Sexo : En combien de temps une femme prend-elle du plaisir ?

Parfois, des questions précises en matière de sexualité sont sujettes à des doutes. La durée d’un rapport sexuel chez une femme avant d’atteindre l’orgasme en fait partie. Des experts se sont penchés sur cette question et ont donné un nombre précis de minutes.

Relayée par nos confrères du New York Post, la durée que prend l’orgasme chez une femme est donnée à la seconde près. Avec cette information prouvée scientifiquement, des éléments qui accélèrent l’orgasme sont identifiés.

Combien de temps faut-il à une femme pour avoir un orgasme ?

Alors que l’on a souvent tendance à dire que la sexualité féminine est complexe, il semblerait que cette dernière soit plus concrète. Et pour cause, une recherche est parvenue à définir le temps que la femme met pour atteindre l’orgasme. Cette étude parue dans le Journal of Sexual Medicine prouve que, pour l’orientation hétérosexuelle, il faut compter en moyenne 13 minutes et 46 secondes pour une explosion orgasmique. Une conclusion scientifique qui élucide le mystère de la jouissance féminine, mais pas seulement.

Qu’est-ce qui permet aux femmes d’avoir un orgasme rapidement ?

Caractérisé par une contraction du vagin, l’orgasme féminin découle aussi d’un ressort psychologique aussi lié à la libido. Ainsi, certains gestes réalisés par les hommes peuvent accélérer cette acmé du plaisir. Parmi les participantes, 34% considéraient que la pénétration était suffisante. A l’inverse, 68,6% des sondées avaient besoin d’une autre forme d’action en incluant les baisers, les mordillements et les caresses. 42% des femmes ont un orgasme plus rapidement en étant au-dessus. Parfois, ce que l’on considère comme l’opposé de l’excitation en est un chez la femme. Par ailleurs, une bonne lubrification pendant l’acte favorise une meilleure pénétration.

Quels sont les troubles liés à l’orgasme ?

Alors que certaines femmes peuvent avoir des orgasmes fréquents lors d’une relation sexuelle ou d’une stimulation du Point-G, d’autres peuvent souffrir d’anorgasmie. Lorsque ce dernier est rare, nous parlons de dysorgasmie. Plusieurs facteurs peuvent favoriser ces troubles et il nécessite parfois l’intervention d’un sexologue. Un bouleversement des hormones peut aussi causer une sécheresse vaginale qui compromet la jouissance– causée par plusieurs raisons– et le plaisir féminin pendant les rapports sexuels ou lors des préliminaires. Ce phénomène physiologique peut aussi être aggravé par l’insatisfaction sexuelle lors du coït.

Comment accélérer l’orgasme d’une femme ?

Faire jouir une femme nécessite de maitriser le plaisir féminin. Bien connaître les zones érogènes de sa partenaire permet de mieux enclencher la phase d’excitation. Prodiguer du plaisir à la femme, nécessite de connaître certains préliminaires tels que le cunnilingus et d’autres plaisirs érotiques. S’approprier les fantasmes de sa partenaire permet de procurer un plaisir intense qui amène à une plus grande exploration des désirs. Considérer la sexualité comme un univers sans tabou permet de sortir de la routine missionnaire qui englue le quotidien. Mieux connaître le corps de sa partenaire peut impliquer de l’observer en train de se masturber. Le vibromasseur ou l’utilisation de sextoys est aussi imparable pour faire ressentir un maximum de plaisir. Se masturber ensemble est le meilleur moyen de comprendre le plaisir physique de la femme tout en la gardant excitée. Observer la masturbation féminine permet de connaître avec précision où la caresser.

Comment pimenter notre vie sexuelle ?

Parfois, la routine et le stress quotidien peuvent mettre à mal l’inventivité nécessaire pour une sexualité épanouie. Des positions telles que la levrette et l’Andromaque aident à une pénétration plus profonde idéale pour un orgasme vaginal. Le clitoris, composé de milliers de terminaisons nerveuses peut aussi être stimulé avec les doigts ou avec la langue. Comme le pénis, il devient gonflé lorsque le plaisir ressenti est à son comble. Tout comme les hommes, les femmes peuvent éjaculer. Une exploration de l’anatomie peut permettre d’observer ce phénomène. Parfois, la recherche de l’orgasme peut être contre-productive. Faire l’amour uniquement pour le plaisir permet d’atteindre plus facilement une intimité rapprochée entre les partenaires moins angoissés par cette imminence. L’orgasme anal est aussi une variante de la jouissance qui s’exerce par contractions. Selon Alicia Sinclair, éducatrice sexuelle certifiée, un jeu anal agréable peut se produire avec beaucoup de gadgets sexuels ou avec le pénis.

Comment rendre la pénétration plus agréable ?

Ce moment tant attendu par les femmes qui ressentent un plaisir essentiellement vaginal est également à maîtriser. Et pour cause, une cadence régulière n’est pas gage d’un orgasme rapide. Les va-et-vient lents font monter l’excitation pour des ébats sensuels. Certains hommes apprécient cette langueur qui constitue pour eux une source de jouissance. La pénétration ne concerne pas le vagin seulement car elle peut également concerner le coït anal. Une façon d’atteindre le septième ciel pour ceux qui veulent opter pour un plaisir différent de la pénétration vaginale. Prendre un maximum de plaisir implique aussi un lâcher-prise des partenaires qui se laisseront aller à atteindre l’état de conscience modifié, caractéristique d’un désir intense. Bien faire l’amour, c’est aussi faire fi des idées-reçues concernant la sexualité et s’approprier le désir d’explorer. Un comportement sexuel basé sur l’écoute de sa partenaire est un atout pour favoriser le plaisir.

Lire aussi L’écart de l’orgasme féminin : la vérité que beaucoup de femmes ne disent pas

Contenus sponsorisés