Une mère et son fils se disent amoureux et veulent changer la loi pour pouvoir être ensemble

C’est l’histoire troublante d’une mère et de son fils biologique. Amoureux l’un de l’autre, ils déclarent vouloir se battre pour changer la loi interdisant l’inceste au Nouveau-Mexique. L’histoire de Monica et Caleb, relayée par nos confrères anglais du DailyMail, n’a pas manqué d’affoler la toile, ni de raviver le débat intarissable sur un sujet qui soulève nombre de questions d’ordre éthique et moral.

Nous avons tous déjà entendu parler du complexe d’Œdipe, concept de psychanalyse théorisé par Sigmund Freud. Il illustre le désir inconscient que ressent l’enfant d’entretenir un rapport sexuel avec son parent du sexe opposé et de vaincre et éliminer le parent dit « rival », soit du même sexe. Cela renvoie à la légende d’Œdipe, selon laquelle celui-ci aurait tué son père, Laïos, afin de pouvoir être avec sa mère, Jocaste. Cependant, on n’aurait jamais pensé que ce mythe deviendrait réalité dans le monde d’aujourd’hui. Nous vous racontons l’histoire d’un amour incestueux entre une mère et son fils qui se disent prêts à tout pour être ensemble.

Une mère et son fils se disent amoureux et veulent changer la loi pour pouvoir être ensemble

Comment cette histoire a-t-elle commencé?

A l’âge de tout juste 16 ans, Monica Mares a donné naissance à un petit garçon, Caleb Peterson, mais a pris la décision de ne pas le garder. Elle a donc mis son fils à l’adoption et a perdu tout contact avec lui. Près de 19 ans plus tard, elle renoue avec lui sur Facebook et parvient même à le rencontrer face à face.

Une mère et son fils se disent amoureux et veulent changer la loi pour pouvoir être ensemble

Ces retrouvailles, en apparence tout à fait innocentes et même touchantes, ont en réalité suscité une intense émotion de nature romantique entre la mère et son fils. En effet, Monica et Caleb prétendent avoir eu le coup de foudre et ressentir de forts sentiments l’un pour l’autre. 

Une mère et son fils se disent amoureux et veulent changer la loi pour pouvoir être ensemble

Une explication scientifique ? 

On dit que le cœur a ses raisons que la raison ignore, mais le drôle de couple formé par Monica Mares et son propre fils biologique Caleb Peterson semble clamer que leur union soit justifiée par la raison, voire même la science. En effet, bien que leurs « sentiments » ainsi que la nature de leur relation soient fortement discutables, les deux amants ont tenté de justifier leur union par des arguments scientifiques. Ils ont expliqué l’attraction qu’ils ont l’un pour l’autre par la théorie de « l’attraction sexuelle génétique » qui a été identifiée pour la toute première fois dans les années 1980, par Barbara Gonyo qui était elle-même tombée éperdument amoureuse de son fils. Selon cette théorie, lorsque des parents biologiques, c’est-à-dire des parents et enfants, frères et sœurs, demi-frères et demi-sœurs, ou deux cousins germains se rencontrent pour la première fois à l’âge adulte, il se peut qu’ils ressentent une attirance sexuelle l’un pour l’autre. Il n’existe toutefois aucun argument scientifique prouvant que nous sommes enclins ou prédisposés à trouver nos parents biologiques attirants ni à développer des sentiments romantiques pour eux si on les rencontre pour la première fois à l’âge adulte. 

Une mère et son fils se disent amoureux et veulent changer la loi pour pouvoir être ensemble

La réaction de la justice

Comme on pouvait s’y attendre, la relation de Monica et Caleb a suscité un grand débat et un nombre conséquent de personnes ont condamné le fait qu’une mère ait eu des relations sexuelles avec son fils. De surcroît, l’inceste est un crime du quatrième degré au Nouveau-Mexique, ce qui a entraîné l’arrestation immédiate du couple, qui a par la suite été libéré sous caution. Toutefois, Monica et Caleb se sont dit prêts à tout risquer pour pouvoir être ensemble, même si cela les amène à finir en prison. Ils auraient d’ailleurs tous les deux plaidé coupable devant le tribunal et conclu un arrangement : une peine de trois ans de probation chacun, dont la moitié serait supervisée. La justice leur a également imposé de rompre tout contact pendant un an et demi. 

Contenus sponsorisés
Loading...
Close