x

5 choses qui peuvent nuire à votre pénis

Source de plaisir mais aussi d’inquiétude parfois, le pénis est une partie de l’anatomie masculine qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre. Offrir une vie saine à ce muscle d’amour n’est pas toujours chose facile. Certaines habitudes, bien qu’ordinaires, peuvent nuire à la santé de cet emblème de la virilité. Pour en savoir plus voici 5 choses que vous devez absolument cesser de faire à votre organe sexuel.

1. La masturbation excessive

La masturbation est inoffensive en soi, mais si vous vous y adonnez trop souvent vos parties génitales peuvent vous faire mal. Si les hommes se masturbent beaucoup dans un court laps de temps, ils peuvent avoir un gonflement du pénis légèrement alarmant, appelé œdème, causé par le liquide dans les tissus. Le gonflement disparaît en un jour ou deux. Cependant, si vous sentez que le besoin de se masturber interfère avec votre vie quotidienne, parlez à un médecin peut vous aider.

2. L’alcool

C’est une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui aiment boire ! Quelle que soit la quantité, l’alcool ne peut être qualifié de bénéfique pour la santé, au regard des risques importants qu’il fait courir à son consommateur entre autres la dysfonction érectile.

Selon le Dr Gonzague de Larocque, médecin sexologue et alcoologue à Paris, au-delà de trois verres d’alcool, l’effet sur l’érection est très négatif. Un homme qui boit plus de trois verres risque la panne. Et sur l’éjaculation, le risque est de ne pas arriver à l’orgasme. Le risque des anéjaculations sous l’effet de l’alcool est également observé.

3. Le tabagisme

Voici une énième raison d’arrêter la cigarette ! Plus vous fumez, plus vous contribuez au développement de l’athérosclérose, une accumulation de plaque dans les artères. Les chercheurs de National Male Medical Clinics pensent que les produits chimiques toxiques sont un autre facteur qui pourrait conduire à une dysfonction érectile.

Une autre étude du British Journal of Urology portant sur 65 hommes inscrits à un programme d’arrêt de tabac de 8 semaines, ont été soumis à des tests d’érection avant la date d’arrêt, à mi-chemin du programme et un mois après la fin du programme. 20% des participants ont avoué avoir un dysfonctionnement érectile et, à la fin de l’expérience, 75% de ces hommes qui ne prenaient pas de nicotine avaient des érections plus importantes et plus fermes diminuant ainsi leur dysfonction érectile.

4. Le manque d’activité physique

Selon une étude du Cedars-Sinai Medical Center,  les hommes qui exercent une activité physique régulière ont de meilleures fonctions érectiles et sexuelles. Dans l’étude, près de 300 hommes ont déclaré leurs niveaux d’activité, que les chercheurs ont classés comme sédentaires, modérément actifs, actifs ou très actifs. Les participants ont également auto-évalué la qualité et l’étendue de leur fonction sexuelle, y compris leur capacité à avoir des érections, l’orgasme et la fréquence de leurs érections.

Les résultats publiés dans le Journal of Sexual Medicine ont montré que les hommes qui ont rapporté des exercices plus fréquents (l’équivalent de 2 heures d’exercice intense comme la course ou la natation, 3,5 heures d’exercice modéré et 6 heures d’exercice léger) avaient des scores plus élevés de l’activité sexuelle. Inversement, les hommes qui font moins d’exercices ont rapporté des niveaux inférieurs de l’activité sexuelle.

5. L’hygiène dentaire

Les chercheurs du Journal of Periodontology ont constaté que la maladie des gencives est 7 fois plus fréquente chez les hommes atteints de dysfonction érectile. Selon l’étude de 2012, les bactéries présentes dans le tissu gingival peuvent traverser le corps, provoquant une inflammation et endommageant les vaisseaux sanguins de votre pénis.

Le lien entre la santé buccodentaire et l’érection parait souvent farfelu, mais selon une étude parue dans le Journal of Sexual Medicine : la parodontite chronique partagerait les mêmes facteurs de risque que la dysfonction érectile, comme le vieillissement, le tabagisme, le diabète de type 2 et les maladies coronariennes.

Selon une citation d’Andrew McCullough, professeur du centre médical universitaire de New York au département d’Urologie, tout ce qui est mauvais pour le cœur d’un homme, est mauvais pour son pénis !

Contenus sponsorisés
Loading...