau, tout en diminuant les échanges intra- et extra-cellulaires. Les cellules sont donc localement moins bien nourries et oxygénées. Les toxines sont moins bien éliminées et finissent par s’accumuler, générant une inflammation et donc un gonflement des adipocytes. En même temps, le tissu de soutien, constitué de collagène et d’élastine, est détérioré et se déforme. C’est ensuite un cercle vicieux qui s’installe car plus les adipocytes gonflent, plus la circulation est entravée, et plus les adipocytes gonflent… Cette mauvaise circulation est souvent due à un manque d’activité physique. Faites aussi attention au port de vêtements trop serrés et de talons hauts qui gêne la bonne circulation.
  • Une alimentation déséquilibrée, trop riche en sucres raffinés et en acides gras saturés, est un facteur déterminant dans l’apparition de la cellulite. Les sucres, raffinés et industriels, mais aussi les sucres naturels (comme le miel ou le sucre complet) et les sucres complexes présents dans les céréales, lorsqu’ils sont consommés en trop grandes quantités, sont facilement stockés sous forme de graisse dans les adipocytes, les faisant ainsi gonfler. De plus, le sucre est responsable de la glycation du collagène. Le collagène est une protéine fibreuse qui entoure les adipocytes. Lorsqu’il y a glycation, c’est-à-dire lorsque les sucres se lient aux protéines, les fibres de collagène durcissent et se rigidifient, emprisonnant ainsi les cellules graisseuses. Les graisses contenues deviennent peu mobilisables et la cellulite s’installe durablement.

Quant aux acides gras saturés, ils constituent une source d’énergie, facilement stockable, mais malheureusement peu mobilisable à l’effort. Ils sont donc difficilement brûlés par l’organisme. De plus, ils rigidifient les membranes cellulaires des adipocytes, favorisant ainsi la cellulite. Vous les trouverez principalement dans les viandes grasses, les charcuteries, les fromages et les produits ultra-transformés, notamment ceux contenant de l’huile de palme. Enfin, certains aliments favorisent la rétention d’eau. C’est le cas du sel et des aliments qui en contiennent trop, de nouveau les charcuteries et les plats industriels pour ne citer que ceux-là… Fuyez aussi les édulcorants et les exhausteurs de goût (de nouveau très présents dans les produits industriels!). Et attention aux boissons et produits «light», de faux amis par excellence…

  • Un déséquilibre hormonal. On parle de dominance en œstrogènes lorsqu’ils sont présents en excès par rapport à la progestérone. Or, ces deux hormones ont des effets antagonistes. Non seulement les œstrogènes favorisent le stockage des graisses, mais aussi la rétention d’eau, faisant gonfler les adipocytes et tout le tissu adipeux. À l’inverse, la progestérone stimule l’utilisation des graisses comme source d’énergie et est diurétique. Elle permet donc de lutter contre la cellulite. Ainsi, tout déséquilibre hormonal lié à l’âge, à la prise d’un traitement hormonal contraceptif ou de la ménopause, peut favoriser la cellulite.
  • Une faiblesse du tissu conjonctif. Un manque de collagène et d’élastine entraîne un relâchement cutané et donc un moindre soutien des cellules adipeuses, plus facilement déformables et visibles. Cette faiblesse du tissu conjonctif peut être due à une carence en protéines et en gélatine dans l’alimentation
cellulite

Cellulite – source : spm

Le cocktail anti-cellulite

Dans une bouteille d’un litre d’eau de source peu minéralisée, mélangez :

  • 15 gouttes de teinture mère de marron d’Inde (Aesculus hippocastanum) : En plus de protéger et renforcer le tissu veineux , il diminue la perméabilité des vaisseaux sanguins, luttant ainsi contre les œdèmes.
  • 30 gouttes de teinture mère de fragon (Ruscus aculeatus) : Ses propriétés analogues5 agiront en synergie avec le marron d’Inde.
  • 15 gouttes d’un macérat concentré de bourgeons de châtaignier (Castanea sativa) : Il a une action plus spécifique sur le système lymphatique. Excellent draineur, il réduit les œdèmes et la cellulite, tout en ayant une action protectrice sur le tissu veineux.
plantes

Plantes – source : spm

Trois types de cellulite

La cellulite aqueuse est surtout présente en cas de rétention d’eau liée à une insuffisance veineuse et lymphatique. L’eau s’accumule, tout particulièrement sous l’influence des hormones. Le phénomène peut donc être plus marqué au moment de l’ovulation ou avant les règles. Les gonflements peuvent aussi être présents au niveau des pieds et des chevilles, avec une sensation de jambes lourdes.

