x

Une maman vend le berceau de son bébé mort-né

Il y’a des épreuves dévastatrices qui laissent des stigmates définitifs et déchirants. Perdre son fils fait partie des blessures qui ne laissent jamais indemnes et pour ménager son accablement, certains parents en deuil choisissent de se délester de tous les objets qui leur rappellent la mémoire du défunt. C’est le cas de cette mère éplorée qui choisit de vendre le berceau de son enfant mort-né. Quelques jours plus tard, elle sera témoin d’une émouvante surprise. L’acquéreur de ce lit pour bébé le retournera complétement transformé et cela arrachera des larmes de joie à cette femme dévastée par cette perte tragique. Cette histoire émouvante nous est relayée par nos confrères du site britannique The Daily Mail.

Pour soulager la peine d’âmes en souffrance, certains bienfaiteurs sont prêts à sacrifier leur temps et leur énergie pour réussir à leur arracher un sourire. Cette histoire en est la preuve vivante. Cette mère en deuil a voulu vendre le berceau de son bébé mort à la naissance. Elle a été surprise par l’acte philanthropique de l’acheteur qui lui rend le meuble transformé quelques jours plus tard. Ce geste émouvant arrachera des larmes d’émotions à la mère endeuillée.

La fête des mères

Pour Valarie Watts, la fête des mères a été une piqûre de rappel douloureuse. Cette célébration heureuse a ravivé des blessures profondes : celle de la perte de son bébé mort-né. Mais un geste émouvant d’un étranger viendra panser ses plaies encore profondes.

Une grossesse compliquée

Valarie sentait que sa grossesse n’allait pas être de tout repos quelques mois déjà avant le terme. Et pour cause, le bébé arrêtait de donner des coups de pied dans son ventre quatre semaines avant la date prévue de l’accouchement. « Je m’attendais à ce que quelque chose n’aille pas. Je ne le sentais pas bouger dans mon ventre et cela me rendait très nerveuse » raconte la mère éplorée. Plus tard, elle apprit que le cordon ombilical s’est enroulé sur le bébé et au moment de l’accouchement, c’était déjà trop tard.

Une vente inattendue

Dévastée par la mort du petit Noah, Valarie refusait de se défaire des reliques de sa naissance tant attendue. Pourtant, lors d’une braderie dans son garage, un vieil homme a fait preuve d’un vif intérêt à l’égard du berceau qui était supposé accueillir le petit Noah. Gerald Kumpula voyait ce meuble comme son nouveau projet mystérieux.

Gerald Kumpula

Un acte désintéressé

A la conclusion de cette vente, cet artisan ignorait pourquoi la jeune mère vendait ce petit berceau. C’est seulement en retournant chez lui que l’homme a entendu l’histoire tragique de la femme et à ce moment-là, il réalise l’importance que cet objet revêtait pour elle. « C’est sa femme qui m’a demandé pourquoi je voulais me débarrasser de tous ces vêtements et ces objets. Je lui ai alors dit que mon enfant était décédé en juillet » raconte Valarie.

Chaise

Un artisan appliqué

Quand Gerald apprit le mobile de la vente, l’artisan était tout tourneboulé. C’est alors qu’il entreprit un projet de transformation pour soulager la peine de cette mère endeuillée. Il s’attela à démonter le berceau pour en faire un petit banc en hommage au petit Noah. Face à ce geste plein de compassion, Valarie fut totalement ébranlée par l’émotion. Elle éclate en sanglots quand l’artisan lui offre ce cadeau délicat. « C’est génial qu’il y’ait encore des gens pleins de bonté. Il en est la preuve vivante. » se réjouit la femme. Une idée qui a su panser ses blessures.

Valarie Watts

Comment aider une personne en deuil ?

Il est difficile de soutenir une personne en deuil et ce, surtout quand cette dernière décide de se replier sur elle-même pour vivre pleinement son déchirement. Le plus fondamental est d’être présent de toutes les façons possibles. Qu’il s’agisse d’une oreille attentive ou de se porter volontaire pour assumer des tâches qui s’avèrent impossibles en cette période douloureuse. Se ménager quand on se sent impuissant est également important pour pouvoir offrir une aide précieuse à un proche. Il est essentiel de ne pas se priver de parler du défunt car cet acte fait partie du processus de deuil fondamental pour la résilience.

Contenus sponsorisés
Loading...