Repas copieux : comment vous soulager naturellement ?

Pas évident d’être raisonnable un soir de réveillon. Mais après tant d’abondance, notre ventre parfois grimace, se tortille et c’est la crise… de foie. Pour ne pas gâcher la fin d’année, il existe bien heureusement des solutions naturelles. Mais avant tout, êtes-vous sûrs que seul le foie est en cause ?

le-foie

Le foie – Source : spm

La « crise de foie » : explications

En cas d’excès alimentaires, de gras, de sucre, bien souvent arrosé d’alcool, c’est en vérité l’estomac qui trinque le premier. Quand c’en est trop, il est capable d’évacuer énergiquement tout son contenu et de nous le faire payer ensuite durant quelques jours. C’est un mal pour un bien car ce mécanisme de défense met notre système digestif au repos forcé pour préserver notre santé. Mais que se passe-t-il lorsqu’un repas pantagruélique est tout de même digéré ? Les surcharges occasionnées finissent par passer dans le sang et c’est notre foie qui les supporte. Dans ce cas, les conséquences pourront être la fatigue, des nausées, une digestion lente voire une fragilité immunitaire. Un mal-être qui pourra nous accabler longtemps, sans même que l’on pense à faire le lien avec l’excès. Pour passer de bonnes fêtes, il faut donc rester raisonnable, mais on peut aussi apporter un soutien naturel à notre foie et à notre estomac.

lestomac

L’estomac – Source : spm

L’estomac, le maître d’œuvre

Avez-vous déjà malaxé une balle en mousse avec votre main durant plusieurs heures ? C’est fatigant ! C’est exactement ce que vit notre estomac lorsqu’il brasse un repas copieux. Cette « poche » digestive est constituée en grande partie de muscles puissants et, comme tous les muscles, ceux-ci ont besoin de repos. En règle générale, le meilleur repos sera celui qui s’instaure entre les repas. Bannissez les grignotages qui fatiguent l’estomac et l’ensemble du système digestif, et attendez au moins deux à trois heures avant de manger à nouveau. Et gardons en tête qu’un repas lourd peut prendre jusqu’à six heures pour être digéré ! Deuxième point important : l’estomac est très sensible à la déshydratation. S’il travaille plus qu’à l’habitude, hydratez-le davantage. Surtout que l’alcool est bien connu pour déshydrater (voir encadré 1). Un manque d’hydratation peut même être la seule cause d’aigreurs et de brûlures gastriques.

intestins

L’intestin – Source : spm

Les plantes amères, reines de la digestion

Connaissez-vous la meilleure amie de l’estomac et de la digestion ? C’est l’amertume… Dès qu’elles entrent en contact avec notre bouche, les plantes amères déclenchent tout un tas de processus. Via le nerf pneumogastrique qui est relié à l’estomac, au foie et à l’intestin, le message passe : « activez vos sécrétions, remuez-vous ! ». La salive devient plus abondante, puis les sécrétions gastriques et plus loin la bile, qui sera déversée abondamment par le foie et sa vésicule. Les enzymes et hormones digestives s’épandent dans le tube digestif pour transformer les aliments puis les faire passer dans le circuit sanguin. L’amertume active conjointement la motricité du tube digestif et permet au bol alimentaire de progresser plus facilement. Prenons alors en considération les aliments comme la scarole, les endives, la chicorée (Trévise), ou encore les feuilles de pissenlit au printemps qui sont naturellement amères. Incorporez les coupées finement à des crudités plus douces pour masquer l’amertume à laquelle nos palais ne sont plus habitués. Pour une action plus marquée des principes amers, pensez aux plantes comme la gentiane et l’absinthe. Elles jouissent déjà d’une forte réputation en guise d’apéritif et ce n’est pas pour rien !

systeme-digestif

Système digestif – Source : spm

Absinthe, gentiane : mode d’emploi

Les apéritifs du commerce à base d’absinthe ou de gentiane sont trop sucrés et alcoolisés, et la quantité de principes amers qu’ils contiennent est relativement faible par rapport à ces plantes en extraits hydroalcooliques. Prendre des substances amères sous forme liquide permet de mettre l’amertume tout de suite en contact avec la bouche, ce qui ne se produira pas avec des gélules. En tisane, ces plantes seront très difficiles à boire. Avec ces remèdes, ne jouez pas au héros ! Une trop grande quantité d’amertume entraîne un excès de tonicité et de sécrétions digestives qui pourrait conduire à des vomissements… C’est dire leur puissance !

