Pour sauver son bébé, une maman est obligée de pratiquer une césarienne sur elle-même

Un accouchement est toujours un moment à risque pour la santé de la maman ainsi que de l’enfant. Donner vie n’est pas un acte facile et nécessite une assistance et une vigilance médicale stricte pour s’assurer de la bonne santé de la maman ainsi que de celle de son bébé. Inés Ramírez Pérez était à 80km de l’hôpital le plus proche lorsqu’elle a commencé à ressentir des contractions. Cette maman courageuse a donc décidé de prendre les choses en main et de réaliser une césarienne sur elle-même. Voici le récit de cette histoire relayée par The guardian.

Inés Ramírez Pérez, 40 ans, vit dans les montagnes au sud du Mexique. Après avoir fait une fausse couche 3 ans plus tôt et au moment d’accoucher de son fils, étant à 80 km de l’hôpital le plus proche, elle décide de prendre son destin et celui de son enfant en main.

inés ramirez pérez

Une question de vie ou de mort

Cela fait 12 heures qu’Inés Ramírez Pérez ressent des contractions. Il est minuit, son mari n’est pas là. Vivant dans les montagnes, l’hôpital le plus proche est à plus de 80 km. La maman de 6 enfants se rend compte qu’elle se trouve dans une situation où elle sent qu’elle doit agir.

Souffrant de douleurs importantes et sans aucune assistance la mère s’assoit sur un banc ce soir du 5 Mars 2000 pour réfléchir aux choix qui s’offrent devant elle.

césarienne

Celle-ci revient sur cette soirée : « Je ne pouvais plus supporter la douleur », elle ajoute : « Si mon bébé devait mourir, alors j’avais décidé que j’allais mourir avec lui. Mais s’il venait à survivre, alors je serai là pour le voir grandir, je serai là pour mon enfant. J’ai pensé que Dieu sauverait nos vies ». La maman est décidée, si personne ne lui viendra en aide elle prendra alors son destin en main et qu’advienne ce qu’il advienne.

Son bébé dans les bras

La maman s’équipe pour cette intervention dont elle ne connait pas l’issue : un couteau de 15 cm, une bouteille d’alcool pour désinfecter et la lumière faible d’une seule ampoule. Inés a décidé d’accoucher seule en réalisant une césarienne sur elle-même. Elle plante le couteau sur son ventre pour atteindre son utérus. Elle insère alors ses mains pour extraire son enfant de son ventre. Selon ses dires, elle aurait à peine eu le temps de couper le cordon ombilical avant de complètement s’évanouir son bébé dans les bras.

C’est 12 heures plus tard que le Dr Honorio Galvan ainsi que le Dr Jesus Guzman qui ont été prévenus par le fils d’Inés entrent dans la maison familiale. La maman ainsi que son enfant sont bien vivants et en bonne santé. Celle-ci était même totalement consciente lors de leur arrivée. C’est les médecins qui referment l’incision faite par la maman puis l’emmènent à l’hôpital afin de s’assurer de la santé de la mère et du nouveau-né.

inés enfant

La césarienne, une opération situationnelle

La césarienne est une technique qui est employée assez fréquemment. En France, on estime que 20,4 % des accouchements ont été réalisés par césarienne en 2016. La césarienne est une opération chirurgicale qui consiste en une incision à travers l’abdomen jusqu’à l’utérus afin de faire accoucher une femme.

Il faut savoir que cette intervention peut être programmée lorsque les conditions s’y raccordent, en effet il existe des facteurs divers et différents qui peuvent pousser le médecin à préférer la césarienne comme par exemple un fétus au poids trop élevé ou une grossesse multiple.

Enfin la césarienne peut aussi être pratiquée en urgence s’il y a des complications lors de l’accouchement. La césarienne est dans ces cas préférée lorsque le travail par voie basse présente des risques trop élevés pour la maman ou l’enfant.

Lire aussi Des parents abandonnent leur nouveau-né à l’hôpital parce qu’ils n’ont pas pu payer la césarienne

Contenus sponsorisés