Une grand-mère de 84 ans dort dans la rue parce que sa fille aînée l’a chassée de la maison

Dans une province de Buenos Aires, en Argentine, une mère âgée de 84 ans a subi le comble de l’ingratitude de la part de sa propre fille. Elle a été impunément chassée de sa propre maison.

Les actes de cruauté commis envers sa propre famille sont d’autant plus scandaleux ! Découvrez comment une jeune femme sans cœur, n’a pas hésité à abandonner sa propre mère dans la rue, en la chassant de sa maison. Une histoire révoltante qui nous est relayée par le journal Espagnol La Vanguardia.

Âgée de 84 ans, Emma Grimoldi se retrouve à la rue

L’effarante histoire s’est déroulée en Argentine. Emma Grimoldi, âgée de 84 ans s’est retrouvée contrainte d’élire domicile à l’entrée principale de l’Hôpital.

Chassée quatre ans plus tôt par sa fille de sa propre maison, elle s’est réfugiée au plus près de son deuxième enfant, qui était hospitalisé dans cet hôpital. Sa deuxième fille souffrait d’une insuffisance pulmonaire sévère et de convulsions.

« Emma revenait chez elle après avoir rendu visite à sa fille à l’hôpital quand tout a basculé. A sa grande surprise, elle retrouvait toutes ses affaires empilées dans la rue. Suite à de multiples tentatives pour ouvrir la porte, en vain, elle se rendait compte que la serrure avait été changée » raconte María, une connaissance de cette grand-mère abandonnée.

« Emma a fini par me raconter la raison de ce cruel abandon. Sa fille ainée l’a chassée de son propre domicile pour pouvoir y vivre paisiblement avec son mari » poursuit María. Puis d’ajouter : « Comme toute personne âgée, les risques de maladies sont d’autant plus présents. Elle dort assise, et subi le froid. Ses jambes en sont toutes boursouflées à cause de cette situation ». Des pieds gonflés pouvant être indicatifs de plusieurs soucis de santé.

Une situation rocambolesque qui est toujours entre les mains de la justice

Emma Grimoldi, propriétaire de la maison en question, a déposé plainte contre sa fille auprès du tribunal de famille de Buenos Aires. Une affaire toujours en cours depuis quatre ans. En possession du titre de propriété du logement, elle n’a à ce jour, toujours pas reçu de réponse favorable à sa situation précaire.

Sa deuxième fille hospitalisée est, quant à elle, dans l’attente d’un transfert imminent vers un autre hôpital spécialisé. Un événement que la grand-mère, dépossédée de ses biens, redoute, et plonge dans un profond sentiment de désespoir. Un avenir incertain plane autour d’elle, sans savoir si elle retrouvera un endroit où se réfugier.

Emma fini par trouver la force de se déplacer pour faire face à sa fille, et réclamer son droit de logement, mais sans succès. Sa fille, dépourvue de cœur, lui a claqué la porte au nez, un acte de cruauté ultime envers sa propre maman démunie.

Abandon de personnes âgées, un véritable fléau

Il est difficile de faire abstraction d’un jugement moral face à une telle situation. Force est de constater que le rythme de vie familial actuel, contraint certains à se centrer sur une cellule familiale plus réduite. Il en découle le bannissement du foyer des seniors, un symptôme d’une société dépassée, parfois trop centrée sur la performance, où la faiblesse et le handicap ne sont pas de mise.

Paul Melun, conseiller en stratégie et essayiste, pointe du doigt dans un article paru dans Le Figaro, une tendance de jeunisme de la société. Abandonnés par leur propre progéniture dans des EPHAD, dans les des meilleurs cas, où livrés à eux-mêmes dans les rues, ils se retrouvent voués à une mort emplie de solitude et de chagrin.

Selon Paul Melun, le respect de la vie humaine, et surtout des plus anciens, devrait être sanctuarisé. Car ouile traitement des dernières années de vie d’une personne est une affaire de tous. N’oublions pas qu’un jour ou l’autre, tout le monde finit par être rattrapé par l’âge !

Lire aussi Cette fillette meurt en utilisant son smartphone dans la baignoire : la mère voit le corps sans vie par la fenêtre

Contenus sponsorisés