Une jeune fille de 14 ans a été agressé sexuellement par son entraineur, regardez la réaction de son père

Dans la vie, nous sommes tous confrontés à des évènements, positifs et négatifs. Effectivement, ces épreuves de vie nous permettent de grandir, de nous découvrir sous un nouvel angle mais elles sont également des moments qui nous marqueront à jamais, pour le meilleur ou pour le pire.

Et, parmi les épreuves « pour le pire », on pense notamment aux agressions dont les violences sexuelles durant l’enfance, qui perturbent la vie toute entière de la personne qui les subit. D’ailleurs, pour vous aider à mieux comprendre l’impact d’une agression sexuelle, voici quelques explications sur les conséquences d’un tel abus.

Les agressions sexuelles sur mineurs

En matière de droit pénal français, les agressions sexuelles, notamment sur les mineurs de moins 15 ans, sont particulièrement réprimandées. En effet, toute relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans, de quelque nature qu’elle soit, est présumée constituer une infraction punie d’une peine de prison, même si le mineur a donné son consentement ou s’il a pris l’initiative. 

Cette sévérité concernant les infractions sexuelles s’explique par le manque de respect des mœurs mais aussi par l’impact psychologique qui retentit sur la victime, d’autant plus lorsqu’elle est adolescente. Effectivement, comme toute agression, la victime subit un traumatisme qui mène à la dépression, voire au suicide. En outre, l’attrait sexuel perturbe le développement sexuel normal de la personne et affecte la confiance en soi, la capacité à refuser une demande, à se prémunir du danger et augmente la culpabilité et le fatalisme face à des situations de vie. 

Par ailleurs, certaines études montrent que les mauvais traitements subis dans l’enfance peuvent entraîner des changements dans l’ADN et des modifications anatomiques de certaines aires du cerveau

Dans le cas de l’ADN, on constate la modification d’un gène impliqué dans le contrôle des réponses au stress et de la sécrétion des hormones de stress, dont l’adrénaline et le cortisol. Malheureusement, ces altérations peuvent être transmises à la génération suivante. 

Dans le cas du cerveau, il s’agit de modifications de certaines aires corticales du cerveau. Chez une personne n’ayant pas subi de violences durant l’enfance, ces aires ont une plus grande épaisseur que chez les victimes. D’ailleurs, ces parties du cerveau correspondent aux zones sensorielles des parties du corps ayant été touchées lors des agressions sexuelles. Ainsi, l’amincissement cortical provoque principalement un manque de sensations. 

Par conséquent, une agression sexuelle durant l’enfance ou l’adolescence entraîne des troubles psychiques dans la vie de tous les jours, mais également des troubles physiques, neurophysiologiques, hormonaux et sociaux qui s’avèrent handicapants pour la victime. Malheureusement, c’est ce que cette jeune gymnaste subit désormais au quotidien… Découvrez son histoire !

La terrible histoire de cette jeune gymnaste   

Une jeune fille de 14 ans a été agressé sexuellement par son entraineur

Alors qu’un père de famille se rendait au cours de gymnastique de sa fille, âgée de 14 ans, pour la récupérer et la ramener chez eux, il a surpris l’entraîneur de gymnastique en train d’agresser sexuellement l’adolescente

Une jeune fille de 14 ans a été agressé sexuellement par son entraineur

En effet, lorsque ce père de famille est arrivé, l’entraîneur de gymnastique nommé Jeremy Links et âgé de 43 ans était devant sa fille avec le pantalon au niveau des chevilles. Bien qu’aucune indication ne précise la réaction du père, la police est rapidement intervenue. 

Une jeune fille de 14 ans a été agressé sexuellement par son entraineur

Les policiers ont interrogé l’adolescente qui a admis avoir pratiqué des relations sexuelles orales et qu’elle a été contrainte à des rapports sexuels avec l’homme de 43 ans. Toutefois, l’agresseur a quant à lui affirmé qu’il était simplement en train de se changer à proximité de son élève. 

Une jeune fille de 14 ans a été agressé sexuellement par son entraineur

Lors du procès, l’avocat de Jeremy Links a expliqué qu’il n’y avait ni vidéos de surveillance au sein du gymnase ni témoin oculaire pour confirmer la version de la jeune gymnaste. L’homme a simplement déclaré avoir fait preuve de « mauvais jugement » en se changeant près de son élève. 

Ce à quoi les internautes ont répondu que c’était complétement absurde. Ils ont également rajouté qu’à la place du père de la jeune fille, ils auraient frappé l’agresseur. Et vous, comment auriez-vous réagi ?

Lire aussi Une femme de 116 kilos trouve l’amour avec un entraîneur de fitness qui fait la moitié de son poids

Contenus sponsorisés