x

Un homme arrêté par la police pour avoir donné une fessée à un enfant en bas âge dans un magasin

Vivre sans violence est un droit fondamental dans la déclaration universelle des droits de l'homme et est une condition essentielle pour une vie saine, surtout pour un enfant. Mais quand ce droit est écrasé pour laisser place à des habitudes et des traditions sociales, cela devient réellement inquiétant, et l’acte de cet inconnu sur un enfant en est l’exemple typique.

Combien d’enfants sont sujets à de la violence physique ?

Selon les résultats d’une enquête réalisée par Harris Interactive, 2 français sur 10 (22%) relatent des événements de maltraitance pendant l’enfance. 68% d’entre eux ont déclaré avoir fait état d’une maltraitance ayant eu lieu en partie dans leur propre famille pendant leur enfance.

Les victimes déclarées se sont divisées en deux tendances : 80% des français déclarent ne pas avoir parlé des maltraitances vécues au moment des faits. Parmi les personnes affirmant avoir parlé de leurs maltraitances, 61% estiment que cette situation s’est arrêtée totalement ou partiellement après en avoir parlé.

Les enfants peuvent également être témoins d’incidents réels de sévices physiques et / ou sexuels. Cela signifie des menaces ou des bruits de lutte provenant d’une autre pièce. Les enfants peuvent également observer les séquelles de sévices physiques tels que du sang, des ecchymoses, des larmes, des vêtements déchirés et des objets cassés.

Quels sont les sentiments des enfants exposés à la violence ?

Les enfants exposés à la violence deviennent craintifs et anxieux. Ils sont toujours sur leurs gardes, surveillent et attendent le prochain événement. Ils ne savent jamais ce qui déclenchera les abus et ne se sentiront donc jamais en sécurité. Ils sont toujours inquiets pour eux-mêmes, leur mère et leurs frères et sœurs. Ils peuvent se sentir sans valeur et impuissants.

Les enfants qui grandissent avec la maltraitance tiennent cela en secret, et peuvent même croire que la maltraitance qu’ils subissent est normale. Ils peuvent se blâmer pour l’abus en pensant que s’ils n’avaient pas fait ou dit quelque chose, l’abus n’aurait pas eu lieu. Les enfants issus de foyers violents peuvent paraître beaux au monde extérieur, mais à l’intérieur, ils souffrent terriblement. Leurs familles sont chaotiques. Ils peuvent également se fâcher contre leurs frères et sœurs ou leur mère et père pour avoir déclenché la maltraitance. Ils peuvent ressentir de la rage, de l’embarras et de l’humiliation.

En guise de témoignage voici le cas d’une maltraitance assez étonnante d’un inconnu sur un garçon.

Une fessée dans un magasin

Un homme de Géorgie, aux États-Unis, a été arrêté et banni d’un magasin local après que des responsables aient annoncé qu’il avait donné une fessée à un enfant en bas âge. L’homme, identifié comme étant Juan Martinez, a été réprimandé après avoir frappé un garçon de 2 ans qui faisait des courses avec son père.

Au moment de l’incident, le garçon se trouvait à la caisse du magasin et aurait demandé à avoir des bonbons. Son père, Logan Morris, lui avait dit que c’était trop tard et qu’il fallait qu’ils partent. Selon Morris, un inconnu faisant la queue derrière eux a ensuite saisi son fils et lui a donné une fessée trois fois et a dit au père : "C’est comme ça que nous traitons les enfants au Mexique".

Un homme arrêté par la police

Morris a déclaré avoir répondu : "Nous ne sommes pas au Mexique", puis a immédiatement appelé la police. Après leur arrivée, les policiers ont déclaré qu’une forte odeur de boisson alcoolisée provenait de M. Juan Martinez au moment de son arrestation.

Un homme arrêté par la police

Logan Morris, qui ne donne pas la fessée à son propre enfant, a été outré qu’un homme pose la main sur son garçon. Il a déclaré à une chaine locale avoir été choqué et stupéfait, tandis que son fils l’a simplement regardé avec la bouche ouverte, étonné qu’un étranger vienne le taper sur les fesses.

Martinez a été accusé de cruauté envers un enfant, de coups et blessures, de comportement désordonné et d’entrave aux agents. Il a été détenu sans caution pour avoir violé sa libération conditionnelle et le magasin l’a ajouté à son registre des actes d’intrusion criminelle.

Dans un communiqué de presse le magasin a déclaré prendre cette question très au sérieux, car fournir un endroit sûr aux clients pour faire leurs achats est leur priorité absolue, et qu’ils ne tolèrent pas ce type de comportement dans leur magasin ou sur leur propriété. En même temps, la direction a déclaré avoir apprécié l’action rapide de leur collaborateur qui a signalé l’incident et a contacté les autorités.

Martinez a eu ce qu’il méritait car ce comportement est inacceptable que cela soit de la part d’un inconnu ou des parents. N’hésitez pas à partager cet article pour sensibiliser les gens sur la violence physique sur les enfants.

Contenus sponsorisés
Loading...