Pour renforcer votre digestion, commencez avec un extrait hydroalcoolique de l’une ou l’autre plante, une semaine avant les fêtes. Mettez 5 à 10 gouttes dans un demi-verre d’eau avant chaque repas, et au moment des repas abondants, montez jusqu’à 20 à 30 gouttes. Laissez quelques instants en bouche avant de boire. Si l’amertume vous est vraiment insupportable, optez pour les gélules à raison de 200 à 400 mg de plante avant chaque repas. La gentiane et l’absinthe sont déconseillées chez les femmes enceintes et chez les enfants de moins de 6 ans.

Le foie, un filtre mis à rude épreuve

Même avec une alimentation équilibrée, le foie a toujours beaucoup à faire : toxines à éliminer, hormones et protéines à fabriquer, cholestérol à gérer, glucose à stocker… Alors imaginez lorsque, en plus, il doit digérer un repas de fête ! Pour le préserver, il faut d’abord éloigner ses plus grands ennemis : l’alcool et les surcharges alimentaires (difficile de les éviter en ces périodes de fêtes), le froid et le stress… Si l’abstinence d’alcool n’est pas dans vos projets, sachez que votre foie en éliminera 90%, le restant sera traité par le rein, la peau et les poumons. Lorsqu’on boit trop et trop vite, la toxicité de l’alcool ne se limite plus seulement au foie mais atteint le cerveau, le cœur et le système nerveux.

Le trio protecteur du foie

Si la nature regorge de plantes stimulantes du foie, le choix reste beaucoup plus limité lorsqu’il s’agit de contrer les excès d’alcool et de toxines. Voici trois plantes qui font des merveilles. Prises ensemble, elles éviteront les lendemains difficiles, la destruction des cellules hépatiques, maintiendront en éveil nos systèmes de défense contre les attaques (virus, bactéries, froid, stress etc.) et stimuleront notre digestion.

Pas question ici de vous inciter à boire ou à manger davantage « grâce aux plantes », mais en cas d’excès, quelques soutiens naturels pourront éviter les conséquences néfastes.

  • Le chrysanthellum (Chrysanthellum americanum), plante hépato-stimulante majeure, permet d’éliminer l’alcool de 2 à 5 fois plus vite et protège le foie de l’éthanol. Son effet cholérétique (qui augmente la sécrétion biliaire) sera bénéfique sur la digestion.
  • Le chardon Marie (Sylibum marianum) protège le foie des toxiques, y compris l’alcool. Il améliore la digestion des graisses.
  • La schisandra (Schisandra chinensis) soutient et protège le foie, favorise l’adaptation au stress, protège le système nerveux, améliore la lucidité et les réflexes.

Deux jours avant un repas de fête, prenez 2 gélules de chaque plante que vous renouvellerez à chaque repas durant les 4 à 6 jours suivants. Pour les fêtes, vous pouvez prendre ce trio du 22 décembre au 6 janvier, voire plus si besoin. Attention, ces plantes ne permettent en aucun cas de prendre le volant si vous avez bu de l’alcool. Restez prudent !

Les meilleurs digestifs naturels

Après les repas, il arrive de ressentir un blocage, une lourdeur. Voici quelques remèdes qui peuvent agir rapidement.

