Une maman met en garde contre l’allaitement maternel après que son bébé soit mort de faim

On dit souvent que le lait maternel contient tout ce dont le bébé a besoin pour bien grandir. Durant les premiers jours de lactation, ce lait se compose d’anticorps, de sels minéraux, de protéines, de graisses, d’hormones et de vitamines et fournit alors au nouveau-né des nutriments qui lui sont essentiels. Ensuite, cette alimentation naturelle évolue pour s’adapter aux besoins du bébé. En plus de ses qualités nutritives, l’allaitement est un précieux moment qui aide à renforcer la relation d’une mère et de son enfant. Néanmoins, si de nombreux experts vantent les mérites de cette alimentation naturelle pour le bébé, une mère met en garde contre les risques de l’allaitement maternel seul, après que son nouveau-né meurt de faim, rapporte CBS News.

L’allaitement favorise un contact peau à peau et crée un attachement particulier entre la maman et son nourrisson. Comme le préconise l’Organisation Mondiale de la Santé, le nouveau-né doit pouvoir bénéficier exclusivement de ce mode d’alimentation pendant les six premiers mois qui suivent sa naissance. Toutefois, certaines mères peuvent être étonnées du fait que le bébé passe beaucoup de temps à téter. Pour Jillian Johnson, l’allaitement aurait coûté la vie à son bébé, Landon.

Un bébé qui réclamait trop souvent le sein

Jillian Johnson a accouché par césarienne et a accueilli un adorable petit garçon de près de 3,5 kilos. Tout au long de sa grossesse, la femme et son mari, Jarod, ont lu une panoplie de livres et suivi plusieurs cours au sujet de la parentalité et du bon développement des bébés. Jillian se sentait prête à prendre soin de son enfant de manière optimale, mais elle était loin de s’imaginer que le pire allait se produire.

Jilian Johnson

Le bébé, prénommé Landon, avait faim  en permanence et réclamait sans cesse le sein. “Landon pleurait, pleurait, tout le temps. Il pleurait sauf s’il était sur le sein et j’ai commencé à l’allaiter continuellement”, a révélé la mère dans un article publié sur le site de l’association Fed Is Best Foundation.

Jilian Johnson1

Inquiète, la mère a sollicité l’avis des infirmières qui lui ont indiqué que son nourrisson avait des tétées en “grappes”, ce qui signifie qu’il concentre ses tétées dans des moments spécifiques de la journée.

Une issue tragique

Jillian Johnson souffrait du syndrome des ovaires polykystiques, une maladie causée par un dérèglement hormonal. Pour s’assurer de la possibilité d’allaiter son bébé de manière adéquate, une consultante en lactation lui a recommandé de prendre des herbes afin de provoquer la lactation.

Jilian Johnson2

Jillian savait que l’allaitement offrirait de nombreux avantages à son nouveau-né et ne voulait pas l’en priver. Ainsi, malgré sa maladie, elle a tenu à le nourrir exclusivement de la manière la plus naturelle possible, au sein. Les choses se sont passées extrêmement vite puisque quelques heures après être sorti de l’hôpital, l’enfant a rendu l’âme. “Nous l’avons ramené à la maison, sans savoir qu’après moins de 12 heures à la maison, il aurait été victime d’un arrêt cardiaque causé par la déshydratation”, a confié la mère.

En réalité, Jillian ne produisait pas assez de lait et en seulement deux jours, le bébé a perdu 10% de son poids. Après une tétée, l’enfant était de couleur bleu et n’avait plus de pouls. Les rapports médicaux ont montré que le décès était dû à une déshydratation hypernatrémique et à un arrêt cardiaque. L’enfant a perdu beaucoup d’eau, entraînant une défaillance de plusieurs organes. Ainsi, seulement quinze jours après sa naissance, le bébé a succombé à cette mort inattendue.

Les bienfaits de l’allaitement

Hormis les cas où la mère présente un problème de santé engendrant des problèmes de lactation ou des contre-indications particulières pour allaiter son bébé, ce mode d’alimentation est vivement conseillé pour le nouveau-né. En effet, l’allaitement maternel offre de multiples bienfaits et garantit une croissance optimale aux bébés. D’après une étude menée par les chercheurs de l’Université de Birmingham, le lait maternel booste le système immunitaire des bébés et les protège contre de nombreux agents pathogènes. Si la mère a été sujette à une infection avant sa grossesse, elle peut offrir une immunité à son enfant grâce aux anticorps que contient le lait maternel. Cette immunité cellulaire peut s’étaler dans le temps et lui prodiguer une protection continue contre diverses infections.

Par ailleurs, le lait maternel permettrait à l’enfant d’avoir un poids santé et de réduire le risque d’obésité sur le long terme, révèle une expérience scientifique. En sus, l’allaitement favorise la croissance du cerveau du bébé. Riche en nutriments nécessaires au développement du bébé, le lait maternel aide l’enfant à booster le quotient intellectuel et les capacités cognitives, suggère une étude. Toutefois, si une mère souffre d’une maladie ou d’une condition particulière pouvant affecter sa lactation, elle se doit d’en informer son médecin traitant.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close