x

Pourquoi les femmes sont-elles de mauvaise humeur lorsqu’elles ont leurs règles ?

Lorsque les règles apparaissent, certaines femmes peuvent avoir des changements d’humeur caractéristiques de cette fluctuation hormonale. Voici pourquoi il est possible de se sentir plus irritable, stressée ou angoissée deux semaines après l’ovulation.

Les changements hormonaux liés aux menstruations peuvent impacter l’ensemble de l’organisme y compris l’humeur. Si les règles sont différentes pour chaque femme, il existe une corrélation entre cette période du cycle et la manière dont on se sent.

3 à 8% des femmes concernées

Citée par nos confrères du Figaro Santé, le professeur d’épidémiologie Elisabeth Bertone-Johnson met le doigt sur ce signe qui accompagne les règles. Son nom ? Le trouble dysphorique prémenstruel qui peut se manifester par une labilité d’humeur, de l’anxiété, des crises de larmes inexpliquées et concernerait 9 femmes sur 10 plus ou moins intensément. La spécialiste explique dans une étude que jusqu’à 20% des femmes ressentent des symptômes suffisamment sévères pour perturber le fonctionnement normal au quotidien. Selon l’experte, il existe une fourchette de 3 à 8% des femmes qui sont atteintes de ces changements d’humeur à l’approche des règles. Ce trouble a été répertorié officiellement dans le manuel diagnostique et statistiques des troubles mentaux (MSD)  en 2013. Pourtant, cette spécificité qui survient dans le cycle féminin a intéressé les scientifiques depuis longtemps. Si les symptômes pendant les règles doivent être observées, la couleur des menstruations en dit long sur notre santé

Douleurs menstruelles  – Source : Omw Magazine

Connus depuis l’Antiquité  

Si le trouble dysphorique prémenstruel n’a été inscrit qu’en 2013, ce symptôme a été notifié par la communauté scientifique en 1931. « On admet communément que c’est le Dr Robert Frank qui a attiré l’attention de la communauté médicale sur la tension prémenstruelle à travers la description d’une série de cas » indiquent les docteurs Kimberly Ann Yonkers et Michael Simoni. Les experts ajoutent que ces bouleversements de l’humeur ont même été identifiés dès l’Antiquité avec Hippocrate qui évoquait des idées suicidaires et d’autres symptômes pendant les menstruations de ses patientes. C’est dans les années 1980 que le syndrome prémenstruel a été banalisé auprès des psychiatres et des psychologues qui ont reconnu que les fluctuations hormonales pouvaient impacter l’humeur.  

Comment savoir si l’on est atteint de syndrome prémenstruel ?

Pour établir le diagnostic de cette dysthymie qui caractérise l’approche des règles, les experts recommandent d’écrire un journal de ses humeurs et symptômes où sont inscrites les dates du début des règles. « Les symptômes doivent survenir pendant la phase lutéale, à savoir de l’évolution au début des règles, et disparaître rapidement après le début des menstruations » soulignent Sabrina Hofmeister et Seth Bodden, médecins généralistes. Ils ajoutent que des symptômes de dépression et d’anxiété peuvent devenir plus sévères pendant ce moment du cycle. 

Règles douloureuses – Source: Raleigh Ob Center

Quelles sont les causes du syndrome prémenstruel ?

La première cause qui enclenche cette baisse de l’humeur avant les règles concerne les changements qui s’opèrent au niveau hormonal. D’autres facteurs peuvent également miner le moral de celles qui ont leurs règles. C’est ce qu’a découvert le professeur Ellen Gold qui a révélé que celles qui étaient atteintes de symptômes avant l’apparition des menstruations sont souvent touchées par un syndrome inflammatoire, dû à une dysfonction du système immunitaire. Pour soigner le trouble dysphorique prémenstruel, un psychiatre peut prescrire à dose faible des antidépresseurs de la catégorie IRSS [ndlr : inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine]. Un médecin peut également administrer un traitement hormonal ou éventuellement, des anti-inflammatoires. Un praticien en thérapies cognitivo-comportementales (TCC) aide également à soulager les symptômes d’anxiété ou de colère pendant ce moment du cycle. 

« Un jour ou deux après le début des règles »

Cités par Pat F.Bass, médecin interne, les symptômes du syndrome prémenstruel sont la tristesse, les crises de colère ou d’anxiété avant de revenir à une humeur stable. Carol Livoti, gynécologue, explique que pour le diagnostiquer, il faut ressentir ces signes une semaine à deux avant les règles. Ces derniers s’arrêtent un à deux jours après le début des règles. Si certaines femmes sont soumises à un traitement médicamenteux, d’autres peuvent choisir d’autres alternatives pour mieux vivre ce moment délicat synonyme de douleurs pour un grand nombre de femmes. Il y’a également huit choses à bannir pendant cette période.

Syndrome prémenstruel – Source : Terra Femina 

Comment gérer le syndrome prémenstruel ?

Celles qui souffrent de symptômes légers à modérés notamment en ce qui concerne l’humeur peuvent inclure l’activité physique à leur routine bien-être. Et pour cause, pendant l’effort, nous libérons des endorphines qui aident à la relaxation et contrecarrent les bouleversements hormonaux de la phase lutéale. « L’exercice peut également stimuler l’énergie et aider à soulager les crampes et les ballonnements, ce qui peut vous aider à vous sentir mieux » explique la gynécologue. La spécialiste recommande également de manger de petits repas fréquents sur toute la journée plutôt que de prendre quelques repas copieux. Le but derrière cette habitude est d’éviter le choc glycémique qui a un impact sur l’état émotionnel. « L’hypoglycémie peut contribuer aux crises de larmes et à l’irritabilité qui sont souvent observées chez les femmes souffrant de syndrome prémenstruel sévère » éclaire le médecin. D’autres habitudes pour éliminer l’anxiété permettent de vivre la période prémenstruelle et menstruelle plus sereinement. Parmi elles, diminuer la caféine et les aliments sucrés qui peuvent augmenter la nervosité et l’anxiété caractéristique de la dysthymie prémenstruelle.  Gérer son stress au quotidien en faisant des exercices de respiration ou de la méditation de pleine conscience permet d’être au plus près de ses émotions afin de ne pas les laisser vous envahir. Cela permettra de soulager ses douleurs lors des maux de ventre qui apparaissent dès le premier jour des règles.

Comment bien vivre la période des règles ?

Pour vivre sereinement cette période délicate pour un bon nombre de femmes, il est important de mettre à sa disposition tout le confort pour que les règles ne soient plus vécues comme une fatalité. Le port de sous-vêtements et d’habits confortables est un premier pas vers le mieux-être et ce, surtout lorsqu’on souffre de crampes musculaires et de douleurs pelviennes. Pour apaiser ces symptômes, vous pouvez utiliser une bouillotte remplie d’eau chaude. Faites de ces quelques jours un moment de réconfort en tentant de vous faire plaisir autant que vous le pouvez. A ce moment du cycle, la libido peut augmenter et favoriser l’excitation.

Contenus sponsorisés
Loading...