x

Mon petit ami m’a battue, m’a forcé à avoir des relations sexuelles et veut violer ma sœur de 10 ans

La violence envers les femmes est une triste réalité présente dans le monde entier. Malgré les efforts des gouvernements et des associations militant pour leur protection, des milliers de victimes subissent chaque jour des actes indescriptibles. Jade Workman est l’une de ces femmes. Dans un témoignage poignant, elle décrit sa relation destructrice avec son petit ami, Zane Earney-Maslen. Victime de coups, de viol et de menaces, elle révèle enfin son calvaire. Son histoire a été relayée par le journal britannique The Sun.

Originaire de Swindon en Angleterre, Jade Workman rencontre Zane Earney-Maslen à l’université. Elle se souvient encore que Zane était le seul garçon à ne pas lui adresser la parole, la poussant à faire le premier pas pour nouer un lien d’amitié avec celui qui deviendra son bourreau.

Mobilisons contre la violence faite aux femmes

L’obsession du contrôle

Il n’a pas fallu longtemps avant que Jade ne comprenne son erreur. Une fois la relation amoureuse établie, les appels de Zane se sont multipliés, lui demandant à chaque fois un compte rendu détaillé de son emploi du temps, de ses fréquentations et de ses activités. Attribuant ce contrôle excessif à de la jalousie, Jade ne réalisera que plus tard que Zane est en réalité un individu très agressif.

La femme donne pour exemple ce qui pouvait se produire si elle ne répondait pas au téléphone. Insultes, attaques et violence, autant de réactions qui ont progressivement construit une peur monstrueuse face à celui qu’elle voyait comme sa moitié.

Il est toutefois utile de noter que Zane n’a pas toujours été agressif. Décrit comme un homme lunatique, il lui arrivait de faire preuve de calme et même de se montrer aimant à l’égard de Jade. Malheureusement, ces trêves font pâle figure face aux violences que la jeune femme subit le reste du temps. Dans un excès de colère particulièrement brutal, Zane bat sa petite amie et la viole par la suite.

Mobilisons contre la violence faite aux femmes

Tu ne me quitteras pas

C’est à ce moment que Jade comprend qu’elle ne peut plus rester avec cette personne, sa vie est en danger. Seulement un mois après le début de la relation, elle fait comprendre à Zane qu’elle veut mettre fin à leur union. La réponse de ce dernier a été des plus macabres : « Quitte moi et je m’en prendrai à toi et à toute ta famille », une menace qui a tétanisé la jeune femme.

Prête à tout pour protéger les siens

Jade témoigne de son amour pour sa mère, son frère de 12 ans et sa sœur de 10 ans. Un argument de taille qui a poussé la jeune femme à subir les pires sévices pour les protéger. Les mains et poings liés, elle reste avec son bourreau, mais pense toutefois à créer un compte social anonyme pour y documenter les différentes violences qu’elle subit au quotidien. Préparée au pire, elle espère que ce dernier pourra renseigner les autorités s’il venait à lui arriver malheur.

Mobilisons contre la violence faite aux femmes

Un message qui lui donne du courage

Lors d’un weekend avec sa famille, Jade ouvre le téléphone de son petit ami et découvre le message d’une inconnue : « Quand est-ce que je peux te voir ? ». Jade réalise alors qu’elle est non seulement une femme battue, mais aussi une femme trompée. Face à sa décision de le quitter, Zane réagit de manière extrêmement violente “je vais mettre le feu chez ta mère (…) et je violerais ta petite soeur devant toi”. Face à des propos aussi cruels, Jade patiente pour trouver une échappatoire.

Heureusement, après une énième menace émise à son encontre, la jeune femme se confiera à sa mère qui, grâce à son intervention, lui permettra d’alerter les autorités qui procéderont à l’arrestation de Zane. Ce dernier plaidera coupable face au juge.

Mobilisons contre la violence faite aux femmes

Oser parler

Les mouvements du hashtag Metoo ainsi que Balance ton porc ont récemment remis en lumière les violences que subissent les femmes au quotidien et qui sont restées sous silence. Malgré leurs effets positifs qui ont encouragé des jeunes femmes à enfin oser parler et accuser leurs bourreaux, il reste encore des milliers de femmes qui n’arrivent pas à briser le silence. C’est pourtant l’un des seuls moyens de pouvoir trouver de l’aide.

Si vous sentez que vous êtes maltraitée ou êtes victime d’actes violents, qu’ils soient physiques ou psychologiques, vous pouvez contacter gratuitement et anonymement le 39 19, le numéro national mis en place par le gouvernement pour les femmes victimes de violences quelles qu’elles soient.

Contenus sponsorisés
Loading...