Une professeure renvoie cette élève car « les filles grosses doivent s’habiller en conséquence »

L’adolescence est une période difficile pour la construction de l’estime de soi. C’est une période où le regard posé par les autres et les jugements sont pris à cœur. Chaque mot trouve une résonnance particulière dans le cœur de nos adolescents. D’autant plus lorsque ces mots sont prononcés par un adulte et en public.

Lors de la rentrée, un directeur de lycée de Caroline du Sud a fait la une des journaux. Il a déclaré aux étudiantes faisant plus d’un XS qu’elles ne devaient pas porter de leggings. Malheureusement aux Etats-Unis, ce n’est pas un cas isolé. Une enseignante de Joplin a dit à une de ses étudiantes devant toute la classe: «Les femmes grosses doivent s’habiller en conséquence».

L’histoire de Kelsey Paige Anderson

Kelsey Paige Anderson a 17 ans. Elle s’est présentée en classe au lycée Joplin dans le Missouri. Elle est habillée avec une blouse paysanne à manches longues et des jeans déchirés. Son professeur l’a envoyée au bureau du directeur pour « violation du code vestimentaire ». Cela ne venait pas du jean mais de son chemisier ! Le professeur a dit à Kelsey, « vos seins sont plus gros que la plupart des filles et vous devrez faire plus d’efforts pour les cacher ». Comment ne pas être choqué par les paroles de cette enseignante ? Tout d’abord pour l’indécence des propos et surtout pour l’indécence en public devenant du carburant à la moquerie.

Sans surprise, la mère de Kelsey, Melissa Barber, était très contrariée. Elle a posté une photo de la tenue de Kelsey sur Facebook qui n’avait rien de choquant. Elle l’accompagne par un mot sur ce qui s’était passé. Son poste est rapidement devenu viral.

Par la suite, Melissa a rencontré le conseiller et le directeur de l’école pour échanger. Ils lui ont dit que « l’enseignant était déraisonnable et a manifestement commis une erreur ». Elle a refusé la proposition de changement de classe proposé par le lycée.

Acte de discrimination

« J’ai expliqué que ma fille avait été sexualisée par son professeur devant toute la classe. Elle était horriblement gênée et horrifiée », a déclaré Melissa dans le post. « Ils ont continué à défendre le professeur. Je pouvais voir que nous n’allions nulle part. J’étais sur le point de perdre mon sang-froid. J’ai pris ma fille par la main et nous sommes partis. Je refuse de mettre ma fille dans une situation où son estime de soi est complètement détruite. Melissa a également posté une vidéo immédiatement après l’incident d’un autre étudiant, notant qu’un élève de sexe masculin avait été autorisé à porter une chemise lubrique toute la journée. « Combien de fois cela arrive-t-il à vos fils? Elle est là pour apprendre. Pendant tout ce temps, elle manquait d’éducation pendant que nous étions tous assis dans une pièce à discuter de ses seins ». Et elle a posté une photo de Kelsey avec une autre étudiante (qui n’a pas violé le code vestimentaire de l’école) pour comparaison:

media xll 10005018 1

La morale de l’histoire

Cette enseignante semblait avoir des perceptions déformées de la réalité. Ce qui reste le plus étonnant c’est que l’école ne remette pas en cause la violation du code vestimentaire. Compte tenu des vêtements portés par les autres élèves, on peut se demander s’il y a des codes vestimentaires dédiés :

  • Aux femmes grosses
  • Aux femmes maigres
  • Aux femmes habillées en violet
  • Aux hommes ?

Il ne doit y avoir qu’un code vestimentaire pour tous. Le plus incompréhensible reste qu’un professeur de lycée et le personnel administratif soient si déconnectés des besoins des lycéens. Nous sommes dans une époque où les filles font de leur mieux pour développer leur confiance en elles. Le monde leur envoie des messages contradictoires sur leur corps entre les stéréotypes des magazines de beauté. Les écoles se doivent de renforcer l’idée que tous les types de corps sont beaux. Quel type de message cette école envoie-t-elle à ses étudiantes en tolérant que les enseignants les ridiculisent ? Comme le note sagement la mère de Kelsey, les corps des garçons sont moins scrutés.

Selon le dernier message de Melissa, il semble que la famille ait envoyé le lycée devant les tribunaux. Elle en profite pour remercier les internautes : « Merci beaucoup d’être avec elle ! J’ai commencé ce combat pour ma fille. Je vais le finir pour les vôtres », jure-t-elle.

Lire aussi Cet homme sans bras et sans jambes a élevé ses filles abandonnées par leur mère

Contenus sponsorisés