Trop stressé par la paternité, ce père célibataire veut abandonner son enfant

Après la séparation du couple, la garde de l’enfant peut s’avérer problématique tant au niveau financier que moral. A travers une publication sur le site Reddit, ce père va s’attirer les foudres des internautes après avoir annoncé qu’il considérait faire adopter son enfant. Suscitant l’indignation et la colère d’autres membres du forum, son histoire fait rapidement le tour de la toile jusqu’à atterrir sur le site de conseil parental Cafemom.

Difficile et complexe, la situation d’un parent célibataire mène parfois à des remises en question problématiques. Pour ce jeune homme de 23 ans, la paternité s’est imposée de manière brutale ce qui n’a pas tardé à le faire crouler sous le poids des responsabilités. En plein doute sur sa capacité à faire face à une telle situation, il décide de partager son histoire avec les internautes afin de recueillir leurs avis.

Un père en difficulté

Suite à l’annonce de grossesse de sa compagne, ce jeune homme plein d’espoir est persuadé d’être capable de prendre soin de son enfant. Il réussira même à dissuader la future maman de subir un avortement ; celle-ci finira par céder à l’unique condition qu’il assume l’entière responsabilité de leur fils après la naissance. Sur le point d’obtenir son diplôme et avec les prospects d’un travail bien rémunéré à la clé, le jeune papa n’hésite pas une seconde à endosser ses obligations.

Deux ans plus tard, la publication de cet homme sur les réseaux montre que sa perspective positive et optimiste n’aura pas fait long feu. A travers son témoignage qui se révèle être un véritable appel au secours, ce père partage une envie qui ne manquera pas de choquer les lecteurs : celle de faire adopter son enfant.

Annonce horrifiante ou cri d’appel à l’aide, il explique la difficulté qu’il éprouve au quotidien à suivre un rythme de vie adapté à son âge tout en étant papa. Comme le décrit sa publication, être père célibataire à un si jeune âge requiert un investissement lourd qui ne laisse aucune place aux soirées entre amis, au temps libre et aux nouvelles rencontres. Bien qu’il soit soutenu par sa mère, celle-ci habiterait trop loin pour fournir une aide constante.

Au vu des nombreuses contraintes qu’il subit au quotidien, il aborde alors un sujet extrêmement sensible, à savoir l’adoption. Croyant bien faire, il partage son idée sur le site Reddit, mais les réactions récoltées auront tôt fait de lui faire réaliser qu’il a peut-être commis une erreur. Dépassé par les événements et les commentaires indignés, il se retirera du réseau pendant plusieurs jours avant de revenir avec un nouveau message :

« J’étais au plus bas lorsque j’ai écris ce message. Je pense que je souffre de dépression périnatale qui m’emmène dans les recoins les plus sombres de mon esprit. Bien que les commentaires haineux m’aient vraiment blessé, il y en a énormément qui ont contribué à me faire ouvrir les yeux sur l’horreur de la situation.» 

Il ajoute qu’il considère suivre des thérapies de groupe afin d’en apprendre un peu plus sur les moyens de gérer sa vie de père célibataire. Embaucher une baby-sitter ferait également partie de ses options.

La dépression périnatale chez les pères

Souvent associée aux mères, la dépression périnatale ou DPP (dépression post-partum) passerait presque inaperçue du côté paternel. Pourtant, cette condition est bien réelle et toucherait 10% des hommes, comme l’expliquent Florence Gressier et Anne-Laure Sutter-Dallay dans l’ouvrage Accueillir les pères en périnatalité. Le psychologue Dr Daniel Singley éclaire nos confrères de CBC News sur le sujet :

« L’un des plus grands mythes perpétrés est que l’homme est incapable de souffrir de dépression périnatal, seulement parce qu’il ne subit pas les mêmes changements hormonaux que la femme. »

En effet, la dépression périnatale est depuis bien longtemps une affaire de femmes, d’où la difficulté et même le déni lié à son apparition chez l’homme. A cet effet, National Child Trust UK nous informe sur le sujet et énonce les points importants à connaître dans des situations de DPP. Selon l’association, les pères de moins de 25 ans seraient plus enclins à développer cet état dépressif et l’absence de figure maternelle serait l’un des nombreux facteurs à risque pouvant y mener. Par ailleurs, cette souffrance serait moins visible chez les hommes car elle serait souvent confondue avec le stress habituel lié à la paternité. A cet effet, voici quelques symptômes auxquels il faut prêter attention :

  • La peur et la confusion
  • Le désengagement de la vie sociale et professionnelle
  • L’indécision
  • La frustration et l’irritabilité
  • La violence domestique
  • Les comportements paternels négatifs
  • L’insomnie
  • Les symptômes physiques tels que les migraines, la nausée et l’indigestion

Lire aussi Des milliers de personnes souhaitent adopter ce petit garçon qui dit « Je veux juste un papa et une maman »

Contenus sponsorisés