x

Quelques jours après avoir enterré son fils, un père reçoit un appel de son fils pour lui dire « Bonjour papa.. »

Tandis qu’il est légitime pendant le deuil de souhaiter naïvement la présence d’un proche décédé, le rationnel ne manque jamais de nous rappeler que la vie n’est pas aussi miraculeuse et encore moins permissive quant au retour de l’être disparu. Néanmoins l’histoire de Frank Kerrigan démontre qu’à défaut de miracle, l’invraisemblable pourrait se produire. Onze jours après avoir enterré son fils, il reçoit un appel bouleversant. Voici les détails de ce récit effarant exposé par nos confrères américains du New York Post.

Quelques jours après avoir assisté aux funérailles de son fils, Frank Kerrigan pensait devoir entamer un processus de deuil difficile. Mais c’était sans compter sur l’appel hautement improbable d’un ami. Selon ce dernier, Frank M, son fils, était toujours vivant. 

Nypost

Une identification erronée

La confusion a commencé quand les officiers de police judiciaire de la région ont identifié un corps derrière un magasin. Après la vérification des empreintes digitales, ils en sont venus à la conclusion que le cadavre était bel et bien celui de Frank M, un homme âgé alors de 57 ans.

Pour s’en assurer, Mr Kerrigan avait contacté le bureau des fonctionnaires de police qui lui ont affirmé le décès de son fils. Ce dernier vivait dans la rue et souffrait de troubles mentaux. En outre, l’argument des empreintes digitales était aux yeux du père, assez solide pour abandonner toute tentative de vérification. « S’il n’était pas identifié par des empreintes digitales, je m’y serai rendu en un éclair », a-t-il souligné. 

Nypost

La sœur du “défunt”, Carole, s’était rendue à l’endroit de son décès pour lui rendre hommage. « C’était une situation très difficile pour moi de me tenir devant une scène aussi perturbante. Il y avait du sang et des couvertures sales » confie la femme.

La famille avait effectué tous les préparatifs nécessaires à la réalisation des funérailles pendant que le frère de Frank M se chargeait de l’éloge funèbre. « Nous avons organisé un beau départ pour quelqu’un d’autre. Le sentiment est écœurant » a déclaré Carole, d’autant plus que le corps était enterré près de celui de sa mère.

« Je ne savais pas à quoi allait ressembler mon fils décédé » a confié le père qui avait touché les cheveux du défunt dans son cercueil en ne se doutant pas une seconde que c’était quelqu’un d’autre. 

Le coup de fil « miracle »

C’est ainsi que plusieurs jours après les funérailles, Mr Kerrigan a reçu un coup de fil de la part d’un ami. Ce dernier l’a non seulement informé que son fils était toujours vivant, mais lui a également passé ce dernier pour lui dire bonjour. Un événement merveilleux pour ce père qui s’estimait en deuil mais qui a néanmoins entraîné une grande confusion quant à l’erreur d’identification des fonctionnaires de police.

La vérité est que d’après Doug Easton, un avocat engagé par le deuxième fils de Mr Kerrigan, les enquêteurs ont fait l’erreur de baser l’identification du cadavre sur une vieille photo de permis de conduire car ils n’arrivaient pas à avoir accès aux empreintes via la base de données. 

Au vu du chaos généré par cette bévue, la famille a envisagé de poursuivre en justice les autorités qui étaient en charge de cette opération en jugeant que leur négligence a sûrement été due au fait que c’était « simplement » un sans-abri.

Des regrets ont été exprimés envers la famille par le shérif en raison de « tout le stress émotionnel causé à la suite de ce malheureux incident ». Par ailleurs, il en a profité pour promettre lors d’un communiqué, que de telles erreurs d’identification ne se produiront plus.

Malgré cet incident, Frank M a choisi de continuer à mener sa vie dans la rue. 

Les étapes du deuil

Pour surmonter l’épreuve ardue de la mort d’un proche, il convient de réaliser que le chagrin inhérent à la perte passe par diverses étapes avant d’atteindre une forme d’acceptation singulière à chacun. Malgré les différences de cas, les endeuillés expérimentent plus ou moins le même processus et celui-ci implique des étapes cruciales pour parvenir à surmonter l’épreuve du décès. 

On compte notamment le choc et le déni, la colère, le marchandage, la dépression et la tristesse, puis enfin l’acceptation qui permet d’aller de l’avant. La présence des proches peut s’avérer salutaire pour dépasser cette tristesse. Dans les cas les plus sévères, l’accompagnement thérapeutique peut également être envisagé afin d’aider la personne à surmonter son deuil. 

Contenus sponsorisés
Loading...