Une institutrice violente une petite de 5 ans sans défenses et l’école prend une bonne décision

Pour la plupart des parents, l’école est un endroit sûr et sécurisé, et peu sont ceux qui pensent que l’un des enseignants pourrait un jour être le cauchemar de leur enfant. Une enseignante à l'école primaire Bluejacket-Flint Shawnee au Kansas a été licenciée après qu'une vidéo de surveillance l'ait montrée frappant une fillette de 5 ans. Selon les autorités, Crystal Smith, pourrait faire l'objet de poursuites pénales pour cet incident. Cette histoire a été relayée par les journalistes de USA TODAY.

Smith est vue devant la caméra en train de tirer la petite fille, qui se cachait dans une étagère de la bibliothèque. Smith laisse l’enfant allongée sur le sol, puis revient et donne un coup de pied à la fille dans le dos, à l’abri des regards d’un autre enseignant dans la pièce. Les responsables de l’école ont publié les images de surveillance après que la mère de la fille se soit plainte le lendemain.

La mère a déclaré aux autorités que sa fille avait plusieurs hématomes sur le bras et qu’elle n’arrêtait pas de dire que son enseignante était méchante et la frappait.

Image

L’enfant a signalé l’incident à son professeur principal, mais elle n’a pas signalé l’incident à l’administration de l’école. Lorsque la mère a confronté l’enseignante du Kansas, Smith a déclaré qu’elle n’était pas étonnée que l’enfant ait des bleus sur elle, puisqu’elle rampait dans l’étagère.

La famille de l’enfant a décidé de poursuivre l’école en justice, affirmant que leur fille avait tenté de signaler l’agression à plusieurs personnes mais avait été ignorée. L’avocat représentant la famille, a déclaré que la jeune fille était traumatisée et terrifiée à l’idée de retourner à l’école. L’enseignante quant à elle n’a plus le droit d’exercer.

Que pouvez-vous faire si votre enfant est victime d’intimidation de la part d’un enseignant ?

Documentez tous les incidents d’intimidation

Notez tout ce qui se passe, y compris les dates, heures, témoins, actions et conséquences. Par exemple, si l’enseignant réprimande votre enfant devant la classe, assurez-vous d’écrire la date, l’heure, ce qui a été dit et les élèves présents. Si d’autres élèves participent à l’intimidation à la suite des actions de l’enseignant, assurez-vous d’inclure également ces informations.

Rassurez et soutenez votre enfant

Parlez à votre enfant de l’école et de ce qu’il se passe. Soyez positif et à l’écoute. Demandez-lui comment il veut que la situation soit gérée. N’oubliez pas que votre première priorité est de l’aider à se remettre de l’intimidation. N’hésitez donc pas à contacter un conseiller. En outre, faites évaluer votre enfant par un pédiatre afin de détecter les signes de dépression, d’anxiété et les troubles de sommeil.

Construisez l’estime de soi de votre enfant

Lorsqu’il est question d’intimidation, il est important que les enfants voient leurs forces. Encouragez-les à se concentrer sur des activités autres que l’intimidation, telles que leurs activités préférées ou leurs nouveaux loisirs.

Parlez d’abord à votre enfant

Si vous envisagez de rencontrer l’enseignant en question ou le directeur, parlez-en à votre enfant. Ce dernier doit être au courant pour s’y préparer émotionnellement.

Parlez avec l’enseignant et exprimez vos préoccupations

Selon la gravité et la fréquence de l’intimidation, vous pouvez vous adresser directement à l’enseignant. Une réunion d’enseignants pourra résoudre le problème si vous adoptez une approche coopérative lorsque vous discutez de la situation. Essayez de garder l’esprit ouvert et écoutez le point de vue de l’enseignant. Évitez de crier, d’accuser, de blâmer et de menacer de poursuivre. Au lieu de cela, laissez l’enseignant parler.

Agissez selon la gravité de l’intimidation

Parfois, les enseignants rationalisent leur comportement, blâment l’élève ou refusent d’admettre un acte répréhensible. D’autres fois, l’intimidation est beaucoup trop grave pour risquer de parler directement à un enseignant. Si tel est le cas, demandez à rencontrer le directeur en personne. Partagez votre documentation et discutez de vos préoccupations. Vous pouvez également demander un transfert de classe à ce stade.

Portez plainte

Ayez recours à la justice et faites appel à un avocat si le directeur de l’école n’agit pas face à cette situation. Gardez une trace de toutes vos communications, y compris les courriels, les lettres et la documentation des appels téléphoniques. En attendant, explorez d’autres options pour votre enfant, telles qu’un transfert dans une autre école, ou au pire des cas des cours à la maison et des programmes en ligne.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close