Une jeune femme meurt le jour de son mariage, son fiancé épouse sa soeur

C’est une histoire insolite qui a eu lieu en Inde. Le jour de son mariage, une femme s’est effondrée devant tous ses invités suite à une crise cardiaque et a perdu la vie. Comble de la morbidité ? Son fiancé a décidé de poursuivre la cérémonie en épousant la sœur de la défunte après un accord entre les deux familles.

Relayée par le Times of India, cette histoire aussi insolite que morbide a fait la une des journaux. Alors qu’elle devait épouser son fiancé, Surbhi a été victime d’une attaque cardiaque en plein milieu de la cérémonie. La jeune femme est morte sur le coup. Si cette histoire est dramatique, la suite des événements est étonnante. Au lieu de mettre fin au mariage, Uttar Pradesh, son futur mari, a décidé de poursuivre les festivités en remplaçant la défunte par sa sœur. 

“Nous ne savions pas quoi faire” 

Pendant qu’ils s’échangaient leurs vœux, Surabhi est morte d’une crise cardiaque en plein milieu des festivités malgré tous les efforts des secours pour la réanimer. Contre toute attente, le mariage qui devait se transformer en enterrement a quand même eu  lieu. La défunte ayant simplement été remplacée par…sa sœur, Nisha. Le corps inanimé de Surabhi a été déplacé dans une autre pièce de la maison afin que les noces puissent se poursuivre. “ Nous ne savions pas quoi faire. Les deux familles se sont concertés et quelqu’un a suggéré que Nisha, ma sœur cadette, se marie à la place de ma défunte sœur » a déclaré le frère de Surbhi aux médias locaux. 

“En inde, la plupart des mariages sont arrangés entre familles” 

A en croire le Times of India, si ce consensus a eu lieu entre les deux familles, c’est parce que la famille de la femme attendait sans doute de recevoir une dot et que celle du mari voulait éviter le désonheur de voir leur fils quitter la cérémonie sans s’être marié. Interrogé par le South China Morning Post, Kamei Aphun, professeur de sociologie à l’Université de Delhi, explique que cette situation n’est pas étonnante en Inde et que dans le pays de Gandhi, si certaines histoires d’amour sont dignes d’un conte de fée, la plupart des mariages sont arrangés. “ En Inde, la plupart des mariages sont arrangés entre familles. Le consentement des futurs époux est rarement pris en compte dans l’équation” a indiqué le sociologue. Janaki Abraham, également professeur à l’Université de Delhi soutient les propos de son collègue. “ Les mariages indiens, même chez les plus modestes, sont des cérémonies coûteuses que les familles doivent organiser de façon somptueuse au nom de l’honneur », ajoute-t-elle. Heureusement, certaines personnes tentent de mettre fin à ces coutumes archaïques. En Inde, un enseignant a reçu le prix Nobel de l’éducation après avoir annulé des mariages d’enfants. Dans un entretien avec un média local, l’oncle de Surabhi explique que ce n’était pas une décision facile à prendre. “ C’était un moment difficile pour notre famille. Le corps de notre fille était inanimé dans une pièce pourtant le mariage continuait à être célébré dans l’autre pièce. Nous n’avons jamais eu à vivre des émotions aussi mitigées” se défend-t-il. 

Dans le monde, des millions de mariages forcés sont célébrés chaque année 

Partout dans le monde, des millions de mariages arrangés sont célébrés chaque année. Si Nisha a été forcée d’épouser le fiancé de sa défunte sœur sans avoir son mot à dire,  dix millions de jeunes filles sont mariées de force chaque année à travers le globe, souvent à un âge précoce. Avec 40% de mariages forcés, l’Inde compte parmi les pays qui enregistrent le plus d’unions arrangées entre familles. En réaction, l’ONU a écrit une lettre au président indien pour dénoncer ce fléau : “ Le mariage précoce d’une jeune fille court-circuite son éducation, limite ses possibilités, augmente son risque d’être victime d’abus et met en danger sa santé physique et mentale”. Dans le but de lever le voile sur ce phénomène, une adolescente de 12 ans a participé à une campagne marketing en épousant un homme de 37 ans

Lire aussi Cette femme affirme qu’elle laisse son mari « avoir des relations sexuelles » avec sa propre mère

Contenus sponsorisés