Un grand-père se bat contre la mort après avoir développé une maladie en se rongeant les ongles

Peu ou pas du tout connue sous son nom scientifique, l’onychophagie est pourtant une manie que des milliers de personnes adoptent sans même le savoir. En effet, cette « maladie » qui vous semble encore étrangère n’est autre que la mauvaise habitude de se ronger les ongles ! Associée au stress, elle se manifeste souvent sous forme de réflexe compulsif afin d’apaiser les états nerveux. Cependant, cet acte en apparence inoffensif masque des conséquences extrêmement dangereuses, comme en témoigne cette histoire relayée par The Mirror.

L’onychophagie ou la manie de se ronger les ongles est capable d’entraîner des répercussions désastreuses. Dans le cas de Jack Kennedy, elle mènera à une expérience très proche de la mort causée par une simple blessure au niveau du pouce. Découvrons son histoire traumatisante…

Un homme qui l’a échappé belle

Âgé de 57 ans, Ricky Kennedy est dans l’incompréhension totale lorsqu’il se retrouve entre la vie et la mort suite à une petite plaie au niveau du pouce. En effet, la blessure formée pendant qu’il se rongeait les ongles a mené à une cloque qui se transformera rapidement en infection.

Au vu de l’apparence de cette dernière, Ricky se rend à l’hôpital pour s’assurer qu’il n’y a aucun danger mais les médecins auront du mal à détecter la septicémie du premier coup. Ils ne lui prescriront alors qu’un traitement antibiotique.

Ce n’est qu’après avoir observé des lésions au niveau de ses bras et de sa poitrine que sa femme Ghislaine décide de l’emmener à nouveau aux urgences afin de déterminer la cause de ces symptômes. Pendant des mois, Ricky se battra pour sa vie avant d’échapper au danger de la septicémie. D’ailleurs, Il confie qu’il se souvient à peine de son arrivée au Queen Elizabeth University Hospital à Glasgow. En effet, l’infection l’a plongé dans un état d’inconscience et de confusion. Comme sa femme en témoigne, il était incapable de bouger ou de se tenir debout et ne connaissait même plus son âge.

Etant également atteint d’un diabète de type 2, Ricky a subi un séjour à l’hôpital cauchemardesque. En effet, ce grand-père n’aurait jamais pensé qu’une aussi petite blessure puisse provoquer des dégâts aussi conséquents. Habitué à se ronger les ongles au quotidien, il confie,

« Je me suis rongé les ongles des centaines de fois. Se dire que j’aurais pu en mourir est terrible »

Septicémie : ce qu’il faut savoir

Connu par le passé sous le nom de gangrène ou de fièvre puerpérale, le terme septicémie est apparu en 1837. Créé par le médecin français Pierre Pony, il désigne une infection dangereuse causée par des bactéries qui se propagent dans l’organisme à travers le sang.

Maladie foudroyante, celle que les anglo-saxons appellent sepsis tuerait une personne toutes les 5 secondes à l’échelle mondiale et aurait mené à 30 000 décès consécutifs à la maladie en France selon l’Institut Pasteur. Par ailleurs, la septicémie aurait provoqué un taux de mortalité de 27% chez les individus affectés et atteindrait les 50% dans les cas les plus graves de choc septique.

De plus, cette maladie toucherait principalement des tranches d’âges assez extrêmes, notamment les nouveau-nés et les personnes âgées. Associée à la fièvre et à la putréfaction du sang et des tissus, la septicémie est définie comme une invasion bactérienne qui entraîne des lésions au niveau des organes.

Détecter la septicémie

Selon NHS Inform, la plateforme santé du gouvernement écossais, il est essentiel de prêter attention à certains symptômes de la septicémie, qui sans traitement rapide, peut mener à une défaillance des organes et à la mort. Concernant les enfants, il est impératif de contacter les urgences si vous observez les réactions suivantes :

  • Une pâleur inexpliquée
  • Une léthargie profonde
  • Une froideur anormale de la peau
  • Une respiration saccadée
  • Des irritations cutanées qui persistent
  • Des convulsions

En ce qui concerne les adultes, les symptômes sont similaires mais peuvent se transformer en réactions beaucoup plus intenses et dangereuses dans le cas d’un choc septique. Ils se manifestent à travers des douleurs musculaires sévères, une difficulté à articuler, un état mental altéré, de la diarrhée, des nausées et des vomissements, et perte de conscience dans certains cas.

Traitement de la septicémie

Lorsque la détection de la septicémie est précoce, le traitement consiste à simplement prendre des antibiotiques et le rétablissement sera complet. Mais en cas de détection tardive, la personne atteinte souffrira de choc septique et devra être hospitalisée car cette maladie pourrait engager son pronostic vital.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close