Une adolescente s’est suicidée après que ses parents l’aient empêché d’aller à une fête

Cette dispute a conduit à un véritable drame. Après que ses parents lui aient refusé d’aller à la fête d’anniversaire d’un ami, cette adolescente commet l’irréparable. Découvrez l’histoire de cette jeune fille de 14 ans qui se jette par la fenêtre de sa maison. Depuis, sa mère et son père sont inconsolables.

Cette interdiction a fait commettre le pire à cette adolescente. Et pour cause, la dispute qu’elle a eue avec ses parents l’a poussée au suicide. Cet acte impulsif a dévasté ces derniers peu après qu’ils lui aient interdit de sortir. La jeune fille a sauté d’un grand immeuble et est morte sur le coup. Relayée par nos confrères du New York Times, cette tragédie a choqué les témoins.

L’adolescente s’est jetée du 15ème étage

Un suicide par défenestration. C’est ainsi qu’une adolescente de 14 ans a trouvé la mort. Selon des sources proches de la famille, elle aurait mis fin à ses jours car elle était en colère. La raison ? Elle n’a pas été autorisée à se rendre à la fête d’anniversaire de l’un de ses amis. Cette interdiction l’a poussée à commettre l’irréparable en se jetant de l’immeuble où elle habitait. Un suicide qui a sidéré ses parents.

adolescente suicide

L’adolescente s’est jetée du 15ème étage de l’immeuble. Source : NewYorkPost

Elle s’est enfermée dans sa chambre

D’après les sources qui se sont confiées à la police, l’adolescente en question aurait eu un passif de délinquance. La jeune fille de 14 ans a été accusée de vol à l’étalage. Il est possible qu’elle ait été en souffrance parce qu’elle était en échec scolaire d’après ses professeurs. Après s’être disputée avec ses parents à cause de cette interdiction, elle s’est enfermée dans sa chambre et a ouvert la fenêtre. Malgré les tentatives de sa mère et son père pour la rejoindre, elle avait déjà sauté du 15ème étage. Son corps a été retrouvé sur un échafaudage et elle est morte sur le coup.

Comment reconnaître un adolescent suicidaire ?

Si pour cette jeune fille de 14 ans le suicide a été provoqué par un acte impulsif, plusieurs éléments pouvaient indiquer qu’elle était en souffrance. Parmi eux, la délinquance et les difficultés à l’école. Si un enfant peut paraître joyeux, il peut derrière ce sourire cacher une réelle volonté de mourir comme façon d’arrêter des émotions négatives. De nombreux signes montrent qu’il y’a des risques de passage à l’acte suicidaire, selon Doctissimo.

Au-delà de la dépression qui peut être caractérisée par des idées de mettre fin à sa vie et même une préméditation, d’autres comportements peuvent être symptomatiques de ces tendances. La consommation de substances psychoactives, les fugues, les actes de violence, un changement d’attitude récent et un tempérament impulsif chez l’adolescent peuvent être des raisons de s’inquiéter et d’ouvrir le dialogue. Il est souvent observé chez les patients qui ont commis une tentative de suicide d’avoir donné au préalable des objets qui leur tenaient à cœur. Des phrases significatives peuvent illustrer la volonté d’un enfant de s’ôter la vie. « Bientôt vous n’aurez plus à me supporter », « Je n’aurai pas dû naître », « Je ne mérite pas de vivre » sont autant de mots qui doivent déclencher une réaction des parents. Une agression sexuelle peut également déclencher un passage à l’acte, comme cette adolescente qui a subi un viol collectif. Elle a écrit une lettre bouleversante avant son décès.

Comment réagir quand un jeune est suicidaire ?

Pour un parent, cette situation peut être délicate s’il existe des problèmes de communication. L’intervention d’une personne extérieure à la famille peut être nécessaire dans cette souffrance qui peut donner envie de mourir. Demander à un adolescent de « se secouer » ou lui répéter « qu’il a tout pour être heureux » augmente la culpabilité qui caractérise des envies de suicides. Le recours à des consultations chez un psychologue ou un psychiatre peut parfois être indispensable. Le harcèlement moral peut également provoquer le passage à l’acte. Cette fille de 10 ans en a souffert et s’est donné la mort.

Lire aussi « J’ai 46 ans, on me prend pour la sœur de ma fille adolescente – les gens pensent que j’ai seulement 20 ans »

Contenus sponsorisés