Les premiers symptômes du cancer colorectal chez la femme

Le cancer du côlon-rectum, aussi appelé cancer colorectal, est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, juste après le cancer du sein. Détecté à un stade précoce, ce cancer peut être guéri dans 90% des cas. Mais malheureusement, le tiers des malades attend plus de 6 mois après l’apparition des symptômes avant de consulter un médecin. Dans cet article, découvrez les signes évocateurs du cancer du côlon chez la femme.

En France, ce sont 20 000 nouveaux cas de cancer colorectal qui sont recensés chaque année, selon Santé Publique France. Le cancer colorectal est une maladie qui se développe progressivement à l’intérieur du côlon ou du rectum. Elle apparaît au niveau de la muqueuse colique où se forment des petites lésions que l’on appelle polypes. Au début, ces polypes sont bénins mais ils peuvent évoluer en polypes cancéreux. Lorsque le cancer colorectal est détecté de façon précoce, alors qu’il est limité à la surface interne du côlon et du rectum, le malade a 9 chances sur 10 de guérir. Seulement, lorsque le cancer atteint les ganglions proches ou touche d’autres organes, les chances de guérison et le taux de survie diminuent considérablement. En sachant que les premiers signes d’un cancer ne sont pas toujours spécifiques, il est nécessaire de se faire dépister de façon précoce pour aboutir à une prise en charge efficace. Pour vous aider à y voir plus clair, le Dr Mathilde Soule, chirurgien digestif à l’Hôpital des Peupliers à Paris, met en exergue les 5 premiers symptômes du cancer colorectal chez la femme. 

Les signes du cancer colorectal  

Comme l’explique le Dr Mathilde Soule, les cancers colorectaux évoluent souvent lentement et insidieusement. Ainsi, les symptômes peuvent se manifester tard, alors que la maladie s’est installée depuis longtemps. Voici les signes du cancer colorectal qu’une femme doit savoir identifier : 

1. Présence de sang dans les selles 

On sait que la forme et la couleur des selles peuvent indiquer des informations sur l’état de santé d’une personne. Alors qu’au début, un polype se forme dans la muqueuse digestive sans provoquer le moindre symptôme, il peut, au fil des années, évoluer en adénome cancéreux. Ainsi, il fragilise la muqueuse digestive qui subit alors des lésions et peut présenter du sang occulte. Ce saignement peut être soit rouge clair, ou rouge très foncé. “La présence de sang dans les selles est un symptôme d’alerte et doit pousser à consulter un médecin”, indique la spécialiste. En sus, le Dr Soule explique qu’après la ménopause, les femmes n’ont plus leurs règles mais peuvent faire face à des saignements inhabituels. Parfois, elles pensent, à tort, qu’il s’agit de pertes de sang vaginal alors qu’en réalité, elles sont atteintes d’un cancer colorectal et ce sang qu’elles retrouvent émane de leurs selles. Ainsi, des examens complémentaires peuvent permettre au médecin de diagnostiquer le cancer à un stade précoce.

2. Douleurs abdominales

Les maux de ventre sont causés par une inflammation locale de la muqueuse digestive. Fragilisée, cette dernière devient sensible et des crampes, des ballonnements, des coliques et des douleurs abdominales peuvent survenir de manière chronique. Toutefois, la douleur abdominale est un symptôme que l’on retrouve dans plusieurs pathologies qui touchent l’abdomen. Mais toute douleur qui persiste et se manifeste sans raison doit inciter à la consultation d’un médecin. Grâce à un bilan complet, une échographie abdominale ou un scanner, le médecin peut faire un diagnostic et opter pour une prise en charge adéquate.

3. Modification du transit intestinal 

Si vous aviez l’habitude d’aller à la selle à une fréquence régulière et de vous sentir soulagé après l’évacuation de la matière fécale, des modifications du transit intestinal doivent vous alerter. En effet, une diarrhée persistante, une constipation prolongée ou une alternance diarrhée-constipation doivent vous amener à consulter un médecin. Et pour cause, le cancer colorectal peut s’accompagner d’une colopathie fonctionnelle, aussi appelée syndrome du côlon irritable, ou d’autres troubles fonctionnels intestinaux. 

4. Perte de poids 

La présence de polype peut accélérer le processus de digestion et entraîner des diarrhées. En sus, une diarrhée aigüe se manifeste par des selles très riches en eau et cause parfois la perte de quelques kilos. Même si ce symptôme peut accompagner d’autres problèmes liés à la digestion, si l’amaigrissement est important, il faut consulter un médecin pour effectuer les examens nécessaires. 

5. Fatigue chronique 

Le cancer colorectal peut altérer l’état général d’une personne. Si vous êtes constamment fatiguée et que cet affaiblissement ne s’atténue pas après le repos, cela pourrait être dû au développement du cancer dans l’organisme. 

Les facteurs de risque du cancer colorectal 

Le cancer colorectal est une pathologie qui survient généralement chez le sujet âgé. En effet, 90% des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans, et particulièrement après 70 ans. On considère qu’il existe trois niveaux de risque de développer un cancer colorectal

  • Les personnes âgées de plus de 50 ans ont un risque moyen de souffrir d’un cancer colorectal.
  • Les personnes atteintes d’une maladie inflammatoire du tube digestif comme la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, ou encore les personnes qui ont des antécédents familiaux ou personnels de cancer colorectal et les fumeurs, ont un risque élevé de développer un cancer colorectal.
  • Les personnes qui souffrent d’une maladie génétique comme le syndrome de Lynch ou la polypose adénomateuse familiale ont un risque très élevé d’être atteint d‘un cancer colorectal.  

Des conseils pour éviter prévenir le cancer colorectal 

Pour réduire les risques de cancer colorectal, certains conseils sont de rigueur : 

  • Pratiquer une activité physique régulière

La sédentarité augmente le risque de souffrir d’un cancer. D’après le Dr Soule, l’activité physique a un effet protecteur sur plusieurs maladies, et notamment le cancer du côlon. 

  • Perdre du poids

Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque indéniables qui affaiblissent l’organisme et le rendent vulnérable face aux maladies. Veillez à surveiller votre poids pour prendre soin de votre santé. 

  • Adopter une alimentation riche en fibres

Consommez des produits céréaliers complets, des légumes, des fruits frais et des légumineuses. Ces aliments sont riches en fibres et protègent votre microbiote. 

  • Réduire sa consommation de graisses animales

La viande rouge, la charcuterie et les aliments contenant des graisses animales favorisent l’inflammation du tube digestif. 

  • Éviter la consommation d’alcool et le tabagisme 

Pour prendre soin de son organisme, il faut limiter sa consommation d’alcool et éviter de fumer.

En France, des programmes nationaux de dépistage ont été mis en place pour identifier et prendre en charge trois types de cancer : celui du sein, celui du côlon-rectum et celui du col de l’utérus. Ainsi, pour le cancer colorectal, toute personne dont l’âge est situé entre 50 et 74 ans, est invitée à réaliser un test de recherche de sang occulte dans les selles. Ce test de dépistage doit être réalisé tous les deux ans, même en l’absence de symptôme ou de facteur de risque.

Lire aussi Cancer du côlon : 7 symptômes pour repérer cet « ennemi » pas si silencieux

Contenus sponsorisés