Hypertension

Bien qu’elle puisse apparaître à tout âge, la prévalence de l’hypertension artérielle chez les personnes âgées est plus marquée. Et pour cause, avec le temps, les artères finissent par perdre leur élasticité et deviennent par conséquent plus fragiles. Pour preuve : seulement 10% des 10-34 ans sont concernés par cette affection contre plus de 65% chez les plus de 65 ans. Principal facteur de risque des maladies cardio-vasculaires, cette maladie qui se caractérise par une pression trop élevée du sang sur la paroi des artères est souvent asymptomatique. Le diagnostic peut donc être difficile à poser, ce qui augmente le taux de morbidité et de mortalité chez les patients atteints de ce trouble.

Chez une personne en bonne santé, les valeurs normales de la tension artérielle sont de 14 pour la diastole et 9 pour la systole. Avec l’âge, l’augmentation de la pression artérielle porte principalement sur la pression systolique. A contrario, la pression diastolique tend à se stabiliser après 60 ans.

Cette condition peut avoir des conséquences délétères sur le cerveau, organe le plus vulnérable à l’élévation de la tension artérielle. Si la diminution d’élasticité des artères est la principale cause de l’augmentation de la tension avec l’âge, d’autres facteurs peuvent également en être à l’origine notamment une atteinte rénale, des troubles endocriniens (hypothyroïdie et hyperthyroïdie) ou certains traitements médicamenteux.

Quel est le traitement de l’hypertension artérielle chez les personnes âgées ?

La prise en charge de l’hypertension artérielle chez les personnes âgées est différente de celle des sujets plus jeunes. Passé 60 ans, les sujets hypertendus sont particulièrement à risque. Pour réduire les risques liés à cette affection, il est recommandé de pratiquer une activité physique régulière, de maintenir un poids santé, d’arrêter la consommation de tabac et d’alcool et d’éviter les aliments qui peuvent augmenter le taux de cholestérol.

Au-delà de ces conseils, un traitement médicamenteux sera prescrit par le médecin. Celui-ci commencera par mettre en place de faibles doses et augmentera ensuite sa prescription en fonction de la réponse du patient. Cela afin d’éviter que la personne hypertendue souffre d'hypotension orthostatique, une baisse soudaine et importante de la pression artérielle lors du passage de la position assise à la position debout. A savoir que chez les plus de quatre-vingt ans, le régime sans sel est à éviter. Ce dernier pouvant augmenter les risques de déshydratation chez les octogénaires.
Close