Un homme crache sur un enfant dans un restaurant pour lui « transmettre le Coronavirus »

Partout dans le monde, il existe des personnes dont la bêtise n’a d’égale que leur égo. C’est dans un restaurant aux États-Unis qu’un homme de 47 ans s’approche d’un garçon et lui crache dessus parce que ce dernier a refusé de lui serrer la main. Le récit de cette histoire ahurissante a été relayé par nos confrères de Fox 8. 

C’était censé être une soirée agréable pour ce petit garçon ainsi que sa famille qui ont décidé de dîner dans un restaurant. La famille ainsi que le garçon portent des masques conformément aux recommandations sanitaires mises en vigueur un peu partout dans le monde. Ce n’est toutefois pas du goût de Jason Copenhaver qui aurait ordonné au garçon de retirer son masque avant de lui cracher dessus.

Jason Copenhaver

rawstory

Une soirée au restaurant

Aujourd’hui encore et malgré les avertissements des scientifiques, certaines personnes remettent en cause le danger que représente le nouveau coronavirus. Cette tendance semble surtout se dessiner aux États-Unis où certains individus vont jusqu’à agresser ceux qui tentent de se protéger du Covid-19. Ce petit garçon et sa famille passaient une agréable soirée dans un restaurant. Le petit bonhomme porte un masque pour se protéger et évite de toucher les autres, conformément aux recommandations sanitaires.

Un garçon refuse de serrer la main d’un inconnu

Jason Copenhaver, un homme de 47 ans, n’est quant à lui pas très convaincu de l’efficacité des règles sanitaires et il veut le faire savoir. Comme le rapporte un article de Fox 8il s’approche alors du garçon et lui tend la main pour la lui serrer. Au-delà du fait que ce soit un inconnu, le garçon comprend que ce genre de gestes est risqué, il refuse donc.

Un homme crache sur un garçon

Face au refus du garçon, Jason Copenhaver devient enragé. Pourtant et dans le contexte d’une pandémie, le rejet du petit garçon face à la demande d’un inconnu semble être tout à fait légitime. Cela ne suffira pas à calmer cet homme qui semblait être en état d’ébriété aux moments des faits. Celui-ci attrape donc le garçon par la main avant de lui cracher dessus, il lui déclare alors : « Maintenant tu l’as le coronavirus ». Si les agissements de cet homme vous paraissent pour le moins révoltant, ce n’est malheureusement pas le premier du genre.

Contrôlé par un employé

Jason se dirige alors vers la section bar du restaurant et tente à deux reprises de frapper un employé. Celui-ci arrive à maîtriser l’homme de 47 ans avant de le sortir des lieux et de le plaquer au sol jusqu’à l’arrivée des autorités. À l’arrivée de la police, il aurait alors avoué qu’il n’a pas été testé et ne sait donc pas s’il a vraiment passé le virus au petit garçon. Jason Copenhaver est donc arrêté immédiatement pour agression et mauvaise conduite.

Le masque, obligatoire dans les lieux publics

C’est le ministre de la Santé Olivier Véran qui l’a annoncé il y a de ça plus de deux semaines, le port du masque est aujourd’hui dans les lieux publics obligatoire au sein du territoire français. Plus précisément et comme le rapporte un article du Monde, les lieux concernés sont entre autres : « Les magasins de vente, les centres commerciaux, administrations, banques et marchés ouverts ».

Pourquoi porter un masque ?

Cette nouvelle directive a pour but de lutter contre la propagation du virus. En effet, et comme l’ont précisé 14 médecins dans une tribune du Parisien : « La transmission par aérosol, donc uniquement par l’air respiré dans une pièce, semble être désormais reconnue comme une des voies majeures de transmission du virus en population générale, voie qui n’est pas affectée par le lavage des mains ou des surfaces, ni par le respect du mètre de distance entre les personnes. »

Face à cette information, l’importance du port du masque apparaît assez claire. Si vous n’en trouvez pas en pharmacie, voici un tutoriel vous permettant de vous fabriquer votre propre masque.

Lire aussi Une policière décède d’une maladie mortelle après qu’un voyou lui ait craché au visage

Contenus sponsorisés