Similaire à la morphine : le meilleur antidouleur naturel pousse dans votre jardin

Les gens ont utilisé la laitue sauvage comme sédatif et analgésique pendant des millénaires. Cette plante ressemble au chardon et au pissenlit, mais elle possède des propriétés puissantes qui peuvent remplacer les antalgiques. Appelée « l’opium des pauvres » elle est utilisée depuis le 19ème siècle pour remplacer l’opium. De nos jours, en France, son eau distillée est utilisée comme un léger sédatif.

Lactuca Virosa, connue aussi sous le nom de « laitue sauvage » est son appellation scientifique et de nombreuses personnes l’ont utilisée à la place de médicament antidouleur addictif. C’est une plante haute et feuillue, avec de petits bourgeons jaunes, et pourrait être cultivée dans votre jardin. Plus communément trouvé en Amérique du Nord et en Angleterre, c’est la cousine de la laitue que nous voyons généralement au marché.

La plante a une sève laiteuse résineuse, qui contient des opiacés analgésiques, appelés lactucarium. Ces opiacés sont collectés et séchés et leurs composés principaux incluent la lactupicrine, la lactucine et la lactucopicrine qui ont des propriétés analgésiques puissantes et ont les mêmes effets que ceux de l’ibuprofène chez la souris. En effet, des études ont montré que la lactucine et la lactucopicrine avaient un effet sédatif pendant le test d’activité locomotrice spontanée.

Des chercheurs iraniens ont également découvert que cette laitue était un analgésique et un sédatif populaire avant la période victorienne. Dans l’étude de l’Institut d’histoire des sciences, publiée sous le titre « Laitue, Lactuca sp en tant que plante médicinale dans les publications polonaises du XIXe siècle », il est écrit que « l’action de la substance était plus faible que celle de l’opium mais exempte d’effets secondaires. D’ailleurs, la pratique médicale montrait que, dans certains cas, le lactucarium produisait de meilleurs effets curatifs que l’opium ».

Les bienfaits de Lactuca Virosa

Voici les raisons les plus populaires qui incitent les gens à s’intéresser à cet antidouleur naturel et à cette plante médicinale :

· Migraines : Les personnes qui l’utilisent à cette fin affirment qu’elles ont moins de migraines qu’avant.

· Insomnie : Elle produit une sensation de détente et d’euphorie, aidant une personne à s’endormir plus facilement, sans les qualités addictives des somnifères couramment prescrits.

· Anxiété : La laitue sauvage peut agir comme un sédatif léger, permettant aux personnes angoissées de trouver un répit causé par le stress.

· Asthme et toux : La laitue sauvage possède des propriétés antitussives qui soulagent et soignent la toux.

Utilisation

La manière la plus courante de préparer la plante consistait à la sécher et à l’utiliser comme thé. Le thé de laitue sauvage est populaire encore aujourd’hui.

Bien que les recherches ne soient pas suffisantes pour déterminer finalement la dose sans danger de son utilisation, environ 2 à 4 ml trois fois par jour ou 1 à 2 cuillerées à thé de feuilles séchées trempées dans de l’eau bouillante pendant 10 à 15 minutes suffisent. Buvez ce thé trois fois par jour.

Mise en garde

La laitue sauvage doit être consommée avec modération. Une irritation cutanée peut survenir si vous l’appliquez directement sur la peau, soyez donc prudent lorsque vous l’utilisez comme remède local. Toujours utiliser une petite dose pour le test avant utilisation permanente.

· L’ingestion de grandes quantités peut provoquer : transpiration, accélération du rythme cardiaque, vertiges, dilatation de la pupille, bourdonnement dans les oreilles, altération de vision, sédation et difficulté à respirer.

· Il n’est pas recommandé d’en utiliser pendant la grossesse

· Les personnes qui présentent les problèmes de santé suivants ne doivent pas utiliser de laitue sauvage : élargissement de la prostate, allergies à l’ambroisie, glaucome à angle étroit, utilisation de médicaments sédatifs tels que le lorazépam, le phénobarbital, le clonazépam, le zolpidem…

· Il est toujours indispensable de consulter son médecin traitant avant d’adopter un traitement naturel notamment en cas de prise de traitement médicamenteux. 

Lire aussi Rhume, piqûre, coup de soleil ou de froid… Ma pharmacie naturelle à la maison

Contenus sponsorisés