x

Un bébé de quatre jours en bonne santé meurt de coronavirus, sa mère exige des réponses

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus, on parle souvent des personnes âgées souffrant de complications liées au Covid-19 mais on parle rarement des enfants ou encore des bébés. Ces derniers peuvent tout aussi en être infectés. Une maman a perdu son bébé, quatre jours après sa naissance, à la suite de complications respiratoires dérivées du Covid-19. Un décès qui a choqué aussi bien les parents du bébé que les médecins.

C’est à l’hôpital local Unimed au service de la maternité de Sao Paulo au Brésil, que le bébé est décédé rapporte le quotidien Clarin. Adriana Godoy, la maman, ne comprend pas la raison de son décès puisque le bébé est né en bonne santé.

« Notre fils est né beau, en bonne santé, parfait »

Sur les réseaux sociaux, Adriana a écrit un message juste après son accouchement, «Notre fils est né beau, en bonne santé, parfait », heureuse d’accueillir son bébé dans une nouvelle vie. Pour autant, elle ne se doutait pas des suites tragiques qui se sont déroulées quatre jours après. A sa naissance, le bébé se portait bien mais après quelques jours, le bébé a commencé à présenter des signes qui ont attiré toute l’équipe médicale. Ses symptômes ont débuté par un essoufflement notamment lors de la tétée et il émettait des gémissements, comme l’a déclaré la maman. Des antibiotiques lui ont alors été administrés par l’équipe médicale qui n’avait en aucun cas soupçonné un cas de Covid-19.

Le bébé est né en bonne santé. Source : Globo

Toutefois, les médicaments n’ont pas fonctionné et le cas du bébé s’est aggravé, jusqu’au jour où les médecins lui ont fait passer le test du coronavirus qui s’est avéré positif. Aussitôt, il a été transféré aux soins intensifs où il est décédé, suite aux complications graves du coronavirus. Anéantie par le chagrin suite au décès de son bébé, la maman a tenu à alerter tous les gens sur la gravité de ce virus qu’elle considère comme dévastateur et cruel.

La famille dévastée par le chagrin. Source : Clarin

L’hôpital Rio Claro a publié une déclaration suite à cet événement tragique. « Unimed Rio Claro est solidaire en ce moment avec la famille du bébé. Nous informons que l’enfant a reçu les soins et l’attention du personnel de l’hôpital, qui n’a ménagé aucun effort pour essayer de sauver cette vie perdue par le Covid-19 ».

Les funérailles du bébé mort du coronavirus. Source : Clarin

Le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant

Le syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (MIS-C ou PIMS) s’apparente à la maladie Kawasaki et peut affecter les enfants et les adolescents touchés par le Covid-19. Ce syndrome a touché plusieurs milliers d’enfants et d’adolescents à travers le monde.  En France, on en a recensé 396 cas. 75% de ces enfants atteints de ce syndrome présentent des anticorps contre le SARS-CoV 2. Bien que cette maladie soit rare, des chercheurs américains se sont penchés sur la question. Dans ce contexte, une étude a été publiée dans The New England of Medicine (NEJM) et a conclu qu’elle affecterait 2 personnes de moins de 21 ans sur 100 000 dans le monde. Selon le professeur Arnaud Fontanet, ce syndrome inflammatoire multisystémique apparaît dans le cas des enfants qui ont été infectés par le Covid-19, environ un mois après. Ce syndrome serait donc lié à une infection au coronavirus.

A ce jour, les chercheurs ignorent encore la cause exacte du PIMS. Et pour cause, les enfants qui en sont atteints, sont généralement en bonne santé et ne présentent aucun antécédent médical ou facteur de risque particulier. Pour l’heure, on soupçonne une réponse anormale du système immunitaire à un agent infectieux méconnu. A ce sujet, Michael Levin, professeur de biologie de l’Imperial College à Londres, précise qu’en général, le MIS-C survient alors que les anticorps se sont développés. Ces derniers peuvent accroître la gravité de l’infection par le Covid-19 en déclenchant une inflammation ou en causant des dommages aux organes.

Des cas de bébés décédés à la naissance ont par ailleurs été déclarés en Irlande et qui seraient liés à une maladie appelée Covid placentis, comme relayé par RTL. Des femmes enceintes testées positives avaient accouché d’un bébé mort-né, suite à une infection du placenta. Des recherches supplémentaires sont requises afin de confirmer ce constat.

Contenus sponsorisés
Loading...