Un nouveau test sanguin pour la fibromyalgie offre de l’espoir à des millions de personnes souffrant de douleurs chroniques


Un nouveau test sanguin pour la fibromyalgie offre de l'espoir à des millions de personnes souffrant de douleurs chroniques

Des chercheurs de l'Ohio State University ont démontré que des tests sanguins peuvent détecter de manière fiable la fibromyalgie, une maladie souvent mal diagnostiquée en raison de ses symptômes généraux et similaires à un certain nombre d'autres affections telles que la polyarthrite rhumatoïde, l’ostéoarthrite ou le lupus érythémateux systémique. Cette bonne nouvelle a été relayée par nos confrères de The Sun.

Publiée dans le Journal of Biological Chemistry, cette étude décrit le succès de la recherche de biomarqueurs de la fibromyalgie et la distinction entre la maladie et d’autres affections apparentées. L’étude décrit également le diagnostic et le traitement de la fibromyalgie comme « un défi en raison du manque de biomarqueurs fiables ».

Qu’est-ce que la fibromyalgie ?

La fibromyalgie est une affection chronique ou à long terme qui provoque des douleurs musculo-squelettiques. Ses symptômes comprennent une sensibilité accrue à la douleur, une fatigue, des muscles raides, un sommeil perturbé, lesyndrome du côlon irritable et des troubles cognitifs tels que les troubles de mémoire et de concentration. La fibromyalgie est une maladie très compliquée, dont on ne guérit pas complètement (risque de rechute) ; le traitement consiste donc à prendre des médicaments, suivre des thérapies de groupe et modifier le mode de vie afin de soulager et de gérer les symptômes.

Le diagnostic de la fibromyalgie repose sur un large éventail de symptômes rapportés par les patients eux-mêmes. Il comprend également parfois une évaluation physique de la douleur du patient en appliquant une légère pression sur 18 points sensibles spécifiques où la douleur est souvent ressentie. Et comme le précise Francetvinfo, lorsque 11 de ces 18 points sont douloureux ; le diagnostic tombe : il s’agit de fibromyalgie. Cependant, les outils de diagnostic sont souvent utilisés pour exclure d’autres maladies ayant des symptômes similaires à la fibromyalgie.

Une étude, un espoir

Réalisée par l’Ohio State University, l’objectif de l’étude était de développer une méthode rapide basée sur des biomarqueurs pour diagnostiquer la fibromyalgie en utilisant la spectroscopie vibrationnelle (une analyse chimique de la composition moléculaire) pour différencier les patients atteints de fibromyalgie de ceux atteints d’autres pathologies telles que la polyarthrite rhumatoïde, l’ostéoarthrite ou le lupus érythémateux systémique. La recherche visait également à identifier les métabolites (composés organiques intermédiaires ou issus du métabolisme) associés à ces différences.

Les chercheurs ont découverts des schémas métaboliques clairs et reproductibles dans le sang de dizaines de patients atteints de fibromyalgie. Cela pourrait conduire à un meilleur traitement plus précis et, surtout, personnalisé. Avec le temps, une protéine, un acide ou une combinaison de molécules particulières associées à la fibromyalgie pourrait être identifiée. De plus, les empreintes métaboliques pourraient même évaluer la gravité de la maladie chez chaque patient.

Un diagnostic futur plus rapide

Avec des patients qui attendent parfois en moyenne cinq ans entre le développement des symptômes et le diagnostic final, un diagnostic rapide et précis est absolument nécessaire et présente un certain nombre d’avantages évidents pour eux et pour les médecins. Les patients peuvent être assurés que leurs symptômes sont réels et non imaginables, et les médecins peuvent finalement établir des plans de traitement appropriés et efficaces.

Les patients non diagnostiqués reçoivent souvent des analgésiques opioïdes puissants et provoquant une dépendance. Kevin Hackshaw, auteur principal de l’étude, déclare : « Dans les cliniques de traitement de la douleur chronique, environ 40% des patients sous opioïdes répondent aux critères de diagnostic de la fibromyalgie. Cette maladie s’aggrave souvent avec ces médicaments et l’état des patients ne s’améliore certainement pas. »

S’appuyant sur les résultats de l’étude, Hackshaw a pour objectif de mener des essais cliniques à plus grande échelle afin de déterminer si les résultats de cette étude peuvent être répliqués de manière fiable.

Luis Rodriguez-Saona est un expert des méthodes de test utilisées dans l’étude, il a déclaré : « Ces premiers résultats sont remarquables. Si nous pouvons aider à accélérer le diagnostic chez ces patients, leur traitement sera meilleur et ils auront probablement de meilleures perspectives. Il n’y a rien de pire que d’être dans le doute ou ne pas savoir quelle maladie vous avez. »

L’étude conclut que la spectroscopie vibrationnelle peut constituer un test de diagnostic fiable permettant de différencier la fibromyalgie d’autres affections. Hackshaw espère qu’un test disponible pour un usage clinique étendu sera disponible d’ici cinq ans.