Une fille pardonne à sa mère, condamnée à la prison pour l’avoir fait cuire dans un four

Pardonner à un ami, à un membre de notre famille, ou même à soi est un acte auquel nous avons tous dû faire face, à un moment donné de notre vie. Une chose est sûre, le pardon est une puissance qui libère la personne qui pardonne et la guérit et de ce fait, il est toujours un acte de force ; comme en témoigne l’histoire d’Ashley. Cette adolescente pardonne à sa mère, condamnée à 25 ans de prison pour l'avoir fait "cuire" dans un four.

Le pardon est une force, et non une faiblesse

« Nous devons développer et maintenir la capacité de pardonner. Celui qui n’a pas le pouvoir de pardonner est dépourvu du pouvoir d’aimer. Il y a du bon au pire de nous et du mal dans le meilleur de nous. Lorsque nous découvrons cela, nous sommes moins enclins à haïr nos ennemis. » Martin Luther King, Jr.

Beaucoup de gens ont tendance à croire que le fait de pardonner une personne, qui leur a fait du tort est un acte de faiblesse. Toutefois, le pardon nécessite beaucoup de force. C’est la décision interne de ne pas laisser cette personne affecter davantage votre santé mentale et émotionnelle en chassant le ressentiment.

Une adolescente pardonne à sa mère, condamnée à 25 ans de prison pour l’avoir fait « cuire » dans un four

im0 1

En 2002, Robert Smith a trouvé sa fille de 14 mois, Ashley, à l’intérieur d’un four dans leur maison de Prattville, en Alabama. Sa mère, Melissa Wright, avait retiré toutes les grilles du four, et l’avait mise à l’intérieur. La petite Ashley a été brûlée au troisième degré et a subi 28 chirurgies au cours des 10 dernières années.

im1 1

Quant à sa mère, Mélissa, elle a été condamnée à 25 ans de prison en 2003 après avoir plaidé coupable de tentative de meurtre. Elle a d’abord dit aux autorités qu’Ashley était tombée de ses bras dans le four. Cependant, quand cela s’est avéré faux, elle a révélé plus tard que « des voix lui ont dit de mettre le bébé au four ».

im2 1

Ashley et son avocat ont demandé de reporter la libération conditionnelle pour une période maximale de cinq ans. Alors que sa sœur, Brenson – qui avait 8 ans au moment de l’incident- a soutenu une libération anticipée pour sa mère.

« Je suis allée lui rendre visite à plusieurs reprises. Elle a suivi des cours de santé mentale. Elle a suivi des cours sur la maltraitance des enfants. Elle a reçu l’aide dont elle a besoin« , a déclaré Brenson. « Elle prend les bons médicaments pour sa maladie mentale. J’ai l’impression qu’elle a changé. Quand je vais lui rendre visite, je peux réellement voir la différence. »

Ashley, qui est en désaccord avec elle, cite sa jeune nièce et son neveu comme des raisons :

im3 1

« Je pense que Melissa devrait rester en prison quelques années de plus avant de sortir, » a-t-elle déclaré au tribunal. « Ils ont à peu près le même âge que moi quand cela s’est produit. Honnêtement, je ne lui fais pas confiance et j’ai peur pour leur sécurité. Je ne peux pas imaginer que quiconque souffre autant que moi. »

im4 1

Elle ajoute au tribunal : « Je ne déteste pas Melissa, mais je ne l’aime pas. Je lui ai pardonné. »

im 1

L’adolescente dit que sa mère ne lui a jamais demandé pardon pour ce qu’elle a fait. Toutefois, les traumatismes de l’enfance ne semblent pas la retenir. Elle pense à l’avenir et espère devenir médecin chirurgienne dans un hôpital pour enfants.

Cette adolescente, bien qu’elle soit affectée, a trouvé le courage et la force nécessaires pour pardonner à sa mère son acte atroce. En agissant ainsi, elle préserve sa santé physique et mentale et se libère de ce qui s’est passé alors qu’elle était encore bébé. En effet, la rancœur est à l’origine de dépression alors que le pardon permet un lâcher prise et installe des pensées positives.

Et vous seriez-vous capables de pardonner une personne qui vous a offensée ou blessée ?

Lire aussi Ce bébé est étranglé à mort puis jeté au four par ses grands-parents sans cœur

Contenus sponsorisés