L’université de Harvard révèle dans une étude le grand secret du bonheur et de la réussite

On a longtemps suivi Christophe Maé, en chantant à tue-tête « Il est où le bonheur, il est où… ? ». Mais si le bonheur existait réellement, loin d’une vision candide mais basé sur les résultats d’une véritable étude, qui a suivi le parcours humain de 724 hommes pendant pas moins de 79 ans ? Et si le secret de ce bonheur n’était pas en nous, mais en notre entourage et en ce qui compose notre vie ? Le mensuel américain Inc. révèle ces résultats surprenants !

Une étude réalisée par Harvard University a pu révéler le secret du bonheur. Il s’agit de la plus longue étude en son genre puisqu’elle a pu suivre l’évolution des vies de 724 hommes sur une période totale de 79 ans. Les participants étaient scindés en deux groupes : le premier étant composé de 268 étudiants d’Harvard issus d’anciennes promotions, le deuxième composé de 456 individus issus des différents quartiers de Boston. Le but étant d’avoir un échantillon de contextes socio-économiques différents.

Au fil des années, les chercheurs ont recueilli plusieurs informations relatives à leur état de santé et les contactaient chaque deux ans pour prendre de leurs nouvelles et récolter des réponses par rapport à leur vies et à leurs familles. Ils se sont également intéressés à leur niveau de bien-être et à l’état de leur santé mentale. En analysant leurs différents parcours, leurs carrières, leurs réussites ainsi que leurs échecs, ils en sont arrivés aux conclusions suivantes:

Laisser aller ce qui doit s’en aller :

Cette étude a permis de démontrer que plus les sujets prenaient de l’âge, plus ils avaient tendance à se concentrer sur ce qu’il y avait d’important dans la vie, ce qui comptait vraiment et ne prêtaient plus attention aux petits détails superflus. En réalisant que la vie est courte, ils se sont focalisés sur des choses simples et ont de mis de côté tout ce qui pouvait augmenter leur anxiété.

Il est vrai que l’une des raisons qui limitent l’accès au bonheur est le stress continu imposé par l’atteinte d’objectifs irréalistes ou illusoires dictés par la société. On tend à croire que le bonheur résulte d’une fortune amassée, d’une carrière assurée. Si on réussit, tant mieux, mais on commence alors à chercher d’autres sommets à atteindre sans pour autant se soucier de l’essentiel, des choses qu’on laisse filer et qu’on regrette par la suite.

On n’arrive pas facilement à se défaire des ombres fantomatiques du passé. On s’y attache sans faire attention au temps qui défile. Il faut justement apprendre à laisser les marques du passé s’estomper, focaliser sur les éléments qui font notre bonheur et goûter à l’instant présent. Car quand le présent devient passé, l’amertume ressentie n’aura d’égale que l’envie pressante d’avoir une deuxième chance, hélas, impossible.

Notre entourage, nos connaissances : un élément constitutif de notre bonheur

L’étude a également démontré qu’une grande partie de cette sensation de joie et de bonheur résultait de nos relations. L’homme étant un être social qui ne peut se défaire des individus qui peuplent son quotidien. Nos cercles sociaux et nos relations proches : conjoints, famille et amis fonctionnent comme desstimulants sur notre humeur, de vraies sources de motivation. Plus encore, la qualité de ces relations impacte également l’état de santé des individus. Selon les résultats de cette même étude, les personnes qui étaient le plus satisfaites dans leur couple à l’âge de 50 ans avaient un très bon état de santé 30 ans plus tard.

S’il y a une leçon à retenir de ce constat, c’est qu’il faut bien choisir les personnes que vous intégrez à votre vie et qu’il est indispensable d’éliminer ou de réduire le contact avec celles qui sont toxiques. Maintenir des relations saines et équilibrées est sans aucun doute l’une des clés du bonheur humain.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close