Un troisième confinement en France ? Olivier Véran se dit “prêt à prendre les mesures” après les fêtes

La plupart des français ont l’habitude de fêter comme il se doit les fêtes de fin d’année. Mais face à l’épidémie de coronavirus, les autorités sanitaires en appellent à la prudence de chacun cette année. En sus, alors que de nombreux pays européens ont adopté des mesures restrictives à l’approche du réveillon de Noël, la France a décidé d’autoriser les rassemblements pour préserver la tradition malgré le contexte actuel. Malheureusement, le pays fait face à un rebond de l’épidémie qui laisse craindre un troisième confinement. Interrogé à ce sujet sur le Journal du Dimanche, Olivier Véran se dit prêt à “prendre les mesures nécessaires si la situation devait s’aggraver”. 

Cela fait près d’un an que le Sars-CoV-2 a vu le jour pour la première fois dans la ville de Wuhan, en Chine. Depuis, les habitants du monde entier se sont résignés à accepter des changements brusques selon l’évolution de l’épidémie dans leur pays. Aujourd’hui, alors que le système hospitalier semble débordé face à la circulation importante du virus, Olivier Véran a estimé que la situation était très préoccupante dans certaines régions. En réalité, l’OMS avait déjà prévenu il y’a quelques mois l’arrivée d’une deuxième puis d’une troisième vague de coronavirus. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche le 27 décembre et relayé par Le Monde, le ministre de la Santé a mis sur la table l’éventualité d’un troisième confinement dans le pays.

Une situation de plus en plus préoccupante

Alors que les campagnes de vaccination ont démarré dimanche dernier dans des Ehpad à Sevran et à Dijon, le ministre Olivier Véran a expliqué que le virus circulait activement sur le territoire français. En effet, l’objectif de 5000 cas par jour que le président de la République avait fixé semble encore difficilement atteignable. D’autant plus que la tension n’est pas à la baisse en réanimation. Le ministre n’a pas omis de préciser l’augmentation de l’incidence chez les personnes âgées. Ces dernières lorsqu’elles sont atteintes du Covid-19, elles présentent des symptômes inhabituels et courent un risque élevé de forme grave, leur protection se doit d’être optimisée. De ce fait, plusieurs maires appellent à “reconfiner soit de façon territoriale” ou même “au niveau national”.

Un troisième confinement plausible

Depuis le 15 décembre, des assouplissements des mesures ont été opérés pour permettre aux français de retrouver leurs familles pour le réveillon de Noël. Toutefois, à l’approche des fêtes de fin d’année, le ministre de la Santé explique qu’un troisième confinement n’était pas exclu. “Nous prendrons les mesures nécessaires si la situation devait s’aggraver”, insiste-t-il. “Nous n’excluons jamais des mesures qui pourraient être nécessaires pour protéger les populations. Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure”, poursuit-il. Comme l’indique Le Figaro, l’Elysée a annoncé l’organisation d’un conseil de défense sanitaire ce mardi 29 décembre. Alors que plusieurs maires exhortent à reconfiner localement, le maire de Nancy considère que “la perspective du confinement est une perspective aujourd’hui inéluctable”.

Un appel à rester chez soi pour le Nouvel An

Il y a plus d’un mois, Olivier Véran avait déjà annoncé que Noël serait différent cette année. En effet, les français ont pu profiter des fêtes de Noël, tout en respectant la jauge de six adultes à table recommandée par le gouvernement. “Nous saurons vite si les rassemblements familiaux et festifs (ont eu) un impact”, assure le ministre en faisant référence à la levée du couvre-feu du 24 décembre. Mais si la tradition du réveillon n’a pu être écartée malgré la crise sanitaire, pour les fêtes de fin d’année, il en sera autrement. Comme l’a expliqué le Premier ministre Jean Castexle Nouvel An concentre “tous les ingrédients d’un rebond épidémique”. Ainsi, Olivier Véran a appelé la population à plus de vigilance. Pour lui, il serait préférable de ne pas célébrer le Nouvel An.

Le vaccin pourrait sauver des vies

Lors de son entretien au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé n’a pas manqué de souligner l’importance du vaccin pour protéger la population la plus vulnérable face à l’infection. “Ce vaccin protège 95% des individus contre les cas de forme grave et va sauver beaucoup de vies”, a annoncé Olivier Véran. Dimanche dernier, une campagne de vaccination a été mise en œuvre au sein d’une unité de soins de longue durée de l’hôpital René-Muret de Sevran en Seine-Saint-Denis, puis dans le centre gériatrique de Champmaillot à Dijon. Ainsi, sur la base du volontariat, un soignant et une dizaine de personnes âgées se sont fait vacciner contre le Covid-19. Par ailleurs, et selon le journal Le Monde, plusieurs pays européens ont déjà lancé leurs campagnes de vaccination.

Lire aussi Reconfinement : le nouveau coup de gueule du professeur Raoult

Contenus sponsorisés