  • L’élixir du Suédois, remède traditionnel du XVIIe siècle, est à consommer à raison d’une cuillère à café dans un peu d’eau après un repas. Disponible dans les magasins spécialisés, aussi en version sans alcool mais l’action sera légèrement moins efficace.
  • Le Pan masala ou le Mukhuvas, des mélanges de graines à mâcher mêlent souvent l’anis, la réglisse, le fenouil, la menthe, des noix d’arac, du sésame, du thym indien, de la coriandre et des petites boules de sucre. À acheter sur Internet, dans les épiceries indiennes, ou à préparer soi-même.
  • La tisane carminative aux propriétés digestives est à préparer en mélangeant les graines suivantes : aneth, carvi, cumin, coriandre, anis vert et fenouil à part égale. Rajouter ½ volume de graines d’angélique. Infusez 2 cuillères à soupe pour un litre d’eau durant 10 minutes, filtrez et buvez.
fête

Fête – Source : spm

Des fêtes, pas des orgies !

Ne perdons pas de vue que ces moments de fête sont là pour se retrouver, rire et partager. Voici quelques règles utiles pour éviter certains travers et l’indigestion :

  • Bougez durant le repas et entre les plats. Aérez-vous régulièrement.
  • Évitez les aliments trop gras comme les cacahuètes en début de repas, la mayonnaise ou les bûches au beurre.
  • Évitez de mélanger trop d’aliments ou trop d’alcools différents qui fatiguent le système digestif. Tournez-vous plutôt vers les aliments simples comme les coquillages, les crudités et choisissez des alcools légers comme les vins, voire des cocktails sans alcool.
  • Si c’est vous qui recevez, choisissez autant que possible des aliments biologiques. Les surcharges alimentaires encombrent la sphère digestive mais les produits chimiques des aliments conventionnels intoxiquent le foie.
  • Enfin, mangez lentement pour éviter de manger beaucoup. Passez de bonnes fêtes !
eau

L’eau – Source : spm

L’eau : meilleur remède contre la gueule de bois !

Si comme 88%* des Français vous avez prévu de boire au moins un verre d’alcool le soir de la Saint-Sylvestre, il est important que vous sachiez ça : à chaque verre d’alcool, notre organisme perd environ un quart de litre d’eau ! Boire de l’eau avant, pendant et après la prise d’alcool évitera les conséquences d’une déshydratation – bouche sèche, mal de tête, nausées, estomac barbouillé, vertiges – les mêmes signes que l’on attribue à la gueule de bois. Boire de l’eau régulièrement aura également l’avantage de limiter l’envie d’alcool

Les enzymes digestives

On trouve dans le commerce des compléments alimentaires à base d’enzymes digestives. A base de protéases, de lipases, d’amylases, de lactases qui faciliteront la digestion respectivement des protéines, des lipides, des glucides et amidons, et enfin des laitages. Ces produits sont souvent fabriqués par de grandes marques américaines, spécialisées dans les compléments alimentaires de pointe, donc assez coûteux. Mais en renforçant notre capital enzymatique, ils peuvent être des aides précieuses, surtout lorsqu’on a l’habitude de faire attention à ce qu’on mange pour des raisons d’intolérances (laitages ou autre) ou que notre digestion est fragile. Si c’est votre cas, ce genre de complexe vous sera utile pour apprécier la convivialité des repas de fêtes ou au restaurant.

citron

Citron – Source : spm

Citron mon sauveur !

Le citron, puissant stimulant et détoxiquant du foie qui soutient même l’activité du pancréas, deux organes clé de la digestion. Voici quelques exemples d’utilisation : 

  • Au cours du repas, sur le saumon, les huîtres ou dans l’eau de boisson en citronnade, il facilitera la digestion.
  • Si vous sentez un inconfort digestif, un jus de citron dans de l’eau pourra faire des merveilles. A renouveler à raison de 2 à 3 citrons par jour.
  • Si vous êtes déjà alité par trop d’excès ou par un coup de froid, consommez-le chaud avec du miel.

Lire aussi Quelles sont les plantes qui stimulent la libido ?

Contenus sponsorisés