Une petite fille meurt à l’école après avoir été violenté par son instituteur

Pour l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, est considérée comme violence : « L’usage intentionnel de la force physique dont la conséquence réelle ou probable est une blessure, la mort, un traumatisme psychologique, un mauvais développement ou encore la précarité ». Cette violence est omniprésente à l’école sous diverses formes allant des rackets et des insultes entre les élèves, aux dérives commises par les instituteurs et les professeurs. Ce sont parfois des histoires édifiantes comme celle d’une petite fille chinoise, qui a engendré de vives réactions, du côté des parents et du gouvernement et relayée par nos confrères de Mirror.

La violence à l’école  a un impact sur la santé mentale et physique, pouvant mener à un sentiment d’injustice à court terme, et à la haine envers l’école et les enseignants à long terme. 

La maltraitance répétée plutôt que l’implication des enseignants et leur soutien social, peut produire une érosion de l’estime de soi, très corrélée à certaines pathologies psychiatriques, comme le démontre une étude conduite par l’Université de Lausanne en Suisse. Dans les cas les plus graves, elle peut conduire au suicide ou à la mort suite à une sanction du professeur. 

L’histoire du décès d’une petite fille chinoise appelée Guo Jintong effraie et démontre l’irresponsabilité de certains corps enseignants. 

Une tragédie menant à la souffrance des parents d’une fillette décédée à cause d’une sanction

La seule “erreur” que la petite Guo Jintong a commise est d’avoir été très active et agitée, avant de trouver la mort.  Coupable d’avoir voulu distraire le reste de la classe en bavardant, son enseignante a eu la malencontreuse idée de lui sceller sa bouche avec de la colle et du scotch.

Elle a alors continué à jouer avec les autres enfants, malgré le châtiment qui lui a été appliqué, avant que les choses tournent mal pour elle, ainsi que pour son professeur. 

Une petite fille meurt à l’école

Celle-ci remarque alors que son état se dégrade et décide d’appeler les secours en voyant que la petite n’allait pas bien du tout. A leur arrivée, elle était déjà morte à cause d’une suffocation, et les secours ne pouvaient plus rien pour elle. 

Complètement anéantis par les faits et la cause du décès, les parents Jintong ont exigé des explications sur les punitions cruelles que leur fille a dû subir qui sont considérées comme “normales” à la maternelle. Le gouvernement a réagi et une enquête a été ouverte sur les circonstances du décès. 

Cette affaire a également fait écho chez les habitants de la ville, qui n’ont cessé de réclamer des réponses pour que justice soit faite, ne serait-ce que pour soulager le chagrin des parents, car rien ne peut compenser leur perte. 

Une petite fille meurt à l’école

Quelles sanctions scolaires sont aujourd’hui applicables ?

En France, une nouvelle circulaire a été lancée, comportant une liste officielle des sanctions autorisées dans le milieu scolaire, pour instaurer certaines règles aux élèves et en finir ainsi avec la maltraitance et la violence des professionnels à leur encontre.

Voici quelques exemples de sanctions applicables aux élèves, en classe : 

Pour un devoir non rendu, l’exigence pédagogique doit s’engager à apporter le soutien qu’il faut à l’enfant et de chercher les raisons du travail non accompli. A l’issue des explications, l’enseignant peut commencer par des réprimandes graduées en donnant des avertissements. 

Dans le cas où elles ne produisent aucun effet, le directeur peut être prévenu afin qu’une information soit adressée aux parents. D’autres sanctions comme l’exclusion temporaire peut être appliquée sans qu’il n’y ait de rupture de l’apprentissage scolaire.

Par ailleurs, l’enseignant peut également demander à l’enfant des excuses ou une réparation du préjudice qu’il a commis. 

Que faire en cas de maltraitance de vos enfants ?

L’association Action en France a permis d’établir pour la protection de l’enfant une liste de conseils pour que les parents puissent reconnaître les signes de maltraitance envers leurs enfants et d’y remédier. Parmi ces conseils on retrouve les signaux d’alerte, les phénomènes propres aux enfants qui peuvent complexifier leur repérage, ainsi qu’une explication de l’attitude à avoir dans ces cas-là. En effet, l’enfant doit être écouté : il faut le laisser parler, croire en ses dires, et le rassurer.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close