La cellulite adipeuse est liée à un stockage trop important des graisses ingérées que l’organisme ne parvient pas à utiliser, soit parce qu’elles sont ingérées en trop grandes quantités, soit parce qu’elles sont de mauvaises qualités (acides gras saturés).

La cellulite fibreuse correspond à un stade avancé, chez les personnes qui souffrent de cellulite depuis plusieurs années. Les tissus se sont durcis. La cellulite est alors visible, dure et douloureuse au toucher. On dit parfois qu’elle est indurée. Elle sera beaucoup plus difficile à éliminer.

Une stratégie en 5 étapes

Quel que soit le type de cellulite dont vous souffrez, la stratégie sera la même.

1. La bataille commence dans l’assiette

Supprimez tous les sucres raffinés et ceux ayant un index glycémique élevé, responsables d’un stockage excessif des graisses et du phénomène de glycation. Même chose pour les aliments ultra-transformés et industriels, trop riches en sucres, sel, édulcorants et exhausteurs de goût. Ils contiennent aussi beaucoup trop d’acides gras saturés. Pour la même raison, limitez les produits laitiers qui de surcroît favorisent l’inflammation et entraînent une réponse insulinique élevée et donc le stockage des graisses. Limitez le sel, sans le supprimer totalement car il est essentiel à un bon équilibre électrolytique. Faites une belle place aux légumes et aux fruits. Riches en potassium, ils favorisent l’élimination de l’eau. Leur richesse en antioxydants soutient et renforce les parois des vaisseaux sanguins et donc la circulation sanguine. Mangez suffisamment de protéines, elles participent au maintien et à l’élasticité de la peau, notamment par la synthèse de collagène et d’élastine. Les bouillons d’os ou les ragoûts de nos grands-mères cuisinés avec des os à moelle sont très riches en collagène. Mettez-les au menu plus souvent. Si votre alimentation ne contient pas assez de collagène, pensez aux compléments alimentaires. Un apport quotidien de 2,5 grammes de collagène améliore la qualité de la peau et réduit la cellulite.

Consommez des oméga-3, des lipides facilement brûlés par l’organisme, qui, en prime, apportent de la fluidité à vos cellules, favorisant l’élimination des toxines. Vous les trouverez dans les petits poissons gras (sardines, maquereaux) et dans les huiles végétales comme le colza, le lin ou la noix. Enfin, buvez suffisamment d’eau. Cela pourrait sembler contreintuitif, mais c’est la meilleure solution pour lutter contre la rétention d’eau. Pensez aussi au thé vert à raison de deux à trois tasses par jour. Il favorise le déstockage des graisses et l’élimination de l’eau.

2. Bougez !

Pratiquer une activité physique régulière augmentera vos dépenses énergétiques, limitant ainsi le stockage des graisses. Mieux, si vous pratiquez une activité suffisamment intense, votre organisme déstockera les graisses mises en réserve dans vos adipocytes et progressivement la cellulite s’estompera. Pour cela, optez pour la course à pied, la marche rapide, la natation ou la musculation. Un bon point pour l’aquabiking qui, en plus de brûler une grande quantité d’énergie, favorise le drainage grâce au massage effectué par l’eau ! L’activité physique est aussi le meilleur moyen de stimuler la circulation sanguine et lymphatique. Vos muscles en seront également renforcés, ce qui améliorera le soutien de la peau et de votre tissu adipeux. Petit à petit, la cellulite deviendra moins visible. Enfin, bouger vous aidera à mieux gérer votre stress et donc à lutter contre les fringales qui favorisent la prise de poids. C’est aussi un atout pour réguler vos hormones et notamment éviter les décharges de cortisol, à l’origine d’une prise de poids au niveau du ventre et de la taille

