Les personnes qui ne supportent pas les bruits de mastications sont plus intelligentes et créatives que les autres d’après la science

Les personnes qui ne supportent pas les bruits de mastications sont plus intelligentes et créatives que les autres d’après la science


Les personnes qui ne supportent pas les bruits de mastications

Dans la vie quotidienne, nous sommes sans arrêt exposés à différentes sources de nuisance sonore, qu’il s’agisse de bruits de voitures ou juste de personnes qui parlent un peu plus fort que ce qu’elles devraient, cela peut vite devenir usant. Il y a néanmoins des bruits plus agaçants que d’autres que certains trouvent particulièrement insupportables, au point de les mettre de mauvaise humeur et de les forcer à fuir la compagnie d’autrui.

Des bruits qui sont perturbants mais pas pour tout le monde

Vous devez sans doute avoir un membre de votre famille ou un ami proche qui aime non seulement mâcher sa nourriture bien comme il se doit, mais qui le fait très bruyamment. Et le souci, c’est que si jamais vous lui dites que cela vous gêne, il ne comprendra pas en quoi cela peut vous rendre nerveux. D’ailleurs, il se peut même que le bruit produit par la mastication soit à peine audible mais que vous y êtes tellement sensible que vous aurez du mal à le supporter.

En réalité, si un tel bruit vous dérange au plus haut point, si d’autres sons comme les crissements ou les pleurs de bébés vous rendent fou, il est très possible que vous soyez un génie. Les chercheurs ont constaté que les personnes qui sont plus perturbées par ces bruits environnants ont un niveau d’intelligence plus élevé que les autres. C’est pour cette raison que vous ne devriez pas vous inquiéter pour cette sensibilité que vous avez vis-à-vis des bruits étranges. Et si ces derniers vous empêchent de vous concentrer sur ce que vous êtes en train de faire, cela pourrait signaler le fait que vous êtes quelqu’un de créatif. 

Une particularité bien connue des scientifiques 

Bien évidemment, les scientifiques ont déjà donné un nom à cette sensibilité accrue : la misophonie. Par ailleurs, les chercheurs ayant étudié la question ont abouti à la conclusion que 20% des gens autour de nous vivent cette condition qui les rend extrêmement attentifs à des bruits spécifiques comme les sifflements, la mastication etc… Cela signifie par la même occasion que ces gens sont capables d’entendre des sons que les 80% restants n’arrivent même pas à remarquer. Ce qui donne lieu généralement à des quiproquos puisque les 20% sont atrocement dérangés par des bruits que les autres ignorent totalement.

Mais revenons-en au point de départ de notre enquête au sujet de la misophonie, cette condition assez spéciale qui vous rend très irritable vis-à-vis de certains bruits. Les chercheurs affirment que cela multiplie vos chances d’être plus intelligent et plus créatif que la moyenne. Mais comment est-ce possible ?

Des études menées par la Northwestern University de l’Etat de l’Illinois aux Etats-Unis, ont pu démontrer que les personnes souffrant d’une telle condition avaient de plus grandes chances d’être des génies ou d’être extrêmement créatives. Elles seraient même plus aptes à retenir les informations qu’elles reçoivent et à apprendre pendant bien plus longtemps que les gens normaux. Cela s’expliquerait par le fait que ces mêmes individus qui sont agacés par des sons, ont en fait une capacité à filtrer les informations sensorielles « non pertinentes » moins importante que la normale. Ainsi, un filtrage moins strict des données sensorielles permet d’acquérir des informations et des idées que beaucoup de gens ne considèrent naturellement pas comme prioritaires. Cette « fuite » est du coup celle qui provoque cette sensibilité auditive exagérée. Néanmoins, cela signifie aussi que ces gens hypersensibles au bruit ont absolument besoin de calme pour pouvoir se concentrer sur les tâches à accomplir. 

Cette recherche devrait permettre à beaucoup de personnes autour de nous qui, avaient jusque-là du mal à comprendre une telle sensibilité, de mieux apprendre à la traiter au lieu de la rejeter. Ce qui devrait d’ailleurs vous encourager, si vous souffrez de misophonie, à en parler à votre partenaire par exemple afin d’éviter des situations potentiellement contrariantes.