Syndrome de l’enfant riche : avez-vous déjà entendu parler de ce problème d’éducation des enfants ?

Si le syndrome de l’enfant riche fait écho à une situation financière aisée, il n’en est rien. Le patrimoine n’a pas toujours un lien avec ce mode d’éducation qui peut avoir des conséquences délétères à terme. Découvrez les impacts de ces principes que transmettent les parents sans pour autant s’en rendre compte.

Relayée par le journal Ouest-France,  cette éducation transmise pourtant sur la base de desseins bienveillants peut au contraire être à l’origine de séquelles qui sont présentes même dans la vie d’adulte.

Qu’est-ce que la ricopathie ?

Également appelé ricopathie ou « affluenza », le syndrome de l’enfant riche n’est pas seulement l’apanage des parents issus d’une classe aisée. Et pour cause, il s’agit d’une volonté de surprotection qui conduit à une éducation inadaptée. Résultat : l’enfant devenu adulte n’est pas assez armé pour faire face aux aléas de la vie car il n’a jamais eu l’habitude de se battre pour obtenir ce qu’il souhaite. Les familles de classe moyenne peuvent engendrer ce phénomène sociétal car ces parents qui ont un rythme de travail soutenu peuvent vouloir compenser leur absence par des cadeaux onéreux. Les experts de Harvard ont donné 6 règles pour bien élever ses enfants.

enfant riche 1024x714 1
Syndrome de l’enfant riche. Source : ouest-france

Conduite irresponsable et manque d’empathie

Alors que l’idée d’un enfant gâté a traversé les décennies, le syndrome de l’enfant riche a été évoqué la première fois pendant les années 90.  Le terme « affluenza » a été écrit pour la première fois dans l’ouvrage The Golden Ghetto : The Psychology of Affluence écrit par Jessie H. O’Neill, psychothérapeute. Selon la spécialiste de la santé mentale, les enfants ayant ces particularités peuvent faire preuve d’une conduite irresponsable et d’un manque d’empathie. Son origine : le comportement des parents. Et pour cause, ces derniers les ont couverts de cadeaux pour contrebalancer leur manque d’investissement émotionnel ou de présence.

Un conditionnement des parents

Vous l’aurez compris, les parents essaient souvent en pensant bien faire offrir des cadeaux à leurs enfants par culpabilité de ne pas avoir été souvent présents. Pour reconnaître un garçon ou une fille qui correspond à ce phénomène, il existe plusieurs indicateurs. Il ou elle peut souvent dire qu’il s’ennuie bien qu’il ait de nombreuses distractions à disposition. Pour autant, ce comportement n’est pas forcément un caprice puisqu’il est conditionné par le parent qui donne un objet à son enfant pour le calmer ou pour qu’il arrête de pleurer. Il peut également offrir un cadeau lorsqu’il a eu un bon comportement ou pour un service rendu. Si donner un présent à son enfant n’est pas fondamentalement mauvais, le faire mécaniquement peut avoir des impacts sur la santé émotionnelle de l’enfant. Certaines erreurs courantes des parents peuvent durablement impacter l’éducation.

enfant riche1 1024x626 1
Syndrome de l’enfant riche. Source : Ouest France

Quelles sont les conséquences du syndrome de l’enfant riche ?

Ce conditionnement n’implique pas seulement le développement d’un tempérament capricieux ou le comportement de ce qu’on appelle communément un enfant gâté. Plusieurs conséquences peuvent découler d’une éducation qui correspond au syndrome de l’enfant riche. Parmi elles, le développement d’une faible estime de soi, un manque de motivation, une incapacité à gérer la frustration et à surmonter ses problèmes. L’enfant qui a eu l’habitude de recevoir des cadeaux à la demande sans pour autant le mériter croit consciemment ou non que ses parents géreront la moindre contrariété à leur place. A cela peut s’ajouter un manque de discipline, l’échec scolaire, des difficultés relationnelles et une incapacité à réguler sa colère. D’autres comportements addictifs tels que la consommation de toxiques peuvent être la résultante de ce type d’éducation.

Comment prévenir ses conséquences ?

Pour éviter que l’enfant ne croie que tout lui est dû, les parents doivent agir. Ils peuvent pour éviter de tomber dans les écueils de ce syndrome, de montrer les efforts qu’ils déploient pour offrir ce style de vie. Ainsi, l’enfant comprend la valeur du travail et le lien avec les biens matériels qu’il reçoit. L’intégrer à des tâches domestiques sans contrepartie telles que faire le lit, ranger sa chambre, faire la vaisselle fait également partie de cette démarche pour éviter ce qu’on appelle l’affluenza. Aider son enfant avec bienveillance à régler ses problèmes, l’aidera à comprendre les valeurs essentielles pour évoluer dans la vie avec dignité. Lui faire comprendre à assumer ses erreurs et ses responsabilités lui permettra d’accorder de la valeur à tout ce qui l’entoure comme l’amour de ses parents ou les cadeaux qu’on lui offre.

Être strict ne signifie pas être méchant avec son enfant

Se montrer intransigeant sur certains principes de vie ne signifie pas que vous êtes un parent méchant. Apprendre ces règles du quotidien est au contraire une façon de l’aimer et de l’aider à devenir un adulte équilibré. C’est cette discipline qui permet d’avoir des repères émotionnels et relationnels mais aussi d’avoir une éthique qui lui permettra d’avoir une meilleure approche face aux difficultés du quotidien. Apprendre à gérer sa frustration fait partie des savoirs indispensables pour faire face aux contrariétés, une faculté nécessaire pour évoluer. C’est là qu’intervient le rôle du parent qui aide à puiser en soi les capacités émotionnelles et psychologiques pour traverser les adversités. Ce sont elles qui permettent de traverser la vie d’adulte avec plus de sérénité. Pour bien éduquer son enfant, il est important de connaître ses 23 règles pour élever un enfant équilibré.

Lire aussi La fessée aggrave le comportement des enfants d’après une étude

Contenus sponsorisés