Victime de violence pendant des années, elle prend la parole pour dénoncer

Quand vous êtes encore enfant, le cercle des personnes en qui vous avez confiance est restreint et inclut principalement vos parents. Vous les percevez comme vos protecteurs, et vos anges gardiens. Il vous est inconcevable de penser qu’ils pourraient être la source de votre malheur. C’est pourtant le cas de certains parents qui, au lieu d’aider à l’épanouissement de leurs enfants, ancrent en eux un traumatisme à vie. C’est ce dont témoigne cette histoire relatée par nos confrères du DailyMail, où un père viole sa fille et la « donne » ensuite à son ami.

Sommaire

Ce cas en particulier, représente le summum de l’horreur que pourrait vivre un enfant. Tracy Dables était âgée d’à peine 10 ans au moment des faits. Cela lui aurait pris 30 ans pour révéler les détails de cette sombre période de son enfance. Agée actuellement de 51 ans, elle était la seule fille au sein d’une fratrie de six. Elle aurait toujours entretenu une bonne relation avec son père, qui prenait bien soin de leur famille. Son calvaire a commencé lorsque ce dernier l’a emmené pour des « visites spéciales » à son oncle Denis. Ce dernier était un ami proche de son père.

Victime de violence pendant des années, elle prend la parole pour dénoncer

« Je l’ai suivi toute heureuse hors de chez nous, puis vers la voiture sans savoir où est-ce qu’il m’emmenait. Après peu de temps, il s’arrêta devant une grande maison que je n’avais jamais vu auparavant. » Raconte-elle avant de continuer : « J’étais assez confuse jusqu’à ce que j’aperçoive un visage familier, celui de l’oncle Dennis. C’était un ami de la famille qui venait souvent dîner chez nous. Lui et mon père se connaissaient depuis la période où ils travaillaient dans les mines. » Tracy poursuit ensuite en racontant qu’ils étaient rentrés tous les trois dans la maison, son père s’était assis sur le fauteuil puis lui demande de s’asseoir près de lui. Après que l’ami de la famille se soit également installé à côté, son père plaça ses mains entre ses cuisses. C’était le début de son long calvaire.

Ce qui au début s’arrêtait à des attouchements avait pris des proportions encore plus funestes. Un jour, son père se mit sur elle, et la viola sans pitié. Un choc traumatisant, qui s’amplifia quand son père se dressa tout d’un coup, regarda son ami pour lui dire «  C’est ton tour maintenant ! ».  Elle fut violée deux fois par semaines, par son père et son ami, à tour de rôle pendant deux ans. Puis soudainement, les visites chez l’oncle Denis s’arrêtèrent, et le père de Tracy ne parla plus jamais de ces viols à répétition. La vie continua chez eux comme si de rien n’était, mais fond, l’âme de Tracy était brisée.

Ce n’est qu’après une tentative de suicide, 29 ans après les faits, que Tracy trouva le courage d’en parler à la police, suivant les conseils de l’infirmière qui l’avait soigné. Sydney Dables et Denis White furent tout deux condamnés pour 10 ans de prison. Puis en 2011, après l’apparition de preuves mentionnant d’autres victimes de son père et de son ami, les deux hommes ont été condamnés à purger six années de plus.

Comment soutenir une personne victime d’abus sexuel ?

Avoir une personne dans son entourage ayant souffert d’abus sexuel n’est pas toujours facile à vivre. Pour éviter les faux pas et mieux les aider, voici quelques conseils à suivre :

  • Ne décidez pas de ce qu’ils doivent faire : Vous pouvez leur offrir des conseils, en faisant très attention à la façon dont vous présentez vos recommandations.
  • Evitez les jugements hâtifs et les doutes : Quand une personne victime d’abus sexuel se confie finalement à propos de son vécu, cela lui demande beaucoup de courage. Evitez de les sermonner ou de leur donner l’impression qu’elles n’avaient pas assez fait attention à leur sécurité.
  • Ne minimisez pas ce qu’il s’est passé.
  • Faites-leur comprendre que leur voix est entendue et que vous les croyez, cela les aidera à reprendre doucement confiance en eux.
  • Demandez-leur ce dont ils ont besoin.
  • Encouragez-les à demander de l’aide si besoin : il n’est jamais trop tard pour demander une aide externe.

Lire aussi « Oui, je l’ai tué » Ce garçon de 14 ans s’effondre en avouant les raisons pour lesquelles il a poignardé son beau-père à mort

Contenus sponsorisés