x

Suite à un rapport anal, une jeune femme tombe enceinte

La nature ne cessera jamais de nous surprendre ! Une chance sur 1.000.000 pour que cela arrive, il y a donc toujours des exceptions qui confirment la règle. Le Dr. Brian Steixner, médecin urologue, a eu l’occasion de traiter ce cas exceptionnel : une grossesse, résultat d’un rapport anal.

Le miracle de la vie porte bien son nom. Il existe des situations surprenantes qui ont le pouvoir de remettre en question nos connaissances acquises. Comme pour cette femme atteinte d’une malformation cloacale, qui découvre qu’elle est enceinte des suites d’un rapport annal. Découvrez ce récit, pour le moins surprenant, relayé par le journal The Independent

Une femme se retrouve enceinte suite à un rapport annal – Source : Getty Images

Une malformation cloacale à l’origine de cette grossesse

Cette femme est rentrée dans l’histoire, en étant le premier cas connu au monde de grossesse due à un rapport annal. Souffrant de saignements, elle se déplace une nuit aux urgences, pour s’assurer de la bonne santé du bébéqu’elle attendait. Le Dr. Brian Steixner, médecin urologue, a pris en charge la patiente, et s’est vite rendu compte que ces saignements, qui peuvent être bénins lors d’une grossesse, ne provenaient pas du vagin, mais du rectum. 

Suite à des examens plus approfondis, le diagnostic était incroyablement rare, et pour le moins surprenant. La jeune femme souffrait d’une malformation cloacale. Cela signifie qu’à la naissance, elle était dépourvue d’orifice de vagin, d’urètre, et d’anus, au lieu de cela, elle en avait qu’un seul dénommé cloaque. 

Une malformation extrêmement rare, et qui touche une femme sur 25.000, selon le Dr. Steixner. Habituellement réparée à la naissance, l’intervention séparative de cette jeune femme eut des complications. Conséquence, une connexion entre les organes (fistule) qui avait fusionné son utérus à son rectum.

La maman a dû accoucher en urgence par césarienne 

Le récit de la future maman était clair et précis, elle n’avait jamais eu de relations sexuelles autres que via pénétration annale. Les mois s’enchaînaient alors, et le développement du fœtus était des plus conventionnels, sans complications particulièresL’option d’un accouchement naturel, par voie basse, quant à lui, était proscrit par les médecins en vue du potentiel danger

La reconstruction cloacale, une intervention très délicate 

« Il est vrai que cette malformation prénatale est très rare, mais aussi très dure pour la femme qui en pâtit, même si celle-ci est opérée dès son plus jeune âge » explique le Dr. Steixner. 

« La reconstruction des parois dans le but de créer trois cavités distinctes, c’est-à-dire un urètre, un vagin, et un anus, est une procédure très délicate. Plus ces parois sont longues, plus le chirurgien a de chances de se rapprocher des sphincters. Beaucoup de femmes souffrent de fuites suite à cette intervention, que ce soit urinaires ou fécales. Ceci a de grandes conséquences psychologiques chez les patientes, sans parler de la qualité de vie qui s’en suit » poursuit le médecin. 

Esthétiquement parlant, la reconstruction cloacale a un rendu des plus « normaux », avec la création de trois orifices distincts. Son fonctionnement quant à lui peut aboutir à des complications ou gênes quotidiennes. 

Différence entre une anatomie féminine normale et une malformation cloacale – Source : The Sun 

La sodomie en pratique, quels en sont les risques ?

S’il existe encore plusieurs idées fausses concernant le sexe anal, ce dernier prend de plus en plus d’envergure dans cette actuelle recherche perpétuelle de plaisir. Il s’agit là, de pénétrer son ou sa partenaire par l’anus, que ce soit avec un objet, ou le sexe de l’homme. 

Le Dr. Jean-Paul Vove, médecin sexologue et proctologue, explique à Doctissimo qu’un aspect qui peut en rebuter plus d’un est la douleur, mais sachez qu’avec des préliminaires adéquats et une bonne lubrification et surtout de la douceur les risques de blessures sont grandement limités. 

« Les possibles conséquences sur le long terme de cette pratique peuvent engendrer des problèmes d’incontinence annal, et d’hémorroïdes dues aux dilatations répétées, sans parler des risques d’infections que cela peut engendrer » mets cependant en garde le Dr. Vove. 

Un acte à pratiquer avec beaucoup de précautions, mais qui, lorsqu’il est bien exécuté, peut vous faire découvrir une nouvelle notion de plaisir. 

Contenus sponsorisés
Loading...