Une femme obtient le droit d’utiliser le sperme de son petit ami décédé pour avoir un bébé

C’est une histoire insolite. Pour fonder une famille, rien ne semble arrêter certaines personnes, pas même la mort de son partenaire. Rapportée également par le Daily mail, l’histoire de Ayla Cresswell a créé un précédent juridique pour les femmes australiennes. Cette femme a dû se battre pour utiliser le sperme de son petit-ami décédé afin de fonder une famille. Un souhait qui aurait animé le couple et que la jeune femme va enfin pouvoir réaliser

Sommaire

La jeune australienne a dû attendre deux ans avant de pouvoir réaliser son rêve. Son petit-ami décédé aura tout de même une progéniture. Ayla, qui avait récolté le sperme de son compagnon après sa mort a obtenu l’accord de la cour pour pouvoir avoir un enfant. C’est un parcours du combattant que la future mère a dû endurer car la bataille légale a été rude.

Ayla, 25 ans, et son petit-ami Joshua ont toujours rêvé de fonder une famille de trois enfants. Ses projets ont malheureusement été brisés par la mort soudaine de Joshua. Quand la jeune femme a trouvé le corps sans vie de son compagnon, elle a obtenu l’autorisation de récolter son sperme immédiatement en août 2016.

La jeune banquière a dû alors se battre pendant deux ans pour obtenir ce droit. Et la cour suprême de justice de Brisbane a octroyé le droit à Ayla de pouvoir commencer les démarches de la fécondation in vitro, après avoir statué sur la capacité de la jeune femme d’élever un enfant seule selon des critères financiers, physiques et émotionnels.

La jeune femme dispose de ressources suffisantes pour accueillir un enfant. Ayla est propriétaire d’une maison et va épargner pour pouvoir procéder à une fécondation in vitro. Un ami proche de son défunt petit ami a révélé des messages prouvant que Joshua voulait être père.  La psychologue de la jeune banquière a déclaré à la cour que sa patiente avait eu le temps de faire le deuil de son compagnon et qu’elle était désormais capable de faire face à être un parent seul.

Qu’est-ce que la fécondation in vitro ?

La fécondation in vitro FIV, est une technique de procréation assistée. Elle consiste à créer les conditions d’une fécondation qui a lieu en dehors du corps de la femme, en laboratoire.  C’est une technique pour les couples qui désirent avoir un enfant et font face à un problème de fertilité.

Pour procéder à la fécondation in vitro, les spermatozoïdes de l’homme sont mis en présence de la femme à l’extérieur de son corps. L’embryon formé est alors placé dans l’utérus de la future mère. La fécondation in vitro peut être proposée en cas d’endométriose ou de mauvais fonctionnement des ovaires.

Quelles sont les complications en cas de grossesse par FIV ?

 Selon le guide de l’infertilité, quelques complications peuvent survenir. On note ainsi :

– l’hyperstimulation ovarienne qui se manifeste par une réponse ovarienne excessive. Aussi, une surveillance par un monitorage écho-hormonal est de rigueur.

– La grossesse extra utérine qui peut survenir. En effet, malgré le fait que l’embryon soit injecté directement dans l’utérus, le risque qu’il puisse migrer et s’installer dans les trompes est possible.

– La  fausse couche qui peut avoir pour cause, l’âge, le stress  ou la fatigue de la patiente.

– La torsion ovarienne qui se manifeste par le roulement de l’ovaire sur le pédicule, ce dernier étant un élément qui rattache les ovaires. Elle peut être extrêmement douloureuse et nécessiter une consultation médicale urgente.

Lire aussi Cette mère de famille, montre comment sa plaque de cuisson reste propre pendant une semaine puis elle est traitée de “paresseuse” par les internautes

Contenus sponsorisés