x

Que faire si vous vous sentez essoufflé ? Les premiers gestes en cas de Covid-19 ou d’autres problèmes de santé

Aussi appelé dyspnée, l’essoufflement peut aller des formes les plus modérées aux plus sévères, en fonction de la cause à son origine. Depuis la pandémie de Covid-19, c’est aussi l’un des symptômes les plus surveillés car il peut traduire une détresse respiratoire. Quels sont les signes d’alerte ? À quel moment appeler le Samu ? Faisons le point.

L’essoufflement se produit généralement après un effort important ou un exercice physique intense. Mais il arrive aussi que certains troubles de santé donnent lieu à ce symptôme lors d’activités ne nécessitant que peu d’efforts. Cette gêne respiratoire désagréable doit alors être évaluée car bien qu’elle puisse être simplement liée à un mode de vie sédentaire, elle peut aussi signaler d’autres pathologies, d’où la nécessité de consulter un avis médical. 

Est-il normal de se sentir essoufflé ?

L’essoufflement ou dyspnée est considéré normal lorsqu’il survient suite à un effort important. Cela signifie que le rythme respiratoire augmente pour permettre à l’organisme de recevoir plus d’oxygène. Il devient en revanche problématique, lorsqu’il se produit de manière brusque ou inhabituelle, lorsque la personne n’a fourni aucun effort ou seulement un effort minime, qu’il est accompagné d’autres symptômes comme des douleurs à la poitrine ou qu’il connaît une aggravation. 

Interrogé par nos confrères de Santé Magazine, le Pr Bruno Housset, pneumologue et président de la Fondation du Souffle explique que pour une personne sédentaire, “il est sûr que si vous ne faites pas d’exercice puis, tout d’un coup vous montez trois étages, vous allez être essoufflé par déconditionnement”. Mais il appelle à ne pas banaliser ce symptôme car l’essoufflement peut s’avérer révélateur d’un problème de santé.

Une femme essoufflée – Source : Salud 180

Quelles sont les causes d’une dyspnée ?

Selon le Pr Housset, l’essoufflement peut cacher de nombreux troubles auxquels il convient de prêter attention. Parmi eux, il cite : 

  • Une maladie respiratoire
  • Une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
  • De l’asthme
  • Une hypertension dans le système vasculaire pulmonaire
  • Des problèmes cardiologiques
  • Une anémie

Dans ce sens et au vu des nombreuses causes pouvant expliquer une dyspnée, le médecin conseille de consulter pour mesurer son souffle et déterminer l’origine éventuelle de ce symptôme. 

Que faire lorsqu’on se sent essoufflé ? 

Ce symptôme étant variable selon les individus, il convient de prêter attention au contexte dans lequel il se manifeste. Ainsi, un essoufflement soudain, qui s’aggrave ou qui s’accompagne d’autres symptômes doit pousser à consulter un professionnel de santé. Selon le Dr  Noah Lechtzin, de l’école de médecine de la Johns Hopkins University, les signes les plus préoccupants en cas de dyspnée sont des douleurs thoraciques, un essoufflement au repos, des palpitations, une confusion ou de l’agitation, une baisse du niveau de conscience ou encore des difficultés à inspirer et à expirer l’air de ses poumons, ce qui nécessite une prise en charge immédiate. 

En cas de maladies respiratoires virales, telles que le Covid-19 par exemple, la dyspnée doit être surveillée car elle pourrait indiquer une détresse respiratoire. Il en va de même si elle est accompagnée d’une toux ou de fièvre, indique le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste. Il explique notamment que si la gêne respiratoire  “devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie.”

Dans ce cas de figure, il est nécessaire d’appeler le Samu (15) car l’état de santé peut rapidement se détériorer.

Interrogé par nos confrères de Femme Actuelle, le Dr François Braun, président de Samu-Urgences de France indique que l’essoufflement peut se produire lorsqu’une personne marche et qu’elle ressent de la fatigue, qu’elle a la sensation qu’elle doit s’arrêter pour reprendre son souffle ou encore lorsqu’elle parvient difficilement à terminer ses phrases et doit interrompre son flot de parole pour reprendre sa respiration. “Nous sommes organisés pour prendre tous les types d’appels et rediriger vers la médecine générale si besoin », a-t-il ajouté. 

Comment gérer l’essoufflement au quotidien ?

Lorsqu’il ne s’agit pas d’un problème de santé nécessitant une prise en charge urgente et que l’essoufflement est surtout lié au stress ou à l’anxiété, il existe certaines astuces permettant d’améliorer les capacités respiratoires pour atténuer la dyspnée. Selon le Dr Shweta U. Shah, médecin homéopathe, la première chose à faire est de conserver son calme en cas d’essoufflement, la panique pouvant aggraver et intensifier la gêne respiratoire. Son astuce : Fermer les yeux et compter doucement jusqu’à 10, en visualisant une lumière blanche qui envahit les poumons pendant l’inspiration. 

Elle conseille également de pratiquer un exercice de respiration issu du yoga. Il s’agit du Pranayama, dont le principe consiste à renforcer les muscles de la poitrine : 

1. Il faut commencer par s’allonger sur le dos en plaçant un livre sur son abdomen. 

2. Inspirez ensuite lentement et profondément.

3. Lorsque l’abdomen a atteint sa capacité optimale, inspirez une seconde fois une petite quantité d’air.

4. Expirez doucement et progressivement.

5. L’exercice doit être répété 10 fois.

Il peut également s’avérer salutaire de modifier certaines habitudes de vie pour éviter d’exacerber l’essoufflement. Cela implique l’arrêt du tabagisme pour les fumeurs, d’éviter l’exposition aux allergènes, de pratiquer une activité physique régulière après s’être concerté avec son médecin, d’éviter les produits aux parfums trop forts et de privilégier une bonne alimentation, en évitant notamment les repas tardifs pour les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité. 

Contenus sponsorisés
Loading...