3. Soutenez la circulation

En plus de l’activité physique, de nombreuses plantes améliorent la circulation sanguine et lymphatique, contribuant ainsi à faire disparaître la cellulite. Misez sur un cocktail de plantes veinotoniques et anti-œdémateuses que vous boirez tout au long de la journée en cure de plusieurs mois. Soyez patiente, les résultats seront au rendez-vous dans la durée. Pour lutter encore plus efficacement contre la rétention d’eau, ajoutez un jour sur deux à votre cocktail une plante diurétique qui activera l’élimination de l’eau par les reins. Cela peut être de la piloselle (Hieracium pilosella) ou de l’orthosiphon (Orthosiphon Staminaeus), à raison de 25 gouttes de teinture mère. Leur utilisation se fera sur une durée d’un à deux mois maximum.

4. Équilibrez vos hormones

Pour rétablir un bon équilibre hormonal, ajoutez dans votre alimentation des graines germées de brocolis. Riches en indol-3- carbinol, elles favorisent l’élimination des œstrogènes par le foie, évitant ainsi l’accumulation et l’excès dans l’organisme. Si vous pensez souffrir d’une dominance en œstrogènes, caractérisée par de la rétention d’eau, une prise de poids inhabituelle et un syndrome prémenstruel très marqué, prenez une plante phytoprogestagène, qui mime les effets de la progestérone dans l’organisme. L’une des plus connues est le gattilier (Vitex agnus). Prenez-le 14 jours par mois, du 12e au 26e jour de votre cycle, à raison de 15 gouttes de teinture mère deux fois par jour, à distance des repas. Comptez au moins trois cycles pour constater une amélioration.

5. Agissez localement

La meilleure arme contre la cellulite reste encore le massage, le fameux palper-rouler, qui consiste à pincer un pli de peau entre vos doigts et à le faire rouler pour déloger les graisses emprisonnées. L’idéal est de masser deux fois par jour les zones concernées (cuisses, hanches, fesses, ventre) avec un mélange d’huiles essentielles drainantes, décongestionnantes et lipolytiques.

Essayez le mélange suivant :

Enfin, avant votre douche, brossez-vous pendant 5 minutes sur peau sèche avec une brosse douce en poils naturels. Commencez par le bas du corps et remontez progressivement, en légers mouvements circulaires, sur toutes les parties du corps, sauf la poitrine et les zones blessées ou sensibles. Cela stimule la circulation sanguine et lymphatique, l’élimination des toxines et le renouvellement de la peau, qui devient du coup plus lisse et plus douce.

Nous savons que l’été a déjà frappé à la porte et il faudra parfois un peu de temps pour obtenir les premiers résultats. Avec un peu de chance (mais surtout quelques efforts), certaines d’entre vous pourront constater les bénéfices de cette stratégie naturelle dès cette saison. Pour d’autres, il faudra persévérer. Surtout, ne baissez pas les bras, vous êtes sur le bon chemin!

L’huile de massage triple effet

Dans un flacon de 30 ml, ajoutez :

  • 20 gouttes d’huile essentielle de genévrier (Juniperus communis) : drainante et décongestionnante, elle est très efficace contre la rétention d’eau.
  • 20 gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica) : décongestionnante veineuse, elle favorise le déstockage des graisses grâce à son action lipolytique.
  • 10 gouttes d’huile essentielle de cyprès (Cupressus sempervirens) : grande décongestionnante veineuse, elle a aussi des propriétés anti-inflammatoires et tonifie le tissu veineux.
  • Huile végétale de calophylle inophyle (Calophyllum inophyllum) (QSP), à la fois tonique et protectrice du tissu veineux. Ce mélange est déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, en cas de pathologies hormono-dépendantes, d’asthme et d’épilepsie.

Enfin, avant votre douche, brossez-vous pendant 5 minutes sur peau sèche avec une brosse douce

Lire aussi Pourquoi vaut-il mieux se doucher le soir ?

Contenus sponsorisés