Un père qui a violé son fils pendant trois ans et commis des crimes sexuels reçoit un « beau cadeau » du juge

Les agressions sexuelles perpétrées contre des enfants sont les pires délits qu’un adulte puisse commettre. Ce phénomène qui persiste dans toutes les sociétés peut engendrer de graves séquelles chez les victimes. Dans une histoire choquante relayée par le Daily Mail, un père de 41 ans a commis l’irréparable et s’en est sorti sans trop de dégâts …

Dans ville de Brisbane, capitale de Queesland en Australie, un père a plaidé coupable d’agressions sexuelles sur son enfant. En effet, l’homme âgé de 41 ans, dont le nom demeure inconnu, a violé son fils pendant trois longues années. De plus, ce père a avoué avoir procédé à ces actes horribles cinq fois par semaine pendant toutes ces années. Par ailleurs, il s’avère que cet homme a déjà commis des agressions sexuelles quelques années auparavant. En effet, le tribunal de Southpost a révélé que l’accusé avait déjà agressé sexuellement plusieurs enfants, dont sa nièce âgée de seulement deux ans.

Par ailleurs, de nombreux experts ont déclaré qu’en raison de son passif, l’homme ne s’arrêterait probablement pas. De son côté, le juge Paul Smith a qualifié ces violences sexuelles de crimes “horribles”.

Cependant, l’avocat de l’agresseur, Stephen Kissick, a mis en exergue des circonstances atténuantes qui ont eu le mérite de changer le court des choses et d’attiser la clémence du juge. En effet, l’homme aurait également été victime d’agressions sexuelles durant son enfance. Alors qu’il devait passer cinq années derrière les barreaux, la peine a été écourtée à seulement deux ans.

Les conséquences des violences sexuelles subies par les enfants

En France, les statistiques des violences sexuelles sont alarmantes. De plus, les principales victimes de ces actes sont les enfants : 81% ont été agressé avant l’âge de 18 ans. Parmi eux, 51% l’ont été avant 11 ans et 21% avant d’avoir 6 ans.

Il semblerait que les enfants qui subissent ces actes n’osent généralement pas en parler, par peur, honte ou culpabilité. Ainsi, ils refoulent leurs émotions négatives et se noient dans un silence pernicieux.

Certains enfants victimes de violences sexuelles démontrent des signes de souffrance très tôt. Ainsi, on peut remarquer quelques manifestations alarmistes telles que :

Anxiété accrue

– Isolement social

– Problèmes d’adaptation à l’école

– Faible estime de soi

– Agressivité injustifiée

D’autres victimes peuvent mener une enfance relativement normale et dénuée de symptômes alarmants, mais changer de comportement à l’adolescence. Ainsi, ces enfants gardent leur secret et se rebellent après la puberté. Les symptômes qui peuvent révéler ces cas sont :

– Fugues, délinquance

– Symptômes dépressifs

– Consommation de substances illicites

– Comportements autodestructeurs tels que des conduites à risque

– Sexualité précoce

– Partenaires sexuels multiples

– Problèmes relationnels et isolement social

– Faible estime de soi

– Troubles alimentaires telles que l’anorexie et la boulimie

Enfin, il y’a une troisième catégorie de victimes agressées sexuellement pendant l’enfance, qui se manifeste des symptômes que plusieurs années plus tard. Ainsi, à l’âge adulte, les personnes concernées peuvent avoir ces problèmes :

– Consommation de substances dangereuses

– Maladies chroniques

– Comportements sexuels inappropriés

– Troubles de personnalité

– Dépression

– Troubles de panique ou anxiété accrue

– Idées suicidaires

– Violences conjugales et sexuelles

Parler des violences sexuelles pour se libérer de leur impact

Les agressions sexuelles anéantissent les victimes et causent des dégâts physiques et psychologiques considérables. Mais le pire est de ne pas pouvoir en parler, d’avoir l’impression que personne ne pourra réellement entendre cette douleur sans porter de jugement.

Ainsi, plusieurs associations défendent la prise de parole des victimes pour pouvoir effectuer un travail de reconstruction. Cependant, certains parents peuvent s’effondrer lorsqu’un enfant évoque des traumatismes sexuels subis. Ils peuvent bombarder la victime de questions, amplifier les faits et finalement lui faire regretter d’avoir osé en parler. En réalité, les parents ne sont jamais prêts à entendre ce genre d’histoires. Ils n’ont pas les armes nécessaires pour faire face à l’injustice subie par leur progéniture. Ainsi, les experts déclarent que ceux qui ont souffert de ces actes doivent s’adresser à des professionnels pour leur apporter de l’aide, les soutenir, et les aider à dépasser cette épreuve difficile. L’accompagnement bienveillant des psychologues et des médecins est donc un cheminement crucial pour parvenir à se reconstruire après une agression sexuelle.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close