Les psychologues recommandent d'être ami avec les personnes qui utilisent des gros mots

Les psychologues recommandent d’être ami avec les personnes qui utilisent des gros mots


Les personnes qui jurent au quotidien sont souvent considérées comme mal éduquées ou encore limitées au niveau linguistique. Selon des psychologues, cette croyance serait complètement erronée, puisque ceux-ci seraient nos amis les plus honnêtes, et possèderaient des capacités linguistiques bien supérieures à celles que nous leur octroyons !

Souvent, la gêne s’installe face à certains individus dont le langage peut apparaître vulgaire. En effet, ces derniers confèrent l’impression de n’avoir aucun filtre, d’où le malaise qui s’installe lors de certaines situations sociales. Pourtant, une étude publiée par Stanford University revendique l’importance de se lier d’amitié avec de telles personnes, car sous leurs apparences dures et malpolies, ces dernières cacheraient de véritables amis !

Nous nous accordons quasiment tous sur l’idée que les personnes extrêmement intelligentes voient le monde d’une manière qui leur est bien propre. L’histoire en est d’ailleurs la preuve, Galilée fut d’abord considéré fou avant que ses théories sur la Terre ne soient acceptées. En effet, certains individus au quotient intellectuel plus élevé possèdent une perspective qui leur est propre, et qu’ils n’hésitent généralement pas à revendiquer malgré les avis opposés.

De manière tout à fait surprenante, l’étude menée par Kristin Joy et Timothy Jay montrerait que ces personnes à l’intelligence remarquable seraient à même de produire les jurons les plus créatifs ! Selon ces deux psychologues, les jurons ne reflètent pas un manque d’éducation ou d’intellect, bien au contraire.

Pourquoi jurons-nous ?

Thème autour duquel tourne leur étude, les raisons qui nous poussent à jurer intriguent ces deux professionnels au plus haut point. Dans un ouvrage exhaustif, ils nous expliquent les mécanismes derrière ce qu’on perçoit souvent comme de la vulgarité verbale.

La plupart d’entre nous ont tendance à éviter les personnes qui jurent beaucoup. En effet, cette habitude que l’on caractérise souvent de « mauvaise » transmet l’impression que ces personnes là sont incapables de s’exprimer proprement, et que leurs capacités de raisonnement en sont donc réduites. Cependant, les psychologues affirment que l’aptitude à continuellement développer des jurons serait représentative d’un vocabulaire soutenu et d’une fluidité verbale. Par ailleurs, cette caractéristique définit les personnes au quotient intellectuel élevé grâce à la créativité verbale dont elles font preuve.

Pourquoi faut-il avoir des amis qui jurent ?

Depuis notre plus jeune âge, nous sommes conditionnés à éviter les jurons, surtout lorsque nous sommes en public. En effet, la règle générale dicte qu’il est mal élevé de s’exprimer de manière vulgaire en présence d’autrui. Au-delà de la gêne que cela pourrait occasionner, la personne concernée risquerait d’être perçue comme un individu à l’intelligence moyenne. D’après Kristin Joy et Timothy Jay, la vérité serait on ne peut plus différente. Comme ils l’expliquent dans leur ouvrage :

« Les personnes ayant de la facilité à utiliser des mots tabous sont capables de comprendre les expressions générales ainsi que des distinctions nuancées afin d’élaborer leurs jurons de manière adaptée. »

« Leur capacité à créer ces nuances indique la présence d’une connaissance linguistique plus développée que ce que l’on croit »

Par ailleurs, l’honnêteté viendrait s’ajouter à leur liste de qualités.  Une seconde étude relayée par nos confrères du Independent s’intéresse aux interactions de 276 personnes en laboratoire et 73 789 personnes sur Facebook. Le verdict ne laisse aucune place au doute : les plus honnêtes sont ceux qui jurent le plus.

En effet, les psychologues expliquent que les personnes qui jurent au quotidien arrivent aisément à exprimer leurs sentiments. Par conséquent, ils auraient plus de facilité à partager leur opinion face à des individus qui seraient plus sur la retenue.

Evidemment, les avis diffèrent par rapport aux résultats de cette étude, et certains revendiquent que l’honnêteté est subjective en fonction du contexte où elle est établie. Comme l’explique la revue Psychology Today, la capacité de certaines personnes à proférer des jurons sans prendre en considération les normes sociales qui les entourent pourrait indiquer que l’individu en question n’a pas peur de briser les règles, ayant donc plus de facilité à mentir et à faire preuve de malhonnêteté.


Loading...