x

Un homme a une érection pendant trois heures et les médecins mettent en cause le Covid-19

Alors que plusieurs complications liées au Covid-19 ont été recensées depuis un an, une autre vient de s’ajouter à la liste. Des médecins ont assisté à l’érection de trois heures d’un patient de 69 ans et attribuent ce symptôme à la contamination par le coronavirus.

Relayé par nos confrères du New York Post, ce cas d’école montre que les complications liées au Covid-19 peuvent provoquer une érection prolongée dangereuse. Le symptôme de ce patient montre les mécanismes physiologiques entraînés par ce virus.

Ce cas a été reporté dans un journal médical

Plusieurs complications peuvent être liées au Covid-19. Parmi elles, la pneumonie, la détresse respiratoire, les problèmes cardiaques ou encore le syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants. Le détachement d’un caillot sanguin qui bloque la circulation sanguine dans un autre vaisseau peut également être corrélé à cette maladie. Un nouveau cas de séquelle liée à cette dernière est apparu et a interpellé les médecins. Son nom ? Le priapisme, à savoir une érection prolongée du pénis.  Cela a été observé chez un homme atteint d’un cas sévère de coronavirus. Cette complication a été recensée dans l’American Journal of Emergency au début de l’année.

Après son hospitalisation, l’homme a eu une érection prolongée

Si son symptôme de priapisme était persistant, il ne s’est révélé qu’après son admission aux urgences. Le patient était atteint de symptômes tels que la toux et la congestion, des signes qui se sont aggravés avant son hospitalisation. C’est à ce moment-là qu’il a été diagnostiqué positif au Covid-19. L’état respiratoire du sexagénaire a empiré et les médecins ont décidé de lui placer une assistance respiratoire.  Alors qu’il était couché pour atténuer ce symptôme, l’infirmière a remarqué que l’homme était en érection. Malgré les blocs de glace placés sur son pénis, cet état a duré plus de trois heures. Les spécialistes ont pu conclure qu’il s’agissait d’un priapisme. Cette maladie n’est pas toujours causée par le coronavirus et peut être fortement invalidante sur le plan social. Ce cinquantenaire ne peut plus voir sa famille à cause de cette érection prolongée.

Le priapisme est dû à une obstruction des veinules drainantes

Cette réaction persiste plus de quatre heures sans stimulation sexuelle. Des lésions irréversibles peuvent alors impacter le corps caverneux sans intervention médicale rapide. Le priapisme qu’a subi cet homme est de la catégorie ischémique. Cela est dû à l’obstruction des veinules drainantes, de très petits vaisseaux sanguins. Cette érection sans stimulation est généralement douloureuse et les médecins peuvent tenter de déceler s’il s’agit d’un priapisme ischémique, non ischémique ou à haut débit. Cette dernière catégorie se produit lorsque le flux de sang dans la verge ne se régule pas correctement. Le priapisme à haut débit est moins douloureux que les deux premiers. Comme le patient de 69 ans était sous sédatifs, les spécialistes n’ont pas pu mesurer sa douleur. Ils ont dû effectuer des tests pour catégoriser cette complication liée à sa contamination par le Covid-19.

« Le priapisme non traité peut provoquer un dysfonctionnement érectile »

Si les médecins ont dû intervenir rapidement, c’est parce que les effets indésirables possibles du priapisme peuvent être définitifs. De graves séquelles ont été recensées dans un rapport de la clinique Mayo. Sur ce document, nous pouvons compter les effets indésirables de cette érection persistante. L’établissement informe que le sang emprisonné dans le pénis est privé d’oxygène. Cette érection qui dure des heures peut endommager voire détruire les tissus de l’organe. « Le priapisme non traité peut provoquer un dysfonctionnement érectile », alerte l’établissement américain.

Le priapisme du patient de 69 ans a été arrêté après 30 minutes

Lorsqu’ils sont intervenus, les médecins de l’hôpital ont drainé le sang bloqué du pénis de l’homme de 69 ans. Ils ont également injecté des médicaments sur la base de l’organe et après 30 minutes, l’érection s’est calmée. Si aucune complication thromboembolique [ndlr : liée aux veines] n’a été observée après cette intervention, le patient est toutefois décédé des suites des autres effets du coronavirus. Un autre cas de priapisme dans le cadre d’une contamination au Covid-19 a été recensé chez un patient de 7 ans de moins. Son érection a duré plus de quatre heures.

Quelles sont les causes du priapisme ?

Cette érection prolongée de plus de quatre heures qui peut créer des lésions irréversibles dans le corps caverneux du pénis n’est pas toujours liée au coronavirus. Selon Le Figaro Santé, d’autres facteurs peuvent provoquer le priapisme à haut débit tels que la chirurgie de revascularisation pénienne, le traumatisme périnéal parfois provoqué par le vélo ou par une chute. Certaines maladies peuvent être des causes du priapisme ischémique. Parmi elles, la drépanocytose, la leucémie myéloïde chronique ou encore les cancers péniens. La consommation d’alcool, de marijuana ou de cocaïne peut être responsable de prédispositions au même titre que la prise d’anticoagulants, d’antihypertenseurs, d’antipsychotiques ou d’antidépresseurs. Lors d’une érection prolongée de plus de quatre heures, il est impératif de se rendre aux urgences.

Contenus sponsorisés
